publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Syndrome de Gougerot - Syndrome de Gougerot Sjogren : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. novembre 2014)

Même s'il ne s'agit pas d'une maladie mortelle, le syndrome Gougerot est une maladie qui altère la qualité de vie... Car les symptômes, aussi « anodins » qu'ils puissent paraître, peuvent être, dans certains cas, très handicapants. Et entraîner des complications non négligeables !

Aussi, si on ne peut pas guérir d'un syndrome de Gougerot, on peut améliorer la vie quotidienne avec des traitements symptomatiques. Par exemple en humidifiant les yeux avec des gouttes, en mâchant du chewing-gum, en se reposant, etc. Et en se faisant prescrire des médicaments ayant de l'effet sur les douleurs articulaires : paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens, cortisone (corticoïdes) à petites doses.

Enfin, outre le traitement des symptômes, il est possible de prescrire un traitement immunosuppresseur qui agit contre les défenses auto-immunes de l'organisme. C'est le cas de certaines biothérapies (comme l'anti-TNF alpha) employées dans la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus. Ils pourraient entrouvrir des espoirs nouveaux dans certaines formes sévères du syndrome de Gougerot. D'autres traitements de fond sont possibles, mais aucun n'a véritablement prouvé son efficacité.

Le syndrome de Gougerot peut évoluer vers certaines complications : kératite (inflammation de la cornée), candidose (mycose de la bouche), pneumonie interstitielle, etc. Ces affections doivent être prises en charge. Le traitement de la kératite repose sur de la pommade et plus ou moins des antibiotiques en cas de surinfection. Celui de la candidose repose sur l'usage d'antimycotiques. Enfin, la pneumonie interstitielle se soigne sur la base d'un traitement corticoïde.


publicité