publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Syphilis : Les examens

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. septembre 2014)

Pour faire le diagnostic de syphilis, différents examens biologiques doivent être prescrits.
Au stade du chancre : un prélèvement mettra en évidence le tréponème pale sous le microscope.

Un examen de sang recherchera des anticorps anti-tréponème : il existe plusieurs tests, les plus fiables étant le TPHA et le VDRL. La sérologie devient positive seulement 15 jours après l'apparition du chancre. Le TPHA et le VDRL doivent être positifs tous les deux pour affirmer une syphilis évolutive.

Les tests servent à surveiller l'évolution de la maladie et l'efficacité du traitement : la sérologie TPHA restera positive à vie, le VDRL se négativera si la maladie est traitée efficacement.

Quand un patient a une syphilis ou quand le médecin soupçonne une syphilis, il faut systématiquement rechercher une autre maladie sexuellement transmissible : hépatite B, SIDA, herpès...

Les traitements

Le traitement de la syphilis est variable selon le stade de la maladie.

Au stade primaire : c'est le traitement minute qui est indiqué. Une seule piqûre de pénicilline par voie intramusculaire (sauf contre-indication) est faite et le malade sera guéri dès que le chancre aura disparu, il ne fera pas de syphilis secondaire ni tertiaire.

Au stade secondaire : le traitement consiste à faire 2 injections intramusculaires à une semaine d'intervalle. L'efficacité du traitement sera vérifiée sur de prises de sang (les sérologies).

Au stade tertiaire, le traitement est plus long. L'efficacité du traitement est surveillée sur l'évolution de la séropositivité.

Il faut aussi évidemment traiter les partenaires qui ont eu un rapport sexuel avec le patient atteint.

Au stade de syphilis secondaire, c'est parfois difficile de lister les partenaires plusieurs mois en arrière, surtout si la date d'apparition du chancre n'est pas connue, ou si ce dernier est passé inaperçu.

Néanmoins, le médecin devra tenter de convaincre son patient d'avertir ses partenaires et de les convaincre à son tour de consulter pour se faire traiter.

Aussi, le traitement devra comprendre un rappel des méthodes de prévention des maladies infectieuses transmissibles, à savoir le port du préservatif lors de rapports sexuels avec un nouveau partenaire.


publicité