publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tétanos : Les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (15. septembre 2014)

Le traitement du tétanos repose sur l' hospitalisation du malade en service de réanimation. Une assistance respiratoire pendant plusieurs semaines est nécessaire car le risque d'atteinte des muscles respiratoires avec l'apparition d'une asphyxie est possible.

En cas de plaie ouverte, une vigilance toute particulière doit être donnée à la prévention du tétanos. En fonction du risque de contamination de la plaie et du statut vaccinal de la personne, le traitement préventif pourra associer un rattrapage vaccinal et, si besoin, des immunoglobulines (anticorps) anti-tétaniques.

La vaccination est le seul moyen de se protéger contre cette maladie redoutable. Elle est constituée d'un produit qui ressemble au poison tétanique, mais est beaucoup moins toxique : c'est l'anatoxine tétanique.

Lorsque celle-ci est mise en contact avec l'organisme, ce dernier se défend en produisant un antidote : ce sont les anticorps antitétaniques.
A l'occasion d'une infection par le bacille tétanique, l'organisme vacciné se souviendra d'avoir été en contact avec le poison, et fabriquera alors immédiatement l'antidote qui empêchera le poison d'agir. En France, les enfants sont vaccinés de manière obligatoire dès l'âge de 2 mois. Avant cette période ils sont protégés par les anticorps antitétaniques de leur mère vaccinée.

La vaccination s'associe à celle de la diphtérie et de la poliomyélite. Elle consiste en 2 injections à 2 et 4 mois, suivies d'un rappel à l'âge de 11 mois. Les rappels ultérieurs sont proposés à l'âge de 6 ans, entre 11 et 13 ans, à 25 ans, à 45 ans, 65 ans, puis 75, 85 ans, etc.
Si un adulte n'a jamais été vacciné, il faut faire 2 injections à 1 mois d'intervalle, puis un rappel 1 an après.

La vaccination n'entraîne pas ou très peu d'effets secondaires.


publicité