publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Trouble obsessionnel compulsif (TOC) : les traitements

Publié par : Dr. Ada Picard (26. janvier 2017)

Le trouble obsessionnel compulsif (ou TOC) est une névrose très structurée qui réagit positivement aux traitements.

Les traitements sont indispensables, d'autant plus que le TOC est précoce, que les rituels tendent à s'aggraver ou deviennent handicapants. La dépression est la complication la plus fréquente car les obsessions et compulsions finissent par épuiser le sujet. Les psychothérapies sont très importantes dans la prise en charge du TOC. Elles doivent être mises en place rapidement.

Parmi les traitements du trouble obsessionnel compulsif : la psychothérapie est en première ligne. Elle peut reposer sur une cure psychanalytique et/ou un travail cognitivo-mportemental. Tandis que la psychanalyse aide le sujet à mieux comprendre l'origine des symptômes obsessionnels, la seconde apprend à gérer ses angoisses et ses émotions.

L'hypnose, la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience et l'art-thérapie peuvent également accompagner les patients vers un apaisement des symptômes. Certaines psychothérapies intégratives (comme la gestalt-thérapie) associent différentes méthodes.

Les techniques cognitivo-comportementales (TCC

  • La technique de thought-stoping (arrêt de la pensée) :
    Elle consiste en l'apprentissage d'un auto-contrôle progressif du déclenchement de l'obsession, que l'on cherche à remplacer par une pensée agréable non angoissante.
  • La technique de désensibilisation :
    C'est un traitement qui consiste à "habituer" le patient à la pensée obsédante (écriture, magnéto) tout en apprenant au patient à se relaxer lorsqu'il y est confronté. Prévenir l'arrivée des compulsions utilisées habituellement par le patient pour lutter contre ses obsessions : apprentissage de nouveaux comportements plus adaptés. Par exemple : quand vient l'idée obsédante de se laver les mains, ne pas le faire, mais se concentrer sur une dizaine de respirations.
  • Quelques mesures générales sont généralement prescrites :
    Il faut maintenir le plus longtemps possible une insertion socioprofessionnelle correcte (sinon risque d'aggravation sévère). Il peut être nécessaire de préconiser des voyages, des changements de cadres et de lieux afin d'éviter une ritualisation excessive du patient.
  • L'hospitalisation :
    Parfois une hospisalisation est nécessaire pour bien traiter un trouble obsessionnel compulsif, en cas de : décompensation dépressive grave avec risque suicidaireangoisse non maîtrisable et envahissante, retentissement majeur sur le plan affectif, social ou professionnel

Les traitements médicamenteux contre le TOC :

Certains traitements ont fait la preuve de leur efficacité dans le TOC. Il s'agit en particulier des antidépresseurs qui interfèrent avec le système sérotoninergique cérébral. Ils mettent souvent plusieurs semaines à agir et la durée du traitement peut être longue.

Des traitements anxiolytiques peuvent être donnés sur une durée limitée en cas d'anxiété importante associée au trouble obsessionnel compulsif. Certaines sujets peuvent également bénéficier de traitement antipsychotiques.

Les traitements pour les TOC résistants

Il s'agit de la stimulation cérébrale profonde et de la stimulation magnétique transcrânienne, réservées aux cas de TOC sévères. Tandis que la première nécessite l'implantation d'électrodes dans les zones cérébrales concernées, la seconde repose sur l'application externe de champ magntétique sur ces mêmes zones. Ces deux méthodes sont prometteuses mais encore en cours d'évaluation. La chirurgie lésionnelle est peu pratiquée car délicate, et prescrite au cas par cas, pour des TOCS résistants.

A voir notre vidéo : Traiter le toc avec la lumière ?

Des chercheurs ont travaillé sur un traitement par la lumière des TOC chez un modèle mutant de souris. Les résultats des tests sont encourageants. Mais pourra-t-on envisager ce type de traitement chez l'homme ? Interview avec un neurobiologiste...

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Psychologie, Neurologie ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

Tentative de suicide : que faire après ?
Anxiété : des causes aux solutions
Mon enfant est stressé 



publicité