publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Vulvite : les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. février 2016)

Voici les différentes causes d'une vulvite de la plus à la moins fréquente :

1 - Une mycose aussi appelée candidose. Il peut survenir des pertes. La prise d'antibiotiques peut favoriser la survenue d'une mycose vulvaire. Certaines patientes ont des mycoses à répétition : tous les mois avant leurs règles. Le stress peut également être en cause, tout comme l'excès d'hygiène. Idée reçue : il ne faut jamais prendre de douches vaginales afin de préserver la flore vaginale.

D'autres agents infectieux provoquant généralement une vulvo-vaginite peuvent être aussi impliqués.

2 - Un psoriasis : si la vulve est rouge et associée à des démangeaisons, il peut s'agir d'une maladie de peau, le psoriasis. Apparaissent de petites plaques sur les coudes, les genoux, les cheveux avec de temps en temps, une atteinte vulvaire... Il existe souvent un terrain familial.

3 - Une dermite irritative. Lors de cette vulvite, la vulve rouge et irritations peuvent être causées par un savon irritant ou des douches trop fréquentes. On parle de dermite irritative : les couches supérieures de la peau sont à vif, le film protecteur de la peau est détruit.

4 - Un eczéma peut expliquer une vulvite, même si cette cause n'est pas très fréquente. On devient allergique à une crème parfumée, on utilise un savon antiseptique trop désinfectant, ou encore des lingettes (très à la mode, mais auxquelles il faut faire attention).

5 - Un lichen vulvaire. Cette maladie de peau concerne des femmes à partir de la ménopause. La vulvite est alors reconnaissable par les démangeaisons et la dépigmentation de la vulve, qui devient plus blanche. Un avis spécialisé est nécessaire et le traitement très prolongé (dermocorticoïdes puissants).

6 - Une cause psychosomatique. Alors qu'il y a brûlures ou démangeaisons, l'examen clinique peut être normal et le médecin ne trouve pas la cause. 10% des femmes sont concernées une fois dans leur vie. On parle de vulvodynie. C'est une inflammation neurogène, c'est-à-dire une hyper-excitabilité des nerfs. Dès que les femmes ont un rapport sexuel, les brûlures douloureuses peuvent survenir. Le corps se contracte et refuse.

La conséquence : le stress que ces brûlures inexpliquées reviennent au prochain rapport. C'est un cercle vicieux. Il faut dédramatiser et surtout en parler à son gynécologue.

Enfin, chez la petite fille, une vulve rouge est souvent causée par une macération des urines, faute d'essuyage après la miction.



publicité