publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Zika : quels dangers en cas de grossesse ?

Publié par : Dorothee Gebele (08. février 2016)

Le virus Zika à l’origine d’une microcéphalie

Au Brésil, les infections au virus Zika se sont multipliées dernièrement. Parallèlement, le nombre de nouveau-nés présentant des malformations cérébrales, c’est-à-dire une tête très petite (microcéphalie), augmente au nord-est du Brésil.

Les premiers examens indiquent qu’il pourrait y avoir un lien entre la recrudescence de ces malformations et la multiplication d’infections au virus Zika. Mais à l’heure actuelle, ce lien n’a pas encore pu être prouvé avec certitude. Des investigations supplémentaires devront permettre de comprendre la relation entre la microcéphalie des nourrissons et le virus Zika. Par ailleurs, d’autres causes potentielles pour cette recrudescence de microcéphalies doivent également être examinées.

On sait en revanche que le virus Zika peut être transmis par la mère porteuse du virus à son enfant pendant la grossesse ou lors de l’accouchement.

Zika : un risque pour les femmes enceintes ?

En attendant d’en savoir plus sur le virus Zika et les risques qui y sont liés, il est conseillé aux femmes enceintes (et aux femmes ayant un projet de grossesse) de prendre des mesures de précaution assez strictes :

  • Il est recommandé aux femmes enceintes d’éviter les voyages dans des pays à risque.
  • Si un tel voyage ne peut être évité, les femmes enceintes doivent consulter un médecin au préalable pour qu’il puisse leur fournir les renseignements nécessaires et les conseiller en vue du voyage. Dans le pays à risque, il est important que les femmes se protègent de manière efficace contre les piqûres de moustique.

Le fait d’avoir été infecté par le virus Zika par le passé ne constitue probablement pas de risque lors d’une future grossesse.

Le virus Zika : un danger en cas de grossesse ?

Il est conseillé aux femmes enceintes d’annuler – ou du moins de décaler – tout voyage dans des pays à risque de Zika.

Comme actuellement le virus Zika se propage de façon importante en Amérique du Sud, et comme le nombre d’enfants nés avec une malformation cérébrale (microcéphalie) augmente notamment au Brésil, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a décrété l’état d’urgence sanitaire mondial le 1er février 2016. Cela signifie que les médecins dans le monde entier doivent prendre des mesures afin de limiter la propagation du virus dans la mesure du possible. Il n’est pas encore clair de quelles mesures il s’agira. Dans certains pays, on commence déjà de fumiger d’éventuels foyers des moustiques.

A lire aussi :  
> Le voyage et la grossesse
> Conseils aux voyageurs
> Voyager en bonne santé : les adresses à connaître


publicité