publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Zona : les complications et la douleur post-zostérienne

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (29. octobre 2014)

En cas de zona, après que les vésicules aient séché, il peut y avoir persistance de douleurs, au niveau du nerf touché. C'est ce qui est connu sous le nom de douleur post-zostérienne qui, dans certains cas, ressemble aux douleurs neuropathiques.

Les douleurs post-zostériennes semblent provenir de l'endroit où le zona est visible alors qu'en fait elles sont beaucoup plus profondes que cela, puisqu'il s'agit d'une atteinte du nerf.

Ces douleurs sont extrêmement fluctuantes et dépendantes de l'atteinte du nerf. Parfois, elles sont simplement agaçantes de par leur caractère sourd et lancinant. D'autres fois, les douleurs du zona sont tellement fortes et persistances qu'elles finissent par devenir invalidantes, poussant les personnes atteintes à déprimer, voire à faire une dépression. Certains évoquent des brûlures ou des décharges électriques, d'autres des coups de poignard ou carrément l'impression d'arrachement.

Ces douleurs sont traitées par des antalgiques plus ou moins forts : paracétamol ou tramadol, ou des médicaments aux propriétés sédatives ou anxiolytiques (clonazepam), voire antiépileptiques utilisées dans les douleurs neuropathiques. Dans certains cas, on associe un anti-inflammatoire type ibuprofène, ou des antidépresseurs afin d'améliorer la douleur mais apporter également une béquille chimique à cet état insupportable.

Il peut arriver que les lésions cutanées du zona laissent des cicatrices inesthétiques. Il faut éviter de gratter les lésions, voire de les toucher sous peine de les infecter. Parfois les cicatrices finissent par disparaître d'elles-mêmes au bout de quelques semaines. Si elles ne disparaissent pas, vous pouvez prendre rendez-vous chez votre dermatologue afin de trouver des solutions pour les atténuer.



publicité