publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tout savoir sur le Botox ! : Le mode d'action

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (21. octobre 2010)

Botox®, c’est un peu comme Frigidaire® pour les réfrigérateurs. C’est le nom commercial de la toxine botulinique. Donc, ça commence mal : Botox® est un abus de langage ! Cela dit, parler de toxine botulinique, aurait de quoi effrayer la foule sans cesse renouvelée des adeptes de la jeunesse éternelle... La toxine botulinique est une neurotoxine produite par une bactérie, de son petit nom : Clostridium botulinum. A très forte dose, la toxine botulinique provoque le botulisme, une maladie mortelle, provoquée par l’ingestion de conserves avariées.

Autres petits noms du Botox® : Vistabel®, Dysport® et le Neurobloc® (de différents laboratoires pharmaceutiques). Seuls Vistabel® et Azzalure® ont l’Autorisation de mise sur le marché pour le traitement des rides situées entre les sourcils (glabellaires). A l’origine on utilisait Botox® en ophtalmologie, pour traiter des strabismes, et il a aujourd’hui d’autres indications : blépharospasme (spasme de la paupière), spasme hémifacial...

Comment ça marche ?

La toxine botulinique a pour effet de bloquer la libération de l’acétylcholine. Explication : Les nerfs fabriquent et transportent une substance chimique (l’acétylcholine) qui permet au muscle de se contracter. Si on bloque la libération de l’acétylcholine, du coup, on bloque la contraction du muscle. Et on obtient un relâchement du muscle qui efface, du même coup, les rides disgracieuses.
Ce produit permet donc de traiter efficacement, les rides d’expression, comme les rides du lion, les rides de la patte d’oie et du front.


publicité