publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'acupuncture : et son rapport avec la médecine occidentale

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. décembre 2016)

A l'inverse de la médecine occidentale qui a tendance à compartimenter le corps, les organes et les fonctions, la médecine chinoise montre une relation constante entre tout organe, tout système physiologique, mais aussi entre la personne et son environnement.

L'harmonie, l'équilibre au sein de ce tout est garant de notre bonne santé. L'acupuncture vise à rétablir cette harmonie, à rééquilibrer ces énergies afin de traiter ou de soulager certaines pathologies, ou bien à prémunir notre organisme contre celles-ci.

Contrairement à la médecine occidentale, la médecine traditionnelle chinoise ne traite pas les symptômes, organe par organe, mais la personne "dans son ensemble".

Il ne faut pas voir ces deux médecines comme des médecines concurrentes, mais comme complémentaires : l'acupuncture ne vient en aucun cas se substituer à la médecine occidentale ; elle est au contraire là pour la renforcer, ou en complément.

L’acupuncture dans le monde

Pratiquée depuis des milliers d'années, l'acupuncture connaît un succès grandissant dans le monde occidental. Dans sa "Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle", l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souligne un progrès significatif de l'acupuncture au niveau mondial : celle-ci serait désormais utilisée partout dans le monde, 80 % des pays membres reconnaîtraient à ce jour l'acupuncture. 

Le statut de l’acupuncture en France 

En France, la législation limite officiellement la pratique de l'acupuncture aux médecins et aux sages-femmes.

La principale garantie de sécurité reste la formation du praticien.

Actuellement, les organismes professionnels et les différentes écoles mettent en place des listes recensant les praticiens avec leur formation, leurs spécialités. Dans certaines facultés de médecine françaises, l'acupuncture est enseignée grâce à la mise en place de diplômes inter-universitaires.

Le remboursement

Soyons clairs ! L'acupuncture n'est en principe pratiquement pas remboursée par l'Assurance maladie, même quand les séances sont dispensées par un médecin. L'Assurance maladie indique que la seule indication pour laquelle l'acupuncture est remboursée correspond à un "traitement adjuvant et de deuxième intention chez l'adulte de nausées et vomissements... avec un programme de prise en charge globale au sevrage alcoolique et tabagique". Dans ce cas - et dans ce cas seulement !, la séance peut être remboursée à 70% sur une base de tarif de 18 euros.

A côté de cela, des séances d'acupuncture dispensées par une sage-femme ou un médecin peuvent être remboursées dans le cadre d'une grossesse. Pour que la séance d'acupuncture soit prise en charge à 100% par l'Assurance maternité, il faut que cette séance se tienne 4 mois avant la date présumée de l'accouchement jusqu'à 12 jours après. A noter que ces séances d'acupuncture peuvent se faire dans le cadre d'une préparation à l'accouchement (avec cependant un remboursement distinct par l'Assurance maternité).

Certaines mutuelles remboursent des séances d'acupuncture, au même titre que d'autres actes thérapeutiques relevant de disciplines de santé non conventionnelles (ostéopathie, naturopathie...). Les conditions varient d'une mutuelle à l'autre : certaines proposent un forfait annuel, d’autres le remboursement d’une somme prédéfinie et ce pour un certain nombre de séances… 
Il est donc essentiel de se renseigner auprès de votre mutuelle sur les éventuelles conditions de remboursement de l'acupuncture.

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Acupuncture, Médecines douces ou Un médecin vous répond !


publicité