publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'acupuncture : piqûre et moxibustion

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. décembre 2016)

Toute séance d'acupuncture débute par une consultation, avec en particulier des examens des pouls chinois, de la langue... Ce bilan se base aussi sur un interrogatoire médical. Certaines questions posées par le praticien sont différentes de celles posées classiquement par le médecin généraliste. Une fois le diagnostic établi selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise, le traitement peut faire appel à 2 techniques : la piqûre (pose d'aiguille) et la moxibustion.

La piqûre (pose d'aiguille)

Le praticien utilise des aiguilles de différentes tailles, en calibre et longueur, en fonction des points traités. La technique employée (manipulation, temps de pause) diffère selon l'effet souhaité : tonification pour une zone « vide » d'énergie, dispersion pour une zone où l'énergie est en « surplus ». Les points d'acupuncture utilisés ne se situent pas forcément sur le lieu d'expression du symptôme.

Et la douleur ? A la vue de ces aiguilles, il est tout à fait légitime de se poser cette question : est-ce que ça fait mal ? Les piqûres ne sont pas très douloureuses et si le patient ressent quelque chose, il s'agit davantage d'un engourdissement. Celui-ci disparaît progressivement.

Pour des raisons de sécurité sanitaire, le praticien utilise un matériel stérile à usage unique, et suit les règles d'hygiène strictes de base (lavage des mains, désinfection de la peau...).

La moxibustion

La moxibustion (du nom " moxa ", désignant des petits cônes d'armoise séchée) fait partie de l’arsenal de l’acupuncteur : elle consiste à apporter de la chaleur, et donc de l'énergie (yang), sur des points, zones ou trajets d'énergie du corps.

L’armoise fait partie de la famille des chrysanthèmes : c’est donc une plante qui résiste bien au froid et dispose ainsi d’un potentiel de chaleur important.

En moxibustion, l’armoise est utilisée sous forme de poudre, de cône ou de petits bâtonnets moxa qui sont brûlés : la chaleur qui se dégage lors de la combustion de l’armoise stimule les points d'acupuncture et permet de relancer la fonction du yang, à stimuler les fonctions – la chaleur de l’organisme, à renforcer le système immunitaire, etc.

Les indications pour la moxibustion sont donc les mêmes que pour l’acupuncture par piqûre. Souvent, les deux traitements sont combinés. 

Bon à savoir : A chaque séance, pour un même patient et une même maladie, le traitement - choix des points, de la technique, des aiguilles - sera différent, car il prend en compte la qualité du Qi, du Yang et du Yin à un moment précis.

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Acupuncture, Médecines douces ou Un médecin vous répond !


publicité