publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'ostéopathie pour nouveau-né : Torticolis et tête plate

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juillet 2013)

Ce sont des situations assez assez fréquentes chez le nouveau-né.

Les contraintes mécaniques à la naissance font que l'on observe un micro-déplacement entre les surfaces articulaires de la base du crâne et les premières vertèbres.

En résultent une rotation, une extension et une latéroflexion de la tête avec une contracture musculaire réflexe que l'on appelle plus communément torticolis. Bien entendu, un examen médical du nouveau-né s'impose.

Dès la naissance, par des mobilisations douces et appropriées, l'ostéopathie appliquée au nouveau-né a pour effet d'agir sur ces premières articulations vertébrales.

La moelle épinière, les artères du cerveau sont proches : il convient d'être particulièrement précis dans le geste. Il s'agit d'un acte médical. Puis, par les mêmes mobilisations douces, on prend en charge les sutures du crâne, qui souvent sont en situation de chevauchement.

La plagiocéphalie (tête plate) est une craniosténose de la suture coronale, antérieure, une malformation congénitale, rare. A l'opposé, les cas de tête plate postérieure sont de plus en plus fréquemment observés, notamment depuis les recommandations officielles consistant à coucher le bébé sur le dos pour dormir.

Il suffit également que l'enfant adopte un côté préférentiel pour poser sa tête, et apparaît alors souvent une déformation asymétrique occipito/pariétale. Un torticolis avec hyperextension de la tête, un chevauchement des sutures, peuvent s'installer secondairement. Cette situation apparaît de manière plus tardive après la naissance.

Le médecin ostéopathe va détendre pareillement les tissus, les contraintes et surtout apprendre aux parents à corriger au quotidien la mauvaise posture, à stimuler le regard du bébé de l'autre côté.

Conseils pratiques
En marge des manipulations effectuées lors d'une séance d'ostéopathie chez un nouveau-né, quelques conseils peuvent être donnés en cas d'une tête aplatie à droite, par exemple :
> Positionner le berceau de telle sorte que son regard soit attiré vers la lumière côté gauche,
> Surélever le lit en haut par une cale unique à droite,
> Placer le mobile au pied du lit côté gauche,
> Donner le biberon (ou la tétée au sein si possible) côté gauche,
> Dans les transats : éviter que bébé ne glisse en bas pour ne pas aggraver l'extension, bien l'attacher et le caler,
> Le sortir du lit « en position berceau » en maintenant la tête, et non sous les aisselles...
> Opter pour le coussin postural.

Il faudra bien sûr faire l'inverse en cas de tête aplatie du côté gauche.


publicité