publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'ostéopathie pour nouveau-né

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (02. juillet 2013)

L'ostéopathie pour nouveau-né est une discipline qui connaît de plus en plus de succès.

La grossesse et l' accouchement sont des situations physiologiques. Toutefois, le développement intra-utérin et la naissance soumettent le foetus à des contraintes mécaniques, potentiellement traumatisantes. D'autant plus, s'il y a nécessité de manoeuvres d'extraction lors de l'accouchement.

Torticolis, pleurs, troubles du sommeil, problèmes digestifs... sont des situations pour lesquelles l'approche pédiatrique habituelle est parfois limitée. La médecine manuelle ostéopathie pour le nouveau-né peut apporter une réponse intéressante.

A noter que la pratique de manipulations de la colonne vertébrale chez le nourrisson de moins de six mois est réservée aux titulaires d'un diplôme médical ou paramédical, ou nécessite un diagnostic établi par un médecin attestant l'absence de contre-indication médicale à l'ostéopathie (délivrance d'un certificat).

Commencer par un examen médical


Avant toute intervention chez un enfant et bien sûr un nourrisson, un examen médical pédiatrique est indispensable.

La consultation de médecine manuelle ostéopathie est ensuite un acte à part. C'est un acte long pour lequel le médecin préfèrera que le bébé soit bien "relâché", ce qui est souvent plus difficile avec un nourrisson âgé de 8 à 24 mois.

L'ostéopathie agit sur les vertèbres par des techniques douces, non forcées. Il faut bien connaître l'anatomie, les spécificités physiologiques du bébé, car les organes vitaux sont très proches !

La prise en charge des pleurs du bébé, par exemple, en médecine manuelle ostéopathie ne peut donc se concevoir qu'après examen clinique réalisé par un médecin, voire complété par des examens complémentaires, afin de ne pas passer à côté d'une infection, d'une pathologie ostéo-articulaire, métabolique (hypoglycémie, hypoxémie...), de troubles digestifs.


publicité