publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Traitement homéopathique : comment ça marche ? : Que faire quand le traitement n'agit pas ?

Publié par : Clémentine Fitaire (13. mars 2011)

Interview d'Yves Lévèque, médecin homéopathe à Limoges et responsable pédagogique au CEDH (Centre d'Enseignement et de Développement de l'Homéopathie).

Utilisez-vous systématiquement l'homéopathie pour traiter vos patients ?

Non je n’utilise pas systématiquement l’homéopathie. Mon métier de médecin me pousse à choisir le ou les meilleurs traitements pour un patient (homéopathie, allopathie, kinésithérapie, chirurgie...).

L’homéopathie est une remarquable possibilité supplémentaire qui peut s’utiliser seule ou en association avec les différentes approches thérapeutiques.

La question que je me pose pour chaque patient, c’est : existe-t-il une place pour l’homéopathie, dans la stratégie de détermination de la conduite à tenir dans ce cas précis ?

Que faire lorsque le traitement homéopathique n'agit pas ?

Quand un traitement homéopatique n’agit pas, il faut toujours se demander :

S’il existe une possibilité de traitement homéopathique pour la maladie en cause ?

Si le choix du ou des médicaments homéopathiques est juste ?

Si le niveau de dilution est le bon ?

Et si la fréquence de prise est bien adaptée ?

Par rapport à ses voisins Européens, la France est-elle plutôt une grande utilisatrice d'homéopathie ?

La réponse est oui, car en France l’équation indispensable pour le développement et le bon usage de l’homéopathie est résolue. Il faut une demande des patients, des professionnels de santé compétents bien formés, et des médicaments de qualité, fiables et accessibles.

L'homéopathie peut-elle, dans certains cas, provoquer des effets secondaires ?

Il n’existe pas de véritable effet secondaire en homéopathie. Si une aggravation des symptômes est constatée, c’est qu’il existe une grande sensibilité au médicament choisi.
C’est donc que la dilution doit être plus élevée (15 CH ou 30 CH) pour contourner le problème d’une sensibilité préexistante (bon répondeur), ou d’une sensibilité acquise lors de la maladie.

Pour en savoir plus, faites ce quiz sur les traitements homéo.


publicité