publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ACTILYSE 20 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Hémostase et sang
principes actifs: Altéplase
laboratoire: Boehringer Ingelheim

Poudre et solvant pour solution injectable ou pour perfusion IV
Boîte de 1 Flacon de poudre + flacon de solvant (+ canule) de 20 ml
Toutes les formes

Indication

1 Traitement thrombolytique à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde

· Schéma thérapeutique dit "accéléré" (90 minutes) (voir rubrique Posologie et mode d'administration) : destiné aux patients chez qui le traitement peut être débuté dans les 6 heures suivant l'apparition des symptômes.

· Schéma thérapeutique dit "des 3 heures" (voir rubrique Posologie et mode d'administration) : destiné aux patients chez qui le traitement peut être débuté entre 6 et 12 heures après l'apparition des symptômes, à condition que l'indication soit évidente.

L'altéplase permet de réduire le taux de mortalité à 30 jours après infarctus du myocarde.

2 Traitement thrombolytique après embolie pulmonaire aiguë massive avec instabilité hémodynamique

Le diagnostic devra être confirmé dans la mesure du possible par des méthodes objectives (angiographie, scanner).

Il n'existe pas de preuve d'un bénéfice en terme de morbi-mortalité dans cette indication.

3 Traitement fibrinolytique de l'accident vasculaire cérébral ischémique à la phase aiguë

Le traitement doit être instauré le plus tôt possible dans le délai des 4h30 suivant l'apparition des symptômes d'accident vasculaire cérébral et après avoir exclu une hémorragie intracrânienne par des techniques appropriées d'imagerie (par exemple, tomodensitométrie cérébrale ou autre méthode d'imagerie sensible pour le diagnostic d'une hémorragie). L'effet du traitement est temps-dépendant ; par conséquent, plus le traitement est administré précocement, plus la probabilité de résultat clinique favorable est élevée.

Posologie ACTILYSE 20 mg Poudre et solvant pour solution injectable ou pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de poudre + flacon de solvant (+ canule) de 20 ml

Le traitement par l'altéplase devra être instauré aussitôt que possible après l'apparition des symptômes. Les recommandations suivantes concernant la posologie doivent être appliquées :

Avant l'administration et dans des conditions rigoureuses d'asepsie, dissoudre l'altéplase (10, 20 ou 50 mg) dans un volume d'eau pour préparations injectables conformément au tableau suivant, afin d'obtenir une concentration finale soit de 1 mg d'altéplase/ml, soit de 2 mg d'altéplase/ml :

Flacon d'ACTILYSE

10 mg

20 mg

50 mg

Concentration finale

Volume d'eau pour préparations injectables à ajouter à la poudre sèche (ml)

 (a) 1 mg d'altéplase/ml             

10

20

50

(b) 2 mg d'altéplase/ml             

5

10

25

La solution reconstituée doit alors être administrée par voie intraveineuse. Elle peut être diluée davantage avec une solution injectable stérile de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0,9 %) jusqu'à une concentration minimale  de 0,2 mg/ml. Il n'est pas recommandé de diluer la solution reconstituée au moyen d'eau pour préparations injectables ou d'un soluté sucré (dextrose par exemple). ACTILYSE ne doit pas être mélangé à d'autres médicaments (dont l'héparine) dans le même flacon de perfusion ou dans le même cathéter. Pour d'autres instructions pratiques pour la préparation et la manipulation, voir rubriques Incompatibilités et Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.

L'expérience est limitée chez l'enfant et l'adolescent. ACTILYSE est contre-indiqué pour le traitement de l'accident vasculaire aigu chez l'enfant et l'adolescent (voir rubrique Contre-indications).

4.2.1 Infarctus du myocarde

a) Schéma posologique dit "accéléré" (90 minutes) adapté aux patients pouvant être traités dans les 6 heures suivant l'apparition des symptômes :

Concentration d'altéplase

1 mg/ml

2 mg/ml

ml

ml

Bolus intraveineux de 15 mg

15

7,5

Perfusion de 50 mg sur 30 minutes

50

25

Suivie d'une perfusion de 35 mg sur 60 minutes sans dépasser la dose maximale de 100 mg

35

17,5

Chez les patients de poids corporel inférieur à 65 kg, la dose doit être adaptée en fonction du poids selon le schéma d'administration suivant :

Concentration d'altéplase

1 mg/ml

2 mg/ml

ml

ml

Bolus intraveineux de 15 mg

15

7,5

ml / kg (pc)

ml / kg (pc)

Perfusion de 0,75 mg/kg de poids corporel (pc)  sur 30 minutes (au maximum 50 mg)

0,75

0,375

Suivie d'une perfusion de 0,5 mg/kg de poids corporel (pc) sur 60 minutes (au maximum 35 mg)

0,5

0,25

b) Schéma posologique dit "des 3 heures" adapté aux patients chez qui le traitement est mis en oeuvre entre la 6e et la 12e heure suivant l'apparition des symptômes :

Concentration d'altéplase

1 mg/ml

2 mg/ml

ml

ml

Bolus intraveineux de 10 mg

10

5

Perfusion de 50 mg sur les 60 premières minutes

50

25

ml / 30 min.

ml / 30 min.

Suivie de perfusions successives de 10 mg sur 30 minutes jusqu'à une dose maximale de 100 mg sur 3 heures

10

5

Chez les patients de poids corporel inférieur à 65 kg, la dose totale ne doit pas dépasser 1,5 mg/kg.

La dose totale d'altéplase ne doit pas dépasser 100 mg.

Traitements associés :

Un traitement adjuvant antithrombotique est recommandé conformément aux recommandations internationales actuelles concernant la prise en charge des patients présentant un infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST. Un traitement par l'acide acétylsalicylique doit être instauré dès que possible après l'apparition des symptômes et poursuivi au long cours, sauf s'il est contre-indiqué.

4.2.2 Embolie pulmonaire

Une dose totale de 100 mg d'altéplase doit être administrée en 2 heures. L'expérience acquise porte essentiellement sur le schéma posologique suivant :

Concentration d'altéplase

1 mg/ml

2 mg/ml

ml

ml

Bolus intraveineux de 10 mg sur 1 à 2 minutes

10

5

Suivie d'une perfusion de 90 mg sur 2 heures

90

45

Pour les patients pesant moins de 65 kg, la dose totale ne doit pas excéder 1,5 mg/kg.

Traitement associé :

Après le traitement par ACTILYSE, une héparinothérapie doit être instaurée (ou reprise) si la valeur du TCA est inférieure à deux fois la limite supérieure de la normale. La perfusion doit être ajustée afin d'obtenir un TCA de 50 à 70 secondes (1,5 à 2,5 fois la valeur de référence).

4.2.3     Accident vasculaire cérébral ischémique à la phase aiguë

L'instauration et le suivi du traitement doivent être réalisés sous la responsabilité d'un médecin formé et expérimenté en pathologie neurovasculaire (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).

La posologie recommandée est de 0,9 mg d'altéplase/kg de poids corporel (dose maximale de 90 mg) en perfusion intraveineuse sur 60 minutes, 10% de la dose totale devant être administrée initialement par bolus intraveineux.

Le traitement par ACTILYSE doit être initié le plus tôt possible dans le délai des 4h30 suivant l'apparition des symptômes. Au-delà de 4h30 après l'apparition des symptômes, l'administration d'ACTILYSE est associée à un rapport bénéfice/risque défavorable, ACTILYSE ne doit donc pas être administré (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Traitement associé :

La tolérance et l'efficacité de ce protocole d'administration en association avec l'héparine et l'acide acétylsalicylique au cours des 24 premières heures suivant l'apparition des symptômes n'ont pas été suffisamment étudiées. L'administration d'acide acétylsalicylique ou d'héparine par voie intraveineuse doit être évitée au cours des premières 24 heures suivant l'administration d'ACTILYSE. Si l'administration d'héparine est rendue nécessaire pour d'autres indications (par exemple en prévention de thrombose veineuse profonde), la posologie ne doit pas dépasser 10 000 UI par jour, par voie sous-cutanée.

Contre indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.

Comme tous les agents thrombolytiques, ACTILYSE est contre-indiqué dans tous les cas associés à un risque hémorragique élevé :

· trouble hémorragique significatif actuel ou au cours des six derniers mois.

· diathèse hémorragique connue.

· traitement concomitant par des anticoagulants oraux (par exemple warfarine).

· hémorragie sévère ou potentiellement dangereuse, manifeste ou récente.

· antécédents ou suspicion d'hémorragie intracrânienne.

· suspicion d'hémorragie sous-arachnoïdienne ou antécédents d'hémorragie sous-arachnoïdienne liée à un anévrisme.

· antécédents de lésion sévère du système nerveux central (par exemple néoplasie, anévrisme, intervention chirurgicale intracérébrale ou intra-rachidienne).

· massage cardiaque externe traumatique récent (moins de 10 jours), accouchement, ponction récente d'un vaisseau non accessible à la compression (par exemple, ponction de la veine sous-clavière ou jugulaire).

· hypertension artérielle sévère non contrôlée.

· endocardite bactérienne, péricardite.

· pancréatite aiguë.

· ulcères gastro-intestinaux documentés au cours des 3 derniers mois, varices oesophagiennes, anévrisme artériel, malformations artérielles ou veineuses.

· néoplasie majorant le risque hémorragique.

· hépatopathie sévère, y compris insuffisance hépatique, cirrhose, hypertension portale (varices oesophagiennes) et hépatite évolutive.

· intervention chirurgicale ou traumatismes importants au cours des 3 derniers mois.

1 Contre-indication complémentaire dans l'indication d'infarctus du myocarde à la phase aiguë

· tout antécédent connu d'accident vasculaire cérébral hémorragique ou d'origine inconnue.

· antécédents connus d'accident vasculaire cérébral ischémique ou d'accident ischémique transitoire (AIT) au cours des six mois précédents, sauf si l'accident vasculaire cérébral ischémique à la phase aiguë est survenu dans les trois précédentes.

2 Contre-indication complémentaire dans l'indication d'embolie pulmonaire aiguë

· tout antécédent connu d'accident vasculaire cérébral hémorragique ou d'origine inconnue.

· antécédents connus d'accident vasculaire cérébral ischémique ou d'accident ischémique transitoire (AIT) au cours des six mois précédents, sauf si l'accident vasculaire cérébral ischémique aigu est survenu dans les trois précédentes.

3 Contre-indications complémentaires dans l'indication d'accident vasculaire cérébral ischémique à la phase aiguë

· symptômes d'accident vasculaire cérébral ischémique apparus plus de 4h30 avant l'initiation du traitement ou dont l'heure d'apparition est inconnue et pourrait potentiellement être supérieure à 4h30 (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

· déficit neurologique mineur ou symptômes s'améliorant rapidement avant l'initiation du traitement.

· accident vasculaire cérébral jugé sévère cliniquement (par exemple NIHSS > 25) et/ou par imagerie.

· crise convulsive au début de l'accident vasculaire cérébral.

· signes d'hémorragie intracrânienne (HIC) au scanner.

· symptômes suggérant une hémorragie sous-arachnoïdienne, même en l'absence d'anomalie au scanner.

· administration d'héparine au cours des 48 heures précédentes avec un TCA (temps de céphaline + activateur) dépassant la limite supérieure de la normale.

· patient diabétique présentant des antécédents d'accident vasculaire cérébral.

· antécédent d'accident vasculaire cérébral au cours des 3 derniers mois.

· plaquettes inférieures à 100 000/mm3.

· pression artérielle systolique > 185 mm Hg ou pression artérielle diastolique > 110 mm Hg, ou traitement d'attaque (par voie intraveineuse) nécessaire pour réduire la pression artérielle à ces valeurs seuils.

· glycémie inférieure à 50 ou supérieure à 400 mg/dl.

Utilisation chez l'enfant et l'adolescent

ACTILYSE n'est pas indiqué pour le traitement de l'accident vasculaire cérébral à la phase aiguë chez les patients de moins de 18 ans.

Utilisation chez le patient âgé

ACTILYSE n'est pas indiqué pour le traitement de l'accident vasculaire cérébral à la phase aiguë chez les patients âgés de plus de 80 ans.

Effets indésirables Actilyse

Les effets indésirables cités ci-dessous sont présentés par fréquence et par classe de systèmes d'organes. Les groupes de fréquence sont définis selon la convention suivante : Très fréquent (≥1/10), Fréquent (≥1/100, <1/10), Peu fréquent (≥1/1000, <1/100), Rare (≥1/10 000, <1/1000), Très rare (<1/10 000), Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

A l'exception des cas d'hémorragies intracrâniennes comme effet indésirable pour le traitement de l'accident vasculaire cérébral et des cas d'arythmies de reperfusion pour le traitement de l'infarctus du myocarde, aucune raison médicale ne laisse supposer que le profil qualitatif et quantitatif des effets indésirables d'ACTILYSE puisse être différent dans le cadre du traitement de l'embolie pulmonaire et de l'accident vasculaire cérébral ou dans le cadre du traitement de l'infarctus du myocarde .

Hémorragies

Les troubles hémorragiques associés à une chute de l'hématocrite et de l'hémoglobinémie constituent les effets indésirables les plus fréquemment associés à l'administration d'ACTILYSE :

Très fréquent

Saignement au niveau de vaisseaux endommagés (tel que hématome), hémorragie au site d'injection (hémorragie au site de ponction, hématome au site du cathéter, hémorragie au site du cathéter).

Fréquent

Hémorragie intracrânienne (telle que hémorragie cérébrale, hématome cérébral, accident vasculaire cérébral hémorragique, transformation hémorragique d'un accident vasculaire cérébral, hématome intracrânien, hémorragie sous-arachnoïdienne) en cas de traitement d'un accident vasculaire cérébral à la phase aiguë. L'hémorragie intracérébrale symptomatique représente le principal effet indésirable dans le traitement de l'accident vasculaire cérébral ischémique aigu (jusqu'à 10% des patients sans augmentation de la mortalité globale et sans augmentation significative du critère combiné mortalité globale + handicap majeur, c'est-à-dire présentant un score sur l'échelle de Rankin modifiée (mRS) de 5 ou 6).

Hémorragie des voies respiratoires (telle qu'hémorragie pharyngée, épistaxis, hémoptysie).

Hémorragie gastro-intestinale (telle qu'hémorragie gastrique, hémorragie ulcéreuse gastrique, hémorragie du rectum, hématémèse, méléna, hémorragie buccale, saignements des gencives).

Ecchymoses.

Hémorragie urogénitale (telle qu'hématurie, hémorragie des voies urinaires).

Nécessité d'une transfusion sanguine.

Peu fréquent

Hémorragie intracrânienne (telle qu'hémorragie cérébrale, hématome cérébral, accident vasculaire cérébral hémorragique, transformation hémorragique d'un accident vasculaire cérébral, hématome intracrânien, hémorragie sous-arachnoïdienne) en cas de traitement d'un infarctus du myocarde aigu ou d'une embolie pulmonaire aiguë.

Otorragies.

Hémopéricarde.

Hémorragie retropéritonéale (telle que hématome retropéritonéal).

Rare

Saignements des organes parenchymateux (tel que hémorragie hépatique, hémorragie pulmonaire).

Très rare

Saignements oculaires.

Des décès et des handicaps irréversibles ont été rapportés chez des patients ayant présenté un accident vasculaire cérébral  (y compris des saignements intracrâniens) ou d'autres épisodes de saignements graves.

Le traitement fibrinolytique doit être interrompu en cas de survenue d'une hémorragie potentiellement dangereuse, en particulier d'une hémorragie cérébrale. En général, il n'est cependant pas nécessaire d'administrer des facteurs de coagulation en raison de la courte demi-vie de l'altéplase et de ses faibles effets sur ces facteurs de coagulation systémiques. Dans la plupart des cas, les saignements peuvent être contrôlés par une interruption des traitements thrombolytique et anticoagulant, par l'administration d'une solution de remplissage vasculaire ou par une pression manuelle sur le vaisseau lésé.

On peut envisager de recourir à la protamine en cas d'administration d'héparine dans les 4 heures précédant la survenue de l'hémorragie. Chez les rares patients ne répondant pas à ces mesures conservatrices, l'utilisation appropriée de produits de transfusion peut être envisagée. Une transfusion de cryoprécipité, de plasma frais congelé ou de plaquettes peut être envisagée en surveillant les paramètres cliniques et biologiques après chaque administration. Le taux de fibrinogène à atteindre en cas de perfusion de cryoprécipité est de 1 g/l. Les antifibrinolytiques constituent la dernière alternative thérapeutique.

Troubles du système immunitaire

Peu fréquent

Réactions d'hypersensibilité/ réactions anaphylactoïdes (par exemple réactions allergiques telles qu'éruption cutanée, urticaire, bronchospasme, oedème de Quincke, hypotension, choc ou tout autre symptôme associé à une réaction allergique).

Très rare

Anaphylaxie grave.

Dans de rares cas, on a pu observer une formation transitoire de faibles taux d'anticorps dirigés contre ACTILYSE, mais la pertinence clinique de ces observations n'a pas été établie.

Troubles du système nerveux

Très rare

Evènements d'origine centrale (par exemple crise d'épilepsie, convulsions, aphasie, troubles de la parole, delirium, troubles neuropsychiatriques aigus, agitation, confusion, dépression, psychose), souvent associés à des évènements cérébrovasculaires d'origine ischémique ou hémorragique.

Troubles cardiaques

Comme avec les autres agents thrombolytiques, les évènements suivants ont été rapportés en tant que séquelles d'un infarctus du myocarde ou d'un traitement thrombolytique :

Très fréquent

Ischémie myocardique récurrente/ angor, hypotension et insuffisance cardiaque/ oedème pulmonaire, arythmies de reperfusion (tel qu'arythmie, extrasystole, bloc auriculo-ventriculaire du 1er degré jusqu'au bloc complet, fibrillation auriculaire, flutter auriculaire, bradycardie, tachycardie, arythmie ventriculaire, tachycardie ventriculaire, fibrillation, dissociation électromagnétique).

Fréquent

Arrêt cardiaque, choc cardiogénique et récidive d'infarctus.

Peu fréquent

Régurgitation mitrale, embolie pulmonaire ou autre embolie systémique, embolie cérébrale, anomalies du septum ventriculaire.

Ces troubles cardiaques peuvent menacer le pronostic vital et entraîner le décès.

Troubles vasculaires

Peu fréquent

Embolie (embolisation thrombotique) pouvant avoir des conséquences dans les organes affectés.

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent

Nausées, vomissements.

Investigations

Très fréquent

Diminution de la pression artérielle.

Fréquent

Augmentation de la température corporelle.

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Rare

Embolie graisseuse (embolie par des cristaux de cholestérol) pouvant avoir des conséquences dans les organes affectés.



publicité