publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ALEPSAL 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Phénobarbital, Caféine
laboratoire: Genevrier

Comprimé
Boîte de 30
Toutes les formes
1,28€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 2,10 €

Indication

CHEZ L'ADULTE :
. soit en monothérapie,
. soit en association à un autre traitement anti-épileptique :
- Traitement des épilepsies généralisées : crises cloniques, toniques, tonico-cloniques.
- Traitement des épilepsies partielles : crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.
CHEZ L'ENFANT :
. soit en monothérapie,
. soit en association à un autre traitement anti-épileptique :
- Traitement des épilepsies généralisées : crises cloniques, toniques, tonico-cloniques.
- Traitement des épilepsies partielles : crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

Posologie ALEPSAL 50 mg Comprimé Boîte de 30

L'efficacité du médicament ne peut être jugée qu'après 15 jours de traitement.
Il en sera de même pour toute modification de la posologie.
Lorsque la clinique le justifie, contrôler la barbitémie en effectuant le prélèvement de préférence le matin (en général 65 à 130 µmol/L chez l'adulte soit 15 à 30 mg/L chez l'adulte et 85 µmol/L soit 20 mg/L chez l'enfant).
- Enfants selon le poids :
. inférieur à 20 kg : 5 mg/kg par jour.
. entre 20 et 30 kg : 3 à 4 mg/kg par jour.
. au dessus de 30 kg : 2 à 3 mg/kg par jour.
Chez l'enfant de moins de 6 ans, le comprimé sera écrasé et mélangé aux aliments avant administration en raison du risque de fausse route.
- Adultes : 2 à 3 mg/kg par jour soit, pour un sujet de 70 kg :
3 comprimés dosés à 50 mg,
2 comprimés dosés à 100 mg,
1 comprimé dosé à 150 mg.
Une seule prise par jour (voir propriétés pharmacocinétiques) au coucher.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé dans les situations suivantes :
- Antécédents d'hypersensibilité aux barbituriques.
- Porphyries.
- Insuffisance respiratoire sévère.
- Traitement par le Saquinavir et l'lfosfamide (phénobarbital utilisé à visée prophylactique).
- En association avec le millepertuis.
DECONSEILLE :
Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes :
- Allaitement : déconseillé, car possibilité de sédation pouvant entraîner des difficultés de succion à l'origine d'une mauvaise courbe pondérale dans la période immédiatement néonatale.
- En association avec l'alcool et les estroprogestatifs et progestatifs utilisés comme contraceptifs (voir interactions).

Effets indésirables Alepsal

- somnolence en début de journée,
- réveil difficile avec parfois difficultés pour articuler,
- troubles de la coordination et de l'équilibre,
- rarement des vertiges avec céphalées,
- réactions cutanées le plus souvent sous forme d'éruptions maculopapuleuses morbiliformes ou scarlatiniformes,
- possibilité de réactions cutanées graves incluant de très rares cas de syndrome de Lyell, syndrome de Stevens-Johnson,
- effets hépatiques : une augmentation isolée de la gammaglutamyltranspeptidase, liée au caractère inducteur enzymatique hépatique du phénobarbital, peut être observée. En règle générale, cette augmentation est sans signification clinique. Une élévation, isolée et modérée d'une transaminase et/ou des phosphatases alcalines est très occasionnellement observée. Très rares cas d'hépatites.
- syndrome d'hypersensibilité : des réactions d'hypersensibilité multisystémique avec le plus souvent fièvre, éruption cutanée, éosinophilie et atteinte hépatique ont été rapportées. L'existence de rares cas de réactions croisées entre le phénobarbital, la phénytoïne et la carbamazépine doit rendre prudent le remplacement de phénobarbital par l'une ou l'autre des molécules.
- arthralgies (syndrome épaule-main ou "rhumatisme gardénalique"),
- troubles de l'humeur,
- anémie mégaloblastique par carence d'acide folique,
- la prise prolongée de phénobarbital (100 mg par jour pendant 3 mois) peut entraîner l'apparition d'un syndrome de dépendance.
Les effets graves intéressant les systèmes hépatique et/ou dermatologique ainsi que les réactions d'hypersensibilité imposent l'arrêt du traitement.



publicité