publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
16/10/2017

AMETYCINE 10 mg poudre pour solution injectable boîte de 1 flacon de 10 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Mitomycine
laboratoire: Kyowa Kirin Pharma

Poudre pour solution injectable
Toutes les formes
23,30€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 24,12 €

Indication

Adénocarcinomes de l'estomac, du pancréas, du côlon, du rectum, du sein et leurs métastases.

Posologie AMETYCINE 10 mg poudre pour solution injectable boîte de 1 flacon de 10 mg

Adénocarcinomes de l'estomac, du pancréas, du côlon, du rectum, du sein et leurs métastases.

Contre indications

Ce médicament est contre-indiqué :

·         Chez la femme enceinte ou qui allaite (voir rubrique Grossesse et allaitement),

·         En association avec :

o   le vaccin contre la fièvre jaune,

o   la phénytoïne à visée prophylactique (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Ce médicament est GENERALEMENT déconseillé en cas d'atteinte de la fonction rénale: créatininémie double de la normale (voir rubrique Effets indésirables) et en association avec les vaccins vivants atténués.

Effets indésirables Ametycine

Voie systémique

Toxicité hématologique : atteinte des 3 lignées possible mais le plus souvent atteinte de la lignée plaquettaire. Cette toxicité est dose-dépendante et cumulative. Elle peut apparaître soit très tôt au cours du traitement soit plus tardivement (jusqu'à 8 semaines après la dernière injection). La récupération se fait généralement en 6 à 8 semaines.

Toxicité gastro-intestinale : nausées, vomissements, anorexie, diarrhée, stomatite, fréquents et généralement modérés.

Toxicité cutanée : alopécie, desquamation, prurit, rash, nécrose locale en cas d'extravasation survenant en règle générale quelques jours après la perfusion, érythrodysesthésie palmo-plantaire (EPP).

Toxicité pulmonaire : pneumopathie interstitielle diffuse à évoquer systématiquement devant une dyspnée, une toux sèche, une hypoxie, et pouvant évoluer vers la fibrose. Des cas d'hypertension artérielle pulmonaire et de maladie veino-occlusive pulmonaire (MVOP) ont été rapportés. Cas exceptionnels d'hypertension artérielle pulmonaire.

Toxicité cardiaque : quelques rares cas d'insuffisance cardiaque ont été signalés, en règle générale chez des patients recevant ou ayant reçu de la doxorubicine.

Toxicité hépatique : élévation des enzymes hépatiques généralement modérée, des cas exceptionnels de maladie véno-occlusive hépatique ont été rapportés après administration de fortes doses de mitomycine C, en règle générale suivies d'une greffe de moelle autologue.

Toxicité rénale : insuffisance rénale modérée ou dans le cadre d'un syndrome hémolytique et urémique (insuffisance rénale, anémie hémolytique, thrombocytopénie, micro-angiopathie...).

Autres : azoospermie, aménorrhée.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.



publicité