publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

AMMONAPS 940 mg/g

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Phénylbutyrate de sodium
laboratoire: Swedish Orphan Inter AB

Granulé
Boîte de 1 Flacon (+c.mesure de 1,2g ou 3,3g ou 9,7g) de 266 g
Toutes les formes

Indication

AMMONAPS est indiqué comme traitement adjuvant dans la prise en charge au long cours des désordres du cycle de l'urée impliquant les déficits en carbamylphosphate synthétase, ornithine transcarbamylase ou argininosuccinate synthétase.
Il est indiqué dans toutes les formes néonatales (déficit enzymatique complet se révélant dans les 28 premiers jours de vie) et également dans les formes de révélation tardive (déficit enzymatique partiel s'exprimant après le premier mois de vie) avec des antécédents d'encéphalopathie hyperammoniémique.

Posologie AMMONAPS 940 mg/g Granulé Boîte de 1 Flacon (+c.mesure de 1,2g ou 3,3g ou 9,7g) de 266 g

Le traitement par AMMONAPS doit être supervisé par un médecin ayant l'expérience du traitement des désordres du cycle de l'urée.

Les granulés d'AMMONAPS doivent être administrés par voie orale (chez les nourrissons et les enfants incapables d'avaler des comprimés et chez les patients dysphagiques), par sonde de gastrostomie ou par sonde nasogastrique.

La dose quotidienne doit être adaptée individuellement en fonction de la tolérance protidique du patient et des apports protidiques alimentaires nécessaires à sa croissance et à son développement.

La dose totale quotidienne de phénylbutyrate de sodium habituellement utilisée en pratique clinique est de :
. 450 - 600 mg/kg/jour chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants de moins de 20 kg,
. 9,9 - 13,0 g/m²/jour chez les enfants de plus de 20 kg, les adolescents et les adultes.
La sécurité et l'efficacité de doses supérieures à 20 g/jour n'ont pas été établies.

Surveillance thérapeutique : Les taux plasmatiques de l'ammoniaque, de l'arginine, des acides aminés essentiels (en particulier les acides aminés branchés), de la carnitine et des protides doivent être maintenus dans les limites de la normale et celui de la glutamine à des taux inférieurs à 1000 µmol/L.

Surveillance nutritionnelle
: AMMONAPS doit être associé à un régime hypoprotidique et dans certains cas, à une supplémentation en acides aminés essentiels et en carnitine.

Dans les formes néonatales par déficit en carbamylphosphate synthétase ou en ornithine transcarbamylase, une supplémentation en citrulline ou en arginine est nécessaire à la dose de 0,17 g/kg/jour ou 3,8 g/m²/jour.
Dans le déficit en argininosuccinate synthétase, la supplémentation en arginine est nécessaire à la dose de 0,4 à 0,7 g/kg/jour ou 8,8 à 15,4 g/m²/jour.

Si une supplémentation calorique est indiquée, il est recommandé d'utiliser une préparation dépourvue de protéines.

La dose totale quotidienne doit être répartie en prises égales administrées lors de chaque repas ou en mangeant (par exemple, 4 à 6 fois par jour chez les jeunes enfants). Lorsqu'ils sont administrés par voie orale, les granulés doivent être mélangés à des aliments solides (tels que de la purée ou de la compote de pomme) ou des aliments liquides (tels que de l'eau, du jus de pomme, du jus d'orange ou des préparations infantiles sans protéines).

Trois cuillères-mesures sont fournies qui délivrent 1,2 g, 3,3 g ou 9,7 g de phénylbutyrate de sodium.
Agiter légèrment le flacon avant emploi.

Contre indications

• Grossesse
• Allaitement
• Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition .

Effets indésirables Ammonaps

Dans les essais cliniques menés avec AMMONAPS, 56% des patients ont présenté au moins un événement indésirable et 78% de ces événements indésirables ont été considérés comme non reliés à AMMONAPS.
Ces effets indésirables concernent essentiellement les appareils reproductif et gastro-intestinal.
Les effets indésirables sont répertoriés ci-dessous par classe de systèmes d'organes et par fréquence. La fréquence est définie comme : très fréquent ( ≥ 1/10), fréq uent (≥ 1/100, <1/10), peu fréquent ( ≥ 1/1 000, <1/100), rare ( ≥ 1/10 000, <1/1 000), très rare (<1/10 000) et indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables doivent être présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Affections hématologiques et du système lymphatique :
Fréquent : Anémie, thrombocytopénie, leucopénie, leucocytose, thrombocytose.
Peu fréquent : Anémie aplasique, ecchymose.

Troubles du métabolisme et de la nutrition :
Fréquent : Acidose métabolique, alcalose, diminution de l'appétit.

Affections psychiatriques :
Fréquent : Dépression, irritabilité.

Affections du système nerveux :
Fréquent : Syncope, céphalée.

Affections cardiaques :
Fréquent : Oedème.
Peu fréquent : Arythmie.

Affections gastro-intestinales :
Fréquent : Douleur abdominale, vomissement, nausée, constipation, dysgueusie.
Peu fréquent : Pancréatite, ulcère peptique, hémorragie rectale, gastrite.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
Fréquent : Rash, odeur anormale de la peau.

Affections du rein et des voies urinaires :
Fréquent : Acidose tubulaire rénale.

Affections des organes de reproduction et du sein :
Très fréquent : Aménorrhée, menstruations irrégulières.

Investigations :
Fréquent : Baisse des concentrations sanguines de potassium, d'albumine, de protéine totale et de phosphate. Hausse des concentrations sanguines en phosphatase alcaline, transaminases, bilirubine, acide urique, chlorure, phosphate et sodium. Prise de poids.

Un cas probable de réaction toxique à AMMONAPS (450 mg/kg/jour) a été rapporté chez une patiente anorexique de 18 ans ayant développé une encéphalopathie métabolique associée à une acidose lactique, une hypokaliémie sévère, une pancytopénie, une neuropathie périphérique et une pancréatite.
Elle a été guérie après réduction de la dose à l'exception d'épisodes récurrents de pancréatite qui ont finalement imposé l'arrêt du traitement.

Déclaration des effets indésirables suspectés
La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système de déclaration - voir Annexe V.



publicité