publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ANANDRON 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Nilutamide
laboratoire: Sanofi-Aventis France

Comprimé
Boîte de 90
Toutes les formes
135,07€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 135,89 €

Indication

Cancer de la prostate métastasé en co-prescription avec la castration chirurgicale ou chimique, l'efficacité s'observant chez les patients non traités antérieurement (moins de 10 % de réponses lorsqu'une première thérapeutique hormonale a été tentée et s'est avérée inefficace ou dépassée).

Posologie ANANDRON 50 mg Comprimé Boîte de 90

· Le traitement par le nilutamide doit être débuté dès la castration, qu'elle soit médicale ou chirurgicale.

· Traitement d'attaque: 300 mg/j durant 4 semaines.

· Traitement d'entretien: 150 mg/jour.

La dose quotidienne peut être indifféremment absorbée en 1 ou plusieurs prises.

Le passage au traitement d'entretien peut être plus précoce en cas de survenue d'effets indésirables, en particulier digestifs.

Contre indications

· Hypersensibilité au nilutamide,

· Insuffisance hépatique sévère,

· Antécédent d'atteinte hépatique lié à la prise de nilutamide,

· Insuffisance respiratoire sévère.

Effets indésirables Anandron

· Troubles visuels
Troubles de l'accommodation à l'obscurité et de la vision des couleurs (environ 25 % des malades traités).
Ces troubles, qui peuvent diminuer malgré la poursuite du traitement, sont peu graves et toujours réversibles à l'arrêt du traitement. Ils peuvent être améliorés par le port de verres teintés.

· Atteinte respiratoire
Des cas de pneumopathies interstitielles on été rapportés avec une incidence de 1 à 2 % au cours des essais cliniques. L'apparition survient habituellement au cours des 3 premiers mois de traitement. Typiquement, les patients présentent une dyspnée progressive parfois accompagnée de toux, de douleurs thoraciques et/ou de fièvre. La radiographie pulmonaire montre des anomalies interstitielles ou alvéolo-interstitielles. Très rarement, la pneumopathie s'installe brutalement avec une insuffisance respiratoire aiguë ou évolue vers une insuffisance respiratoire aiguë (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

· Atteinte hépatique.
Augmentation modérée des transaminases (restant inférieure à 3 fois la limite supérieure à la normale) pouvant régresser sous traitement.
Possibilité d'hépatite cytolytique ou mixte, exceptionnellement hépatite fulminante (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ). Ces atteintes surviennent principalement pendant les 6 premiers mois de traitement.

· Anomalies hématologiques
Exceptionnellement aplasie médullaire, bien que le rôle du nilutamide n'ait pas été établi.

· Troubles digestifs
Nausées, vomissements

· Manifestations endocrines
Impuissance, baisse de la libido, bouffées de chaleur, gynécomastie, hyper-sudation, alopécie; ces signes sont des conséquences de l'effet thérapeutique recherché.

· Intolérance à l'alcool: malaise avec bouffées vasomotrices.



publicité