publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BACLOFENE SUN 10 mg/20 ml 0,5 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Lioresal 10 MG/20 ML
Classe thérapeutique: Rhumatologie
principes actifs: Baclofène
laboratoire: Sun Pharma Indus Eur BV

Solution injectable pour perfusion par voie intrathécale
Boîte de 1 Ampoule de 20 ml
Toutes les formes

Précautions d'emploi

BACLOFENE SUN  doit être administré avec précaution chez les patients présentant :

· une circulation anormale du LCR due à un blocage,

· une épilepsie ou d'autres troubles convulsifs,

· des symptômes de paralysie bulbaire ou une paralysie partielle des muscles respiratoires,

· un état confusionnel aigu ou chronique,

· des troubles psychotiques, une schizophrénie ou une maladie de Parkinson.

· des antécédents de dysautonomie,

· une insuffisance cérébro-vasculaire ou respiratoire,

· une hypertension du sphincter vésical,

· une insuffisance rénale,

· un ulcère peptique,

· une insuffisance hépatique sévère.

Chez les patients dont la spasticité est due à un traumatisme crânien, il est recommandé de ne pas débuter le traitement à long terme avec le baclofène intrathécal avant que les symptômes de spasticité soient stables (c'est-à-dire au moins un an après le traumatisme). Les enfants doivent présenter une masse corporelle suffisante pour l'implantation de la pompe pour perfusion chronique. L'utilisation intrathécale de baclofène chez les patients pédiatriques ne doit être pratiquée que par un médecin expérimenté possédant les compétences requises. L'expérience clinique concernant la sécurité d'emploi et l'efficacité de l'utilisation du baclofène intrathécal chez les enfants de moins de quatre ans est limitée.

Les phases de dose-test, d'implantation et de détermination de la dose d'administration par voie intrathécale doivent être effectuées dans des hôpitaux spécialisés sous surveillance médicale stricte supervisée par un praticien expérimenté afin d'assurer un suivi continu des patients.

Des moyens de réanimation doivent être immédiatement accessibles en raison de la possibilité d'apparition des symptômes mettant en jeu le pronostic vital des patients ou de la survenue d'effets indésirables graves. Des mesures de précautions adéquates doivent être prises avant de commencer le traitement.

Un arrêt brutal de l'administration par voie intrathécale de baclofène, qu'elle qu'en soit la cause, peut se manifester par une fièvre importante, une altération de la conscience, une exacerbation de la spasticité par effet rebond et une rigidité musculaire et dans de rares cas ceci a conduit à des crises d'épilepsie/état de mal épileptique, une rhabdomyolyse, une défaillance multi viscérale et le décès.

Pour éviter tout arrêt brutal de l'administration intrathécale de baclofène, il est recommandé de surveiller attentivement la programmation et le suivi du système de perfusion, les alarmes et de vérifier le calendrier de remplissage. Les patients et les soignants doivent être informés de l'importance du bon suivi du calendrier des visites de remplissage du réservoir et des signes précoces de syndrome de sevrage. Une attention particulière doit être portée aux patients à risques (par exemple, les patients présentant des lésions de la moelle épinière au niveau la sixième vertèbre thoracique (ou plus haut), les patients qui ont du mal à se faire comprendre, ou les patients ayant des antécédents de syndrome de sevrage après l'arrêt d'un baclofène administré par voie orale ou intrathécale).

Les instructions relatives à la programmation et au remplissage de la pompe fournies par les fabricants de systèmes de perfusion doivent être strictement observées. L'expérience de l'administration intrathécale n'est disponible que pour les systèmes de perfusion SynchroMed. Il n'y a pas expérience confirmée avec d'autres systèmes de pompes implantable.

Les pré-requis du traitement par BACLOFENE SUN, solution pour perfusion inclus la tolérance et la réponse à une dose maximum de 100 µg de baclofène administrée en bolus intrathécal en utilisant du BACLOFENE SUN 0,05 mg/1 ml. Avant de commencer le traitement par BACLOFENE SUN, tout autre traitement antispastique doit être interrompu progressivement.

Assistance médicale

Le système de perfusion ne doit pas être implanté avant l'évaluation de la réponse au bolus intrathécal de BACLOFENE SUN 0,05 mg/1 ml. La première administration par voie intrathécale, l'implantation du système de perfusion, la première perfusion et la détermination de la dose de BACLOFENE SUN sont associées à des risques de dépression du système nerveux central, de collapsus cardiovasculaire ou d'insuffisance respiratoire. Ces étapes doivent donc être menées chez des patients hospitalisés avec une disponibilité de soins intensifs et les instructions concernant la posologie doivent être observées. Des moyens de réanimation doivent être accessibles en cas de mise en jeu du pronostic vital ou de surdose sévère. Le praticien doit avoir l'expérience de la technique d'administration intrathécale et des systèmes de perfusion associés.

Surveillance des patients

Dans la période qui suit immédiatement l'implantation de la pompe, au début de la perfusion et à chaque ajustement du débit de perfusion et de la concentration de baclofène dans la pompe, La surveillance des patients doit être attentive jusqu'à l'assurance de la stabilisation de leur état. Le praticien, le patient et le personnel médical et les autres personnes impliquées dans le traitement doivent être informés de risques de ce traitement. En particuliers, les symptômes de surdosage ou de sevrage, les mesures à prendre dans ces cas, l'entretien de la pompe et du site d'implantation doivent être connus.

Implantation de la pompe

Avant l'implantation de la pompe, les patients doivent être indemnes de tout syndrome infectieux, car une infection augmente le risque de complications chirurgicales. Par ailleurs, une infection systémique est susceptible de compliquer l'ajustement posologique.

Remplissage du réservoir de la pompe

Le remplissage du réservoir de la pompe doit être effectué par un praticien expérimenté selon les instructions du fabricant. Les intervalles de remplissage doivent être calculés attentivement pour éviter l'épuisement du réservoir, ce qui entraînerait une exacerbation de la spasticité (voir Sevrage).

Le remplissage doit être effectué dans des conditions d'asepsie rigoureuses pour éviter toute contamination par des microorganismes et les infections. Chaque remplissage et chaque manipulation doit être suivie d'une période d'observation appropriée à la situation clinique. Une extrême prudence est recommandée lors du remplissage d'une pompe implantée possédant un port d'accès direct au cathéter intrathécal. Une injection dans le port d'accès directement dans le cathéter peut provoquer un surdosage mettant en jeu le pronostic vital.

Notes complémentaires concernant l'ajustement posologique

Le maintien d'une certaine spasticité peut être parfois nécessaire pour la station debout et l'équilibre de la marche, ainsi que dans d'autres fonctions. Dans ce cas, afin d'éviter une faiblesse musculaire excessive et pour prévenir le risque de chute, BACLOFENE SUN sera administré avec précautions.

De plus, il peut être important de maintenir un certain tonus musculaire et des spasmes occasionnels des muscles pour favoriser la fonction circulatoire et prévenir la formation éventuelle de thromboses veineuses profondes.

Sevrage

Un arrêt brutal de l'administration de BACLOFENE SUN, qu'elle qu'en soit la cause, peut se manifester par une exacerbation de la spasticité par effet rebond, un prurit, des paresthésies (picotements ou brûlure) et une hypotension. Ceci peut être également à l'origine d'un état d'hyper-réactivité avec des spasmes rapides incontrôlés, une élévation de la température corporelle et de symptômes évocateurs d'un syndrome malin des neuroleptiques comme par exemple altération de la conscience et rigidité musculaire. Dans de rares cas, ceci a conduit à des crises d'épilepsie/état de mal épileptique, une lyse musculaire (rhabdomyolyse), des troubles de la coagulation (coagulopathie), une défaillance multi viscérale et le décès.

Tous les patients recevant un traitement par baclofène par voie intrathécale sont potentiellement à risque de développer un syndrome de sevrage. C'est pourquoi, les patients et les soignants doivent être informés de l'importance du bon suivi du calendrier des visites de remplissage du réservoir de la pompe et des signes et des symptômes précoces du syndrome de sevrage au baclofène.

Les symptômes précoces du syndrome de sevrage au baclofène incluent la récidive de la spasticité initiale, des démangeaisons, une hypotension et des paresthésies. Certains symptômes tardifs du syndrome de sevrage ressemblent à ceux d'un dysfonctionnement du système autonome, d'une infection ou sepsis, d'une hyperthermie maligne, du syndrome malin des neuroleptiques ou tout autre signe accompagnant un état hypermétabolique ou une rhabdomyolyse avancée.

Les autres symptômes de l'arrêt brutal du traitement sont : hallucinations, état psychotique, états maniaques ou paranoïaques, céphalées sévères et insomnie. Une crise dysautonomique accompagnée d'une insuffisance cardiaque a été observée dans un cas chez un patient présentant un syndrome ressemblant au syndrome de l'homme raide.

Dans la plupart des cas, les symptômes de sevrage apparaissent dans les premières heures à quelques jours suivant l'interruption de l'administration. La raison fréquente de l'arrêt brutal de l'administration intrathécale est un dysfonctionnement du cathéter (en particulier, des problèmes de déconnexion). Dans certains cas, une erreur humaine peut également être en cause. Pour éviter tout arrêt brutal de l'administration intrathécale de baclofène, il est recommandé de surveiller attentivement la programmation et le suivi du système de perfusion, les alarmes et de vérifier le calendrier de remplissage.

Traitement des symptômes de sevrage

La confirmation rapide du diagnostic et l'admission dans un service d'urgence ou de réanimation sont importants pour prévenir la mise en jeu du pronostique vital ainsi que les effets systémiques dus à l'arrêt de l'administration par voie intrathécale de baclofène. Le traitement recommandé est la reprise de l'administration par voie intrathécale de baclofène à la même dose ou approximativement la même dose  que celle administrée avant l'interruption de l'administration par voie intrathécale de baclofène. Toutefois, si la reprise de  l'administration par voie intrathécale de baclofène est retardée, le traitement avec un agoniste GABA comme le baclofène administré par voie orale ou entérale, ou avec des benzodiazépines administrées par voie orale, entérale ou intraveineuse peut prévenir les séquelles potentiellement mortelles. Cependant, il n'existe aucune garantie que la simple administration de baclofène par voie orale ou entérale soit suffisante pour empêcher la progression des symptômes de sevrage du baclofène par voie intrathécale.

BACLOFENE SUN  10 mg/20 ml contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose maximale de 4 ml (correspondant à 2 mg de baclofène), voir rubrique Posologie et mode d'administration.

Interactions avec d'autres médicaments

Aucune étude d'interactions n'a été réalisée.

L'expérience acquise de l'utilisation de Baclofène SUN en association avec d'autres médicaments n'est pas suffisante pour prédire les interactions.

Baclofène SUN ne doit pas être administré de manière concomitante avec d'autres agents antispastiques, afin d'éviter les possibles effets indésirables.

L'administration concomitante de Baclofène SUN et d'autres médicaments dépresseurs du système nerveux central peuvent potentialiser l'activité de Baclofène SUN. En particulier, la prise concomitante d'alcool doit être évitée étant donné que les interactions avec l'alcool ne sont pas prévisibles.

L'association des comprimés à base de baclofène avec certains médicaments du traitement de la dépression (antidépresseurs tricycliques) risque d'augmenter l'hypotonie musculaire. Pour cette raison, une telle interaction ne peut être exclue en cas d'association de Baclofène SUN avec les antidépresseurs tricycliques.

L'association des comprimés à base de baclofène avec les traitements antihypertenseurs risque de majorer l'effet antihypertenseur. La pression artérielle doit être surveillée régulièrement en cas d'administration concomitante de Baclofène SUN et de médicaments antihypertenseurs. Si possible, la posologie du médicament antihypertenseur doit être réduite.

Un cas de chute de la pression artérielle a été rapporté en cas d'association de Baclofène SUN avec la morphine. Il ne peut pas être exclu que, dans certains cas, des troubles respiratoires ou du système nerveux central puissent apparaître. Pour cette raison, il faut garder à l'esprit le risque d'augmentation de ces troubles en cas d'association avec les opiacés et les benzodiazépines.

Jusqu'à présent, il n'y a pas d'information concernant l'administration concomitante de Baclofène SUN et d'autres médicaments administrés par voie intrathécale.

Grossesse et allaitement

Grossesse

Il n'y a pas d'expérience concernant l'utilisation de Baclofène SUN pendant la grossesse. Le baclofène passe la barrière placentaire et a montré des effets toxiques sur la reproduction (voir rubrique Données de sécurité précliniques). Baclofène SUN ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf si les avantages du traitement pour la mère sont supérieurs aux éventuels risques pour l'enfant.

Allaitement

Le baclofène est excrété dans le lait maternel. Les données disponibles sont insuffisantes pour connaître les concentrations dans le lait maternel. Baclofène SUN ne doit pas être utilisé pendant l'allaitement, sauf si les avantages du traitement pour la mère sont supérieurs aux éventuels risques pour l'enfant.

Effet sur la conduite de véhicules

Baclofène SUN a une influence importante sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. La consommation d'alcool augmente cette influence.

Chez les patients traités avec du baclofène par voie intrathécale, l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines doit être évaluée régulièrement par le médecin traitant.

Comment ça marche ?

La disponibilité systémique du baclofène administré par voie intrathécale est considérablement moins importante qu'après une administration par voie orale (comprimés de baclofène).

Lorsque l'on considère les données pharmacocinétiques de Baclofène SUN, les effets de la circulation lente du LCR doivent être pris en compte.

Absorption

Une perfusion directe dans l'espace sous-arachnoïdien permet d'éviter les processus d'absorption et ainsi d'accéder aux récepteurs de la corne postérieure de la moelle épinière.

L'administration directe de baclofène dans l'espace céphalo-rachidien permet un traitement efficace de la spasticité avec des doses qui sont au moins 100 fois inférieurs à celles du traitement par voie orale (comprimés de baclofène).

Distribution

Après administration en bolus intrathécal unique ou perfusion de courte durée, le volume de distribution varie de 22 à 157 ml. La moyenne de 75 ml correspond approximativement au volume de LCR chez l'homme, ce qui indique que le baclofène y est principalement distribué. En perfusion intrathécale continue de doses quotidiennes de  50 à 1200 µg, l'état d'équilibre est atteint en 1 à 2 jours, avec des taux de baclofène de 130 à 1 240 ng/ml dans le LCR lombaire. A l'état d'équilibre, en perfusion intrathécale continue de doses quotidiennes de 95 à 190 µg, il existe un gradient de concentration moyen de 4/1 entre le LCR lombaire et cisternal (limites: 1,8/1 à 8,7/1). Ceci est valable quelle que soit la position corporelle du patient. Les 3 dosages de solution de baclofène (densité : 1,003 ± 0,001 g/cm3 à 23°C) sont pratiquement de même densité que le LCR humain (densité : 1,006-1,008 g/cm3). En perfusion intrathécale aux doses usuelles, les concentrations plasmatiques de baclofène sont inférieures à 5 ng/ml (≤ 10 ng/ml chez l'enfant) et sont donc en dessous de la limite de quantification analytique. Ceci permet de conclure que le baclofène franchit lentement la barrière hémato-encéphalique et que les quantités qui passent dans la circulation sanguine sont très faibles.

Elimination

Après administration en bolus intrathécal unique ou perfusion de courte durée de 50 à 135 µg de baclofène, la demi-vie d'élimination rachidienne est de 1 à 5 heures. Après une administration unique en bolus ou après perfusion dans l'espace sous-arachnoïdien à l'aide d'une pompe implantable, la clairance moyenne rachidienne est d'environ 30 ml/h (ce qui correspond au taux de renouvellement physiologique du LCR). Ainsi, la quantité de baclofène perfusée pendant 24 heures est presque complètement éliminée avec le LCR au cours de cette même période. Le baclofène, est éliminé de la circulation sanguine, sous forme inchangée par voie urinaire. Un métabolite (l'acide bêta-(p-chlorophényl)-gamma-hydroxybutyrique) formé en petites quantités dans le foie par désamination oxydative est inactif. Les études suggèrent que le baclofène n'est pas métabolisé dans le LCR. D'après les données actuellement disponibles, les autres voies d'élimination ne sont pas considérées comme importantes.

D'après l'expérimentation animale, il est évident que la substance active s'accumule dans le LCR après administration de doses élevées. Il n'a pas été étudié dans quelle mesure cette constatation est pertinente chez l'homme et quelles conséquences doivent être attendues.



publicité