publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BEROMUN 1 mg/5 mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Tasonermine
laboratoire: Boehringer Ingelheim

Poudre et solvant pour solution pour perfusion IV
Boîte de 4 Flacons + ampoules de solvant de 5 ml
Toutes les formes

Indication

BEROMUN est indiqué, en perfusion du membre isolé sous légère hyperthermie et en association avec le melphalan pour le traitement des sarcomes des tissus mous des membres :

-     avant résection chirurgicale de la tumeur, afin d'éviter ou de retarder l'amputation,

-     à titre palliatif, pour les sarcomes inopérables.

Posologie BEROMUN 1 mg/5 mL Poudre et solvant pour solution pour perfusion IV Boîte de 4 Flacons + ampoules de solvant de 5 ml

Ce traitement doit être instauré dans des centres spécialisés, par des équipes chirurgicales expérimentées dans le traitement des sarcomes des membres et connaissant bien la technique d'ILP. Ces hôpitaux doivent disposer d'une unité de soins intensifs et de tout l'équipement nécessaire pour surveiller et détecter de manière continue un passage du médicament dans la circulation systémique.

Posologie

BEROMUN :

Membre supérieur : dose totale de 3 mg, en perfusion du membre isolé

Membre inférieur : dose totale de 4 mg en perfusion du membre isolé.

Melphalan :

La dose de melphalan doit être calculée selon la méthode de Wieberdink (Wieberdink J, Benckhuysen C, Braat RP, van Slooten EA, Olthius GAA. Dosimetry in isolation perfusion of the limbs by assessments of perfused tissue volume and grading of toxic tissue reactions. Eur J Cancer Clin Oncol 1982; 18: 905-910.), sans dépasser 150 mg.

13 mg/unité de volume (en litre) du membre supérieur perfusé

10 mg/ unité de volume (en litre) du membre inférieur perfusé.

Mode d'administration

Pour des instructions sur la reconstitution avant administration, voir rubrique Précautions particulières d'élimination et de manipulation.

BEROMUN doit être administré en perfusion dans le membre isolé sous légère hyperthermie. Le circuit de perfusion (pompe, oxygénateur à réservoir intégré, échangeur de chaleur, tubulures) doit être préparé avant l'opération et amorcé avec 700 à 800 ml de perfusât, pour une hématocrite comprise entre 0,25 et 0,30.

Le site de la perfusion doit être choisi afin de circonscrire le mieux possible les zones atteintes (les voies iliaque externe, fémorale commune, fémoro-poplitée, poplitée, axillaire et brachiale peuvent être utilisées) et le cathéter doit être mis en place. La perte externe de chaleur du membre doit être prévenue par l'application de couvertures chauffantes, la température du membre doit être contrôlée continuellement grâce à des sondes de température insérées dans les tissus sous-cutané et musculaire. S'ils ne sont pas atteints, la main et le pied doivent être protégés par une bande d'Esmarch, un garrot doit être placé au niveau proximal du membre.

Une fois le membre connecté au circuit de perfusion, le débit de perfusion doit être ajusté entre 35 et 40 ml/unité de volume du membre (litre)/minute. Le circuit de perfusion doit être contrôlé à l'aide de marqueurs radioactifs de façon à détecter toute fuite du membre vers la circulation systémique (voir paragraphe Mises en garde spéciales et précautions d'emploi.). Un ajustement du débit de perfusion et du garrot peut être nécessaire afin d'assurer une stabilisation du taux de fuite dans la circulation systémique à une valeur inférieure à 10% (le niveau de la radioactivité systémique doit atteindre un plateau). La solution de BEROMUN ne doit être administrée que si le passage systémique est inférieur à 10%.

Une fois que la température du tissu sous-cutané distal a atteint une température > 38 °C (sans excéder 39 °C), et lorsque le pH du perfusât est compris entre 7,2 et 7,35, la solution de BEROMUN doit être injectée en bolus dans la partie artérielle du circuit. Après 30 minutes de perfusion de la solution de BEROMUN seule, le melphalan doit être administré en bolus dans le réservoir du circuit, ou lentement dans la partie artérielle du circuit. La température doit alors être augmentée pour atteindre 39 °C (sans dépasser 40 °C), en deux sites différents de mesure de la température au niveau de la tumeur. La durée de la perfusion des deux produits associés doit être de 60 minutes. La durée totale de la perfusion doit être de 90 minutes.

A la fin de la perfusion, le perfusât doit être collecté dans le réservoir, tandis qu'un liquide de rinçage est ajouté dans le circuit en maintenant le même débit de 35 à 40 ml/litre de volume du membre par minute. Cette phase de rinçage doit être poursuivie jusqu'à obtention d'un perfusât limpide rosé et transparent (voir rubrique Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

La résection chirurgicale de la tumeur résiduelle après ILP doit être effectuée dès que possible. Si nécessaire, une seconde ILP peut être éventuellement pratiquée 6 à 8 semaines après la première (voir rubrique Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

Utilisation chez l'enfant

BEROMUN ne doit pas être utilisé chez l'enfant de moins de 18 ans compte tenu de l'absence de données concernant la sécurité et l'efficacité.

Contre indications

Les contre-indications à l'administration de BEROMUN par ILP classées en fonction des étapes de la procédure, sont :

Contre-indications à l'utilisation de BEROMUN

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.

Maladies cardio-vasculaires graves telles qu'insuffisance cardiaque congestive (classes II, III ou IV de la classification de la New York Heart Association), angor sévère, arythmies, antécédents d'infarctus du myocarde au cours des 3 mois précédents, thrombose veineuse, artériopathie périphérique oblitérante, antécédents récents d'embolie pulmonaire.

Maladie pulmonaire grave.

Ulcère gastrique évolutif ou antécédents récents d'ulcère gastrique.

Ascite sévère.

Altération hématologique sévère, par exemple nombre de leucocytes < 2,5 x 109/l, taux d'hémoglobine < 9 g/dl, nombre de plaquettes < 60 x 109/l, diathèse hémorragique ou maladie hémorragique en cours.

Altération sévère de la fonction rénale, par exemple syndrome néphrotique, taux sérique de créatinine > 150 µmol/l ou clairance de la créatine < 50 ml/min.

Altération sévère de la fonction hépatique, par exemple taux d'aspartate-amino-transférase, d'alanine-amino-transférase ou de phosphatases alcalines supérieurs à 2 fois la normale ou taux de bilirubine supérieur à 1,25 fois la normale.

Hypercalcémie > 12 mg/dl (2,99 mmol/l).

Patients chez qui l'utilisation des vasopresseurs est contre-indiquée.

Patients chez qui l'utilisation des anticoagulants est contre-indiquée.

Traitement en cours par des substances cardiotoxiques (par exemple anthracyclines).

Grossesse et allaitement (voir rubrique Grossesse et allaitement.).

Contre-indications à l'utilisation du Melphalan

Se référer au Résumé des Caractéristiques du Produit du Melphalan.

Contre-indications à la technique d'ILP

Ascite sévère.

Lymphoedème sévère du membre.

Présence de contre-indications à l'usage des vasopresseurs.

Patients chez qui l'utilisation des anticoagulants est contre-indiquée.

Patients présentant une contre-indication à l'utilisation de marqueurs radioactifs.

Présence de contre-indications à l'hyperthermie du membre.

Patients dont on suppose que l'irrigation du membre en aval de la tumeur dépend très étroitement des vaisseaux tumoraux. Une artériographie peut alors être nécessaire.

Grossesse et allaitement.

Effets indésirables Beromun

Les effets indésirables peuvent être liés à l'administration du BEROMUN, du melphalan, aux mesures mises en oeuvre au cours de la technique de perfusion du membre isolé ou à une combinaison de ces facteurs.

Les effets indésirables ont été classés par ordre de fréquence et indépendamment de leur gravité, en utilisant la convention suivante :

Très fréquent (≥1/10),

Fréquent (≥1/100, <1/10),

Peu fréquent (≥1/1 000, <1/100),

Rare (≥1/10 000, <1/1 000).

Effets indésirables systémiques :

Chez la plupart des patients, on observe de la fièvre, généralement faible à modérée.

Infections et infestations

Très fréquent :

Infection,

Fréquent :

Syndrome septique.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquent :

Thrombocytopénie, leucopénie.

Affections du système nerveux

Fréquent :

Neurotoxicité, troubles de la conscience, céphalées.

Affections cardiaques

Très fréquent :

Arythmies cardiaques,

Fréquent :

Insuffisance cardiaque.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquent :

syndrome de détresse respiratoire.

Affections gastro-intestinales

Très fréquent :

Nausées, vomissements,

Fréquent :

Constipation, diarrhées.

Affections hépatobiliaires

Très fréquent :

Lésions hépatiques.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent :

Myalgies.

Affections du rein et des voies urinaires

Fréquent :

Protéinurie,

Peu fréquent :

Insuffisance rénale aiguë.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent :

Fièvre, asthénie, frissons,

Fréquent :

Choc, hypotension, sueurs nocturnes, réactions d'hypersensibilité.

Effets indésirables locaux :

Affections du système nerveux

Très fréquent :

Douleur dans le membre traité, lésions nerveuses.

Affections vasculaires

Fréquent :

Thrombose artérielle, thrombose veineuse.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très fréquent :

Réaction cutanée, oedème,

Fréquent :

Chute des ongles, nécrose cutanée.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent :

Syndrome compartimental, nécrose musculaire.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent :

Infection de la plaie,

Fréquent :

Réactions d'hypersensibilité.

Des effets indésirables graves ont été observés parmi les effets listés ci-dessus :

Les effets indésirables systémiques graves rapportés fréquemment (grade III et IV de l'OMS ; incidence toujours inférieure à 10 %, mais supérieure à 1 %) ont été les suivants : lésions hépatiques, thrombopénie, fièvre, insuffisance cardiaque, leucopénie, choc, infection (y compris syndrome septique), syndrome de détresse respiratoire et arythmie cardiaque. Une insuffisance rénale aiguë a été rapportée peu fréquemment, selon une fréquence de 0,4%.

Les effets indésirables graves locaux à type de nécrose musculaire ou cutanée et de syndrome compartimental peuvent être suffisamment sévères pour nécessiter une amputation.

Des réactions allergiques aiguës graves ont été observées chez des patients traités par BEROMUN.



publicité