publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BETOPTIC 0,25 %

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Ophtalmologie
principes actifs: Bétaxolol
laboratoire: Alcon

Suspension ophtalmique
Boîte de 60 Récipients unidoses de 0,25 mL
Toutes les formes
8,73€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 9,55 €

Indication

- Glaucome chronique à angle ouvert.
- Hypertonie intra-oculaire.

Posologie BETOPTIC 0,25 % Suspension ophtalmique Boîte de 60 Récipients unidoses de 0,25 mL

La posologie est d'une goutte de BETOPTIC 0,70 mg/0,25 ml suspension ophtalmique en récipient unidose dans l'oeil (ou les yeux) malade(s), deux fois par jour (matin et soir).
- Chaque unidose contient une quantité suffisante de médicament pour un traitement des deux yeux. Quand BETOPTIC 0,70 mg/0,25 ml suspension ophtalmique en récipient unidose doit prendre le relais d'un collyre antiglaucomateux autre que bêtabloquant :
1. Superposer les deux traitements pendant une journée.
2. Le lendemain, supprimer le collyre antiglaucomateux antérieur, et poursuivre le traitement avec BETOPTIC 0,70 mg/0,25 ml suspension ophtalmique en récipient unidose, seul. Quand BETOPTIC 0,70 mg/0,25 ml suspension ophtalmique en récipient unidose doit se substituer à plusieurs antiglaucomateux associés le médecin peut, en fonction du cas, en interrompre certains ou décider de les arrêter tous. Mais les suppressions ne doivent impliquer qu'un seul médicament à la fois, en respectant un intervalle d'une semaine au minimum entre 2 suppressions successives. Lorsque les malades passent des myotiques à BETOPTIC 0,70 mg/0,25 ml suspension ophtalmique en récipient unidose, un examen de la réfraction peut s'avérer nécessaire quand les effets des myotiques ont disparu.
- Veiller à ce que le malade se conforme strictement à la prescription médicale. L'instauration et le suivi du traitement doivent être accompagnés de contrôles ophtalmologiques réguliers (et notamment de celui de la pression intra-oculaire).

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Il convient de garder à l'esprit les contre-indications des bêtabloquants administrés par voie générale, bien que les effets systémiques des bêtabloquants après instillation oculaire ne soient observés que de façon exceptionnelle :
- Hypersensibilité au bétaxolol, ou à tout autre produit ou traitement ayant auparavant provoqué une réaction anaphylactique.
- Insuffisance cardiaque non contrôlée par le traitement.
- Choc cardiogénique.
- Blocs auriculoventriculaires de second et troisième degrés non appareillés.
- Maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire).
- Bradycardie (< 45 à 50 contractions par minute).
DECONSEILLE :
- Utilisation chez l'enfant : cette suspension n'a pas fait l'objet d'études cliniques chez le prématuré, le nouveau-né et l'enfant.
- Allaitement : les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. Le risque de survenue d'hypoglycémie et de bradycardie n'a pas été évalué : en conséquence et par précaution, l'allaitement est déconseillé pendant la durée du traitement.

Effets indésirables Betoptic

OCULAIRES :
- Possibilité de :
. légère sensation désagréable de courte durée,
. diminution de la sécrétion lacrymale,
. hypo-esthésie cornéenne.
- Plus rarement :
. larmoiement,
. hyperhémie conjonctivale,
. kératite ponctuée superficielle,
. photophobie,
. anisocorie.
GENERAUX :
Il convient de garder à l'esprit les effets indésirables des bêtabloquants administrés par voie générale, bien qu'ils ne soient observés que de façon exceptionnelle après instillation oculaire.
AU PLAN CLINIQUE :
- Les plus fréquemment rapportés :
. asthénie,
. refroidissement des extrémités,
. bradycardie, sévère le cas échéant,
. insomnie, cauchemars,
. troubles digestifs (gastralgies, nausées, vomissements),
. sécheresse oculaire.
- Beaucoup plus rarement :
. ralentissement de la conduction auriculoventriculaire ou intensification d'un bloc auriculoventriculaire existant,
. insuffisance cardiaque,
. chute tensionnelle,
. bronchospasme,
. hypoglycémie,
. syndrome de Raynaud,
. aggravation d'une claudication intermittente existante,
. diverses manifestations cutanées y compris éruptions psoriasiformes.
AU PLAN BIOLOGIQUE :
On a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.



publicité