publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BRIAZIDE 10 mg/12,5 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 30.11.2006

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Bénazépril, Hydrochlorothiazide
laboratoire: Pierre Fabre Medicament

Comprimé pelliculé sécable
Boîte de 28
Toutes les formes
19,58€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 20,40 €

Indication

Traitement de l'hypertension artérielle en cas d'échec thérapeutique d'une monothérapie par un inhibiteur de l'enzyme de conversion.

Posologie BRIAZIDE 10 mg/12,5 mg Comprimé pelliculé sécable Boîte de 28

Chaque comprimé contient 10 mg de bénazépril et 12,5 mg d'hydrochlorothiazide.
- Fonction rénale normale : la posologie habituelle est d'un comprimé en une prise quotidienne.
- Insuffisance rénale :
. clairance de la créatinine supérieure ou égale à 30 ml/min : la posologie initiale habituelle est d'un comprimé en une prise quotidienne.
Chez ces malades, la pratique médicale normale comprend un contrôle périodique du potassium et de la créatinine, par exemple tous les deux mois en période de stabilité thérapeutique ;
. clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min ou créatininémie supérieure à 250 µmol/L : contre-indication.
- Sujet âgé : il est recommandé d'initier le traitement à la posologie d'un demi-comprimé.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
Liées au bénazépril :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de :
- hypersensibilité au bénazépril,
- antécédent d'angio-oedème (oedème de Quincke) lié à la prise d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion,
- au 2ème et au 3ème trimestre de la grossesse : l'administration pendant le 2ème et le 3ème trimestre, et notamment si elle se poursuit jusqu'à l'accouchement, expose à un risque d'atteinte rénale pouvant entraîner une diminution de la fonction rénale foetale avec éventuellement oligoamnios, une insuffisance rénale néonatale, avec hypotension et hyperkaliémie, voire une anurie (réversible ou non) ; quelques rares cas d'anomalies de la voûte crânienne ont été rapportés avec la prise d'inhibiteurs de l'enzyme de conversion tout au long de la grossesse. En conséquence, au 2ème et au 3ème trimestre, la prescription d'un IEC est contre-indiquée.
- en cas d'occlusion intestinale, en raison de la présence d'huile de ricin.
Liées à l'hydrochlorothiazide :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de :
- hypersensibilité aux sulfamides ;
- insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min) ;
- encéphalopathie hépatique.
DECONSEILLE :
Liées au bénazépril :
Ce médicament est généralement déconseillé en cas de :
- sténose bilatérale de l'artère rénale ou sur rein fonctionnellement unique,
- hyperkaliémie,
- pendant le 1er trimestre de la grossesse : les études animales ne rapportent pas d'effet tératogène mais une foetotoxicité sur plusieurs espèces. Chez la femme enceinte traitée par inhibiteur de l'enzyme de conversion : il n'y a pas d'étude épidémiologique disponible, des observations isolées de grossesses exposées au premier trimestre sont a priori rassurantes sur le plan malformatif, le risque malformatif, s'il existe, est vraisemblablement faible. La découverte fortuite d'une grossesse en cours de traitement ne justifie pas une interruption de celle-ci. Néanmoins, la voûte crânienne sera surveillée par échographie.
En revanche, la découverte d'une grossesse sous inhibiteur de l'enzyme de conversion impose de modifier le traitement et ce, pendant toute la grossesse.
- chez la femme qui allaite : il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel.
- associations avec les diurétiques hyperkaliémiants [amiloride, canrénoate de potassium, spironolactone, triamtérène, seuls ou associés) à l'exception du cas du traitement de l'insuffisance cardiaque (traitée par l'association IEC à faibles doses + diurétique hypokaliémiant à faibles doses)], les sels de potassium, l'estramustine et le lithium (voir interactions).
Enfant : l'efficacité et la tolérance du bénazépril chez l'enfant n'ont pas été établies.
Liées à l'hydrochlorothiazide :
Ce médicament est généralement déconseillé en cas d'association avec le lithium et les médicaments non anti-arythmiques donnant des torsades de pointes : astémizole, bépridil, diphémanil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sultopride, sparfloxacine et vincamine (voir interactions) ; allaitement : les thiazidiques sont excrétés en faible quantité dans le lait maternel. Néanmoins, leur utilisation est déconseillée en période d'allaitement en raison d'une diminution voire d'une suppression de la sécrétion lactée, de leurs effets indésirables, notamment biologiques (kaliémie), de leur appartenance aux sulfamides avec risques d'allergie et d'ictère nucléaire. En conséquence l'utilisation de ce médicament est déconseillée au cours de la période d'allaitement.

Effets indésirables Briazide

Liés au bénazépril :
- Au plan clinique :
Ont été retrouvés :
. céphalées, asthénie, réactions vasomotrices, sensations vertigineuses, palpitations.
. hypotension orthostatique ou non (voir précautions d'emploi),
. éruptions cutanées, pemphigus, syndrome de Stevens-Johnson,
. troubles digestifs notamment en raison de la présence d'huile de ricin (nausées, vomissements, douleurs abdominales), dysgueusie,
. cas isolés d'atteinte hépatique,
. une toux sèche a été rapportée avec l'utilisation des inhibiteurs de l'enzyme de conversion. Elle est caractérisée par sa persistance ainsi que par sa disparition à l'arrêt du traitement. L'étiologie iatrogénique doit être envisagée en présence de ce symptôme.
. Exceptionnellement : angio-oedème (oedème de Quincke) (voir mises en garde).
- Au plan biologique :
. Augmentation modérée de l'urée et de la créatinine plasmatique réversible à l'arrêt du traitement. Cette augmentation est plus fréquemment rencontrée en cas de sténose des artères rénales, hypertension artérielle traitée par diurétiques, insuffisance rénale.
. En cas de néphropathie glomérulaire, l'administration d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion peut occasionner une protéinurie.
. Hyperkaliémie, habituellement transitoire.
. Une anémie (voir précautions d'emploi) a été rapportée avec des inhibiteurs de l'enzyme de conversion, sur des terrains particuliers (transplantés rénaux, hémodialysés). On a pu observer une anémie hémolytique.
Liés à l'hydrochlorothiazide :
- Au plan clinique :
. En cas d'insuffisance hépatique, possibilité de survenue d'encéphalopathie hépatique (voir contre-indications, mises en garde et précautions d'emploi).
. Réactions d'hypersensibilité, essentiellement dermatologiques, chez les sujets prédisposés aux réactions allergiques et asthmatiques.
. Possibilité d'aggravation d'un lupus érythémateux aigu disséminé préexistant, vascularite nécrosante, syndrome de Lyell exceptionnel.
. Nausées, constipation, vertiges, asthénie, paresthésies, céphalées rarement constatés et cédant le plus souvent à une réduction de la posologie.
. Exceptionnellement : pancréatite, troubles visuels en début de traitement.
- Au plan biologique :
. Une déplétion potassique avec hypokaliémie, notamment en cas de diurèse intensive, et particulièrement grave dans certaines populations à risque (sujets âgés, dénutris, cirrhotiques, coronariens, insuffisants cardiaques).
. Une hyponatrémie avec hypovolémie à l'origine d'une déshydratation et d'une hypotension orthostatique, voire d'un syndrome confusionnel. La perte concomitante d'ions chlore peut secondairement entraîner une alcalose métabolique compensatrice : l'incidence et l'amplitude de cet effet sont faibles.
. Une élévation de l'uricémie et de la glycémie au cours du traitement : l'emploi de ces diurétiques sera soigneusement discuté chez les sujets goutteux ou diabétiques.
. Une augmentation des lipides plasmatiques à forte dose.
. Des troubles hématologiques, beaucoup plus rares, thrombocytopénie, leucopénie, agranulocytose, aplasie médullaire, anémie hémolytique.
. Hypercalcémie exceptionnelle.



publicité