publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BRILIQUE 90 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Hémostase et sang
principes actifs: Ticagrelor
laboratoire: Astrazeneca AB

Comprimé pelliculé
Boîte de 60
Toutes les formes
74,32€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 75,14 €

Indication

Brilique, en association avec l'acide acétylsalicylique (AAS), est indiqué dans la prévention des événements athéro-thrombotiques chez les patients adultes ayant un syndrome coronaire aigu (angor instable, infarctus du myocarde sans sus-décalage du segment ST [AI/NSTEMI] ou infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST [STEMI]), incluant les patients traités médicalement et ceux traités par une intervention coronaire percutanée (ICP) ou un pontage aorto-coronaire (PAC).

Pour plus d'informations, voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques.

Posologie BRILIQUE 90 mg Comprimé pelliculé Boîte de 60

Posologie

Le traitement par Brilique doit être initié à une dose de charge unique de 180 mg (deux comprimés de 90 mg) puis poursuivi à la dose de 90 mg deux fois par jour.

Les patients sous Brilique doivent également prendre de l'acide acétylsalicylique (AAS) tous les jours, sauf contre-indication spécifique. Après une dose initiale d'AAS, Brilique doit être utilisé avec une dose d'entretien d'AAS de 75-150 mg (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Un traitement d'une durée allant jusqu'à 12 mois est recommandé, à moins qu'un arrêt de Brilique soit cliniquement indiqué (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). L'expérience thérapeutique au-delà de 12 mois est limitée.

Chez les patients ayant un syndrome coronaire aigu (SCA), l'arrêt prématuré de tout traitement antiagrégant plaquettaire, y compris de Brilique, pourrait augmenter le risque de décès d'origine cardiovasculaire ou d'infarctus du myocarde lié à la pathologie sous-jacente du patient. Par conséquent, les interruptions prématurées de traitement doivent être évitées.

Les oublis d'une dose doivent aussi être évités. En cas d'oubli, le patient ne prendra qu'un seul comprimé de Brilique de 90 mg, à l'heure de sa prise habituelle suivante.

Les patients traités par le clopidogrel peuvent directement passer à Brilique si besoin (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). Le remplacement de prasugrel par Brilique n'a pas été étudié.

Populations particulières

Sujets âgés

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez le sujet âgé (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance rénale

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez l'insuffisant rénal (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques). Aucune information n'est disponible concernant le traitement des patients en hémodialyse, le traitement par Brilique n'est donc pas recommandé chez ces patients.

Insuffisants hépatiques

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire en cas d'insuffisance hépatique légère. Brilique n'a pas été étudié chez les patients atteints d'insuffisance hépatique modérée ou sévère. Par conséquent, son utilisation est contre-indiquée chez les patients ayant une insuffisance hépatique modérée à sévère (voir rubriques Contre-indications, Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Population pédiatrique

La sécurité d'emploi et l'efficacité de Brilique chez les enfants âgés de moins de 18 ans n'ont pas été établies pour l'indication approuvée chez l'adulte. Aucune donnée n'est disponible (voir rubriques Propriétés pharmacodynamiques et Propriétés pharmacocinétiques).

Mode d'administration

Voie orale. Brilique peut être administré au cours ou en dehors des repas.

Contre indications

•           Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.

•           Saignement pathologique en cours

•           Antécédent d'hémorragie intracrânienne (voir rubrique Effets indésirables)

•           Insuffisance hépatique modérée à sévère (voir rubriques Posologie et mode d'administration, Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques)

•           L'administration concomitante de ticagrelor avec de puissants inhibiteurs du CYP3A4 (par exemple kétoconazole, clarithromycine, néfazodone, ritonavir et atazanavir) est contre-indiquée, en raison du fait qu'elle peut entraîner une augmentation substantielle de l'exposition au ticagrelor (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Effets indésirables Brilique

Résumé du profil de sécurité d'emploi

La sécurité d'emploi de Brilique chez les patients présentant des syndromes coronaires aigus (angor instable, NSTEMI et STEMI) a été évaluée dans la large étude pivot de phase 3 PLATO ([PLATelet Inhibition and Patient Outcomes], 18 624 patients), qui a comparé les patients traités par Brilique (dose de charge de 180 mg et dose d'entretien de 90 mg deux fois par jour) à des patients traités par clopidogrel (dose de charge de 300 à 600 mg, suivie d'une dose d'entretien de 75 mg une fois par jour), les deux groupes recevant en association de l'acide acétylsalicylique (AAS) et d'autres traitements standards.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sous ticagrelor étaient la dyspnée, les contusions et les épistaxis et ces évènements sont survenus avec une fréquence plus élevée que dans le groupe traité par le clopidogrel.

Tableau résumé des effets indésirables

Les effets indésirables suivants ont été identifiés dans des études utilisant Brilique (Tableau 1).

Ces effets indésirables sont classés en fonction de leur fréquence et de leur classe de système d'organes. Les catégories de fréquence sont définies selon les conventions suivantes : Très fréquent (≥1/10), Fréquent (≥1/100 à <1/10), Peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100), Rare (≥1/10 000 à <1/1 000), Très rare (<1/10 000), Inconnu (ne peut pas être estimé sur la base des données disponibles).

Tableau 1 - Effets indésirables par fréquence et classe de système d'organes

Classe de système d'organes

Fréquent

Peu fréquent

Rare

Affections du métabolisme et de la nutrition

Hyperuricémiea

Affections psychiatriques

Confusion

Affections du système nerveux

Hémorragie intracrânienneb,

Etourdissement, Céphalée

Paresthésie

Affections oculaires

Hémorragie oculaire (intra-oculaire, conjonctivale, rétinienne)

Affections de l'oreille et du labyrinthe

Hémorragie de l'oreille, Vertige

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Dyspnéec, Épistaxis

Hémoptysie

Affections gastro-intestinales

Hémorragie gastro-intestinale d

Hématémèse,

Hémorragie d'un ulcère gastro-intestinale,

Hémorragie hémorroïdale, Gastrite, Hémorragie orale (incluant saignement gingival), Vomissement, Diarrhée, Douleur abdominale, Nausée, Dyspepsie

Hémorragie

rétropéritonéale,

Constipation

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Saignement sous-cutané ou dermiquef, Contusion g

Eruption cutanée, Prurit

Affections

musculosquelettiques des tissus mous et des os

Hémarthrose #

Affections du rein et des voies urinaires

Saignement des voies urinaires h

Affections du système reproducteur et du sein

Saignement vaginal (incluant méthrorragie)

Investigations

Augmentation de la créatininémie

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Hémorragie au site de

procédurei

Hémorragie post

procédurale,

Hémorragie

Hémorragie au niveau d'une plaie, Hémorragie d'origine traumatique

Les effets indésirables ayant une signification similaire ont été regroupés ensemble dans le tableau et incluent des termes médicaux comme décrits ci-dessous ;

a Hyperuricémie, Augmentation du taux d'acide urique dans le sang

b Hémorragie cérébrale, Hémorragie intracrânienne, AVC hémorragique

c Dyspnée, Dyspnée d'effort, Dyspnée de repos, Dyspnée nocturne

d Hémorragies gastrointestinales, Rectorragie, Hémorragie intestinale, Méléna, Saignement occulte

e Ulcère gastro-intestinal hémorragique, Ulcère gastrique hémorragique, Ulcère duodénal hémorragique, Ulcère peptique hémorragique

f Hématome sous-cutané, Hémorragie cutanée, Hémorragie sous-cutanée, Pétéchies

e Contusion, Hématome, Ecchymose, Tendance accrue aux contusions, Hématome traumatique

h Hématurie, Présence de sang dans les urines, Saignement des voies urinaires

i Hémorragie au point de ponction du vaisseau, Hématome au point de ponction du vaisseau, Hémorragie au point d'injection, Hémorragie au

site de ponction, Hémorragie au site du cathéter

# Aucun effet indésirable d'hémarthrose n'a été rapporté avec le ticagrelor (n=9235) dans l'étude PLATO ; la fréquence a été calculée en utilisant la limite supérieure de 95 % de l'intervalle de confiance pour le point estimé (basé sur 3/X, où X représente la taille de l'échantillon total, par exemple 9235). Ceci est calculé comme 3/9235 ce qui équivaut à une catégorie de fréquence " Rare ".

Description d'effets indésirables sélectionnés

Saignements

Le Tableau 2 présente l'évolution globale des taux de saignements dans l'étude PLATO.

Tableau 2 – Estimation selon Kaplan-Meir des taux de saignements par traitement

Brilique

(%/an)

N=9235

Clopidogrel

(%/an)

N=9186

Valeur de p

Total Majeurs, définition PLATO

11,6

11,2

0,4336

Majeurs Fatals/Engageant le pronostic vital, définition PLATO

5,8

5,8

0,6988

Majeurs non liés à un PAC, définition PLATO

4,5

3,8

0,0264

Majeurs non liés à une procédure, définition PLATO

3,1

2,3

0,0058

Total Majeurs + Mineurs, définition PLATO

16,1

14,6

0,0084

Majeurs + Mineurs non liés à une procédure, définition PLATO

5,9

4,3

<0,0001

Majeurs, définition TIMI

7,9

7,7

0,5669

Majeurs + Mineurs, définition TIMI

11,4

10,9

0,3272

Définitions des catégories de saignements :

Saignements Majeurs, Fatals, Engageant le pronostic vital : Cliniquement évidents avec une perte de plus de 50 g/l d'hémoglobine ou la transfusion d'au moins 4 culots globulaires ; ou fatals ; ou intracrâniens ; ou intrapéricardiques avec tamponnade cardiaque ; ou avec choc hypovolémique ou hypotension sévère nécessitant une intervention chirurgicale ou le recours à des vasopresseurs.

Autres Majeurs : Cliniquement évidents avec une perte de 30 à 50 g/l d'hémoglobine ou la transfusion de 2 à 3 culots globulaires ; ou

entraînant un handicap significatif.

Saignements Mineurs : Nécessitent un acte médical pour arrêter ou traiter le saignement.

Saignements Majeurs, définition TIMI : Cliniquement évidents avec une diminution de plus de 50 g/l d'hémoglobine ou saignement

intracrânien.

Saignements mineurs, définition TIMI : Cliniquement évidents avec une diminution de 30 à 50 g/l d'hémoglobine.

Dans l'étude PLATO, la fréquence de survenue des saignements " majeurs fatals/engageant le pronostic vital ", " Total Majeurs " selon le critère PLATO, TIMI Majeurs et TIMI mineurs n'était pas différent entre Brilique et le clopidogrel (Tableau 2). Cependant, il est survenu plus de saignements majeurs et mineurs suivant la définition PLATO sous ticagrelor que sous clopidogrel. Dans l'étude PLATO, il y a eu peu de saignements fatals : 20 (0,2 %) pour ticagrelor et 23 (0,3 %) sous clopidogrel (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Aucun des facteurs suivants, âge, sexe, poids, origine ethnique, origine géographique, maladies associées, traitements associés, antécédents médicaux incluant les accidents vasculaires cérébraux et les accidents ischémiques transitoires, n'a permis de prédire les saignements globaux ou les saignements majeurs (définition PLATO) non liés à une procédure interventionnelle. Il n'y a donc pas de sous-groupe identifié comme à risque de quelque forme de saignement que ce soit.

Saignements liés à un pontage aorto-coronaire : Dans l'étude PLATO, 1584 patients (12 % de la cohorte) ont eu un pontage aorto-coronaire (PAC) et 42 % d'entre eux ont eu un saignement majeur fatal ou engageant le pronostic vital selon le critère PLATO sans différence entre les groupes de traitement. Des saignements fatals liés à un pontage aorto-coronaire sont survenus chez 6 patients dans chaque groupe de traitement (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Saignements non liés à un pontage aorto-coronaire ou à une procédure : Brilique et le clopidogrel ne sont pas différents en termes de saignements définis comme majeurs fatals ou engageant le pronostic vital chez les malades non pontés, mais les saignements définis comme " total majeurs " selon le critère (PLATO), TIMI majeurs et TIMI majeurs et mineurs étaient plus fréquents avec le ticagrelor. De même, lorsqu'on exclut tous les saignements en rapport avec une procédure, davantage de saignements sont survenus sous ticagrelor que sous clopidogrel (tableau 2). Les arrêts de traitement liés à des saignements non liés à une procédure ont été plus fréquents sous ticagrelor (2,9 %) que sous clopidogrel (1,2 % ; p<0,001).

Saignements intracrâniens : Il y a plus de saignements intracrâniens non reliés à une procédure dans le groupe ticagrelor (n=27 saignements chez 26 patients, 0,3 %) que dans le groupe clopidogrel (n=14 saignements, 0,2 %), avec onze saignements fatals sous ticagrelor contre un sous clopidogrel. Il n'y pas eu de différence sur la totalité des hémorragies fatales.

Dyspnée

Des dyspnées, une sensation d'essoufflement, ont été rapportées par les patients traités par Brilique. Des événements indésirables (EI) de type dyspnée (dyspnée, dyspnée de repos, dyspnée à l'effort, dyspnée paroxystique nocturne et dyspnée nocturne), lorsque combinés, étaient rapportés chez 13,8 % des patients traités par ticagrelor contre 7,8 % des patients traités par clopidogrel. Chez environ 2,2 % des patients traités par ticagrelor et 0,6 % des patients traités par clopidogrel, les investigateurs ont considéré que ces dyspnées étaient reliées au traitement dans l'étude PLATO et que peu étaient graves (0,14 % ticagrelor ; 0,02 % clopidogrel), (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). La plupart des événements indésirables de type dyspnée étaient d'intensité légère à modérée, et la plupart étaient des épisodes uniques survenant peu de temps après le début du traitement.

Par rapport à clopidogrel, les patients présentant un asthme/une BPCO traités avec ticagrelor peuvent présenter une augmentation du risque de survenue de dyspnée non grave (3,29 % sous ticagrelor versus 0,53 % sous clopidogrel) et de dyspnée grave (0,38 % sous ticagrelor versus 0,00 % sous clopidogrel). En termes absolus, ce risque était plus élevé que dans la population totale de PLATO. Le ticagrelor doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant des antécédents d'asthme et/ou de BPCO (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Environ 30 % des épisodes dyspnéiques ont disparu en moins de 7 jours. L'étude PLATO a inclus des patients ayant une insuffisance cardiaque congestive (ICC), une broncho-pneumopathie chronique obstructive ou un asthme connus ; ces patients et les sujets âgés étaient les plus susceptibles de rapporter une dyspnée. Le nombre de patients arrêtant le traitement en raison de l'apparition d'une dyspnée était plus élevé sous Brilique (0, 9 %) que sous clopidogrel (0,1 %). La fréquence plus élevée de dyspnée sous Brilique n'est pas associée à l'apparition ou l'aggravation d'une pathologie cardiaque ou pulmonaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Brilique ne modifie pas les explorations fonctionnelles respiratoires.

Investigations

Augmentations de la créatinine : dans l'étude PLATO, la concentration de la créatinine sérique a significativement augmenté de plus de 30 % chez 25,5 % des patients sous ticagrelor, comparé à 21,3 % des patients sous clopidogrel, et a augmenté de plus de 50 % chez 8,3 % des patients sous ticagrelor comparé à 6,7 % des patients sous clopidogrel. Les augmentations de la créatinine de plus de 50 % étaient plus prononcées chez les patients de plus de 75 ans (13,6 % pour le ticagrelor versus 8,8 % pour le clopidogrel), chez les patients avec une insuffisance rénale sévère à l'initiation de l'étude (17,8 % pour le ticagrelor versus 12,5 % pour le clopidogrel) et chez les patients recevant un traitement concomitant avec des ARAII (11,2 % pour le ticagrelor versus 7,1 % pour le clopidogrel). Les groupes de traitements ne différaient ni au niveau des événements indésirables graves en lien avec le rein, ni au niveau des événements indésirables entrainant l'arrêt du médicament de l'étude dans ces sous-groupes. La totalité des évènements indésirables rénaux rapportés était de 4,9 % pour le ticagrelor versus 3,8 % pour le clopidogrel ; cependant, un pourcentage similaire de patients ont rapporté des évènements considérés par les investigateurs comme reliés au traitement, 54 (0,6 %) pour le ticagrelor et 43 (0,5 %) pour le clopidogrel.

Augmentation de l'acide urique : Dans l'étude PLATO, l'uricémie a dépassé la limite supérieure de la normale chez 22 % des patients recevant le ticagrelor contre 13 % des patients recevant le clopidogrel. L'uricémie moyenne a augmenté d'environ 15 % sous ticagrelor, contre environ 7,5 % sous clopidogrel, et après l'arrêt du traitement une diminution d'environ 7 % a été observée sous ticagrelor mais pas de diminution observée sous clopidogrel. Les événements indésirables en lien avec l'hyperuricémie étaient de 0,5 % pour ticagrelor contre 0,2 % pour clopidogrel. Parmi les événements indésirables, 0,05 % pour le ticagrelor contre 0,02 % pour clopidogrel ont été considérés comme reliés au traitement par les investigateurs. Pour l'arthrite goutteuse, les événements indésirables étaient de 0,2 % pour le ticagrelor contre 0,1 % pour le clopidogrel ; aucun de ces évènements indésirables n'a été évalué par les investigateurs comme étant relié au traitement.



publicité