publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

BUTAZOLIDINE 250 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 02.05.2008

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anti-inflammatoires
principes actifs: Phénylbutazone
laboratoire: Novartis Pharma SA

Suppositoire
Boîte de 5
Toutes les formes
1,10€* (remboursé à 35%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 1,92 €

Indication

Elles procèdent de l'activité anti-inflammatoire de la phénylbutazone, de l'importance des manifestations d'intolérance auxquelles le médicament donne lieu et de sa place dans l'éventail des produits anti-inflammatoires actuellement disponibles.
Elles sont limitées chez l'adulte et l'enfant à partir de 15 ans au :
- traitement symptomatique de courte durée (moins de 7 jours) des poussées aiguës de rhumatismes abarticulaires (périarthrite scapulo-humérale, tendinites, bursite), d'arthrites microcristallines (notamment goutte), de radiculalgies sévères .
- traitement symptomatique au long cours de certains rhumatismes inflammatoires chroniques, notamment de la spondylarthrite ankylosante ou de syndromes apparentés tels que le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter, le rhumatisme psoriasique.

Posologie BUTAZOLIDINE 250 mg Suppositoire Boîte de 5

Posologie :
- Adulte et enfant à partir de 15 ans :
Il est recommandé d'adapter la posologie en fonction du tableau clinique, de l'âge et de l'état général du patient.
. Traitement d'attaque :
1 suppositoire à 250 mg 2 fois par jour.
. Traitement d'entretien :
Diminuer la dose quotidienne jusqu'à la posologie minimale efficace, en général 1 suppositoire à 250 mg par jour.
- Sujet âgé : une surveillance particulière doit être exercée en raison du risque accru de survenue d'effets indésirables.
Mode d'administration :
L'utilisation de la voie rectale doit être la plus courte possible en raison du risque de toxicité locale surajoutée aux risques de la voie orale

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité avérée à la phénylbutazone et aux substances d'activité proche telles qu'autres AINS, aspirine.
- La survenue de crise d'asthme chez certains sujets peut être liée à une allergie à l'aspirine ou aux AINS. Dans ce cas, ce médicament est contre-indiqué.
- Ulcère gastroduodénal en évolution.
- Insuffisance hépatocellulaire sévère.
- Insuffisance rénale sévère.
- Insuffisance cardiaque.
- Hypertension artérielle non contrôlée.
- Antécédent ou existence de diathèse hémorragique (thrombopénie, coagulopathie), d'hémopathies, d'atteinte des lignées sanguines d'origine médullaire ou périphérique.
- Affections thyroïdiennes.
- Lupus érythémateux disséminé, syndrome de Sjögren.
- Antécédents récents de rectite ou de rectorragie.
- Grossesse à partir du 6ème mois : au cours du 3ème trimestre, tous les inhibiteurs de synthèse des prostaglandines peuvent exposer le foetus à une toxicité cardiopulmonaire (hypertension pulmonaire avec fermeture prématurée du canal artériel), un dysfonctionnement rénal pouvant aller jusqu'à l'insuffisance rénale avec oligoamnios ; la mère et l'enfant, en fin de grossesse, à un allongement éventuel du temps de saignement. En conséquence, en dehors d'utilisations obstétricales extrêmement limitées et qui justifient une surveillance spécialisée, la prescription d'AINS est contre-indiquée à partir du 6ème mois.
- Association aux anticoagulants oraux, méthotrexate quelle que soit la dose (voir interactions).
DECONSEILLE :
- Allaitement : les AINS passant dans le lait maternel, par mesure de précaution, il convient d'éviter de les administrer chez la femme qui allaite.
- Association aux autres AINS y compris les salicylés à partir de 3 g/jour chez l'adulte ; aux héparines ; au lithium ; à la ticlopidine ; aux aurothiopropanosulfonates ; aux sulfamides hypoglycémiants ; à la phénytoïne.

Effets indésirables Butazolidine

- Effets cardiovasculaires :
. Occasionnellement : oedème.
. Rares cas d'hypertension, insuffisance cardiaque congestive.
- Effets gastro-intestinaux :
. Fréquemment : nausées, vomissements, épigastralgies, gastrite, douleurs abdominales, diarrhées.
. Occasionnellement : oesophagite, ulcère de l'oesophage, ulcère duodénal ou gastrique, constipation.
. Rares cas d'hémorragie gastro-intestinale, perforation.
- Réactions d'hypersensibilité : rares cas de réaction anaphylactique, oedème de Quincke, exacerbation d'un asthme, vascularite, maladie sérique.
- Effets sur le système nerveux central : rares cas de céphalées, somnolence, vertiges, troubles sensoriels, bourdonnements d'oreille, troubles visuels.
- Réactions cutanées :
. Occasionnellement : éruption, prurit, urticaire, purpura.
. Rares cas de photosensibilité, érythème noueux, érythème pigmenté fixe, érythème polymorphe, syndrome de Lyell, de Stevens-Johnson.
- Effets hématologiques : rares cas d'anémie, anémie hémolytique, thrombopénie, neutropénie, agranulocytose, pancytopénie, aplasie médullaire.
- Effets hépatiques :
. Rares cas d'augmentation des transaminases, hépatite accompagnée parfois d'ictère.
. Exceptionnellement : hépatite fulminante.
- Effets sur le rein :
. Fréquemment : rétention hydrique.
. Rares cas d'anurie, hématurie, protéinurie, insuffisance rénale aiguë, syndrome néphrotique, néphrite interstitielle.
- Effets endocriniens : rares cas d'hypothyroïdie, goitre.
- Effets locaux :
Risque de toxicité locale, d'autant plus fréquente et intense que la durée du traitement est prolongée, le rythme d'administration et la posologie élevée.
Irritations, brûlures anales ; occasionnellement, rectorragies, colite nécrosante.



publicité