publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

CELOCURINE 50 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anesthésie, réanimation, antalgiques
principes actifs: Suxaméthonium
laboratoire: Biodim

Solution injectable
Boîte de 10 Ampoules de 2 ml
Toutes les formes

Indication

Adjuvant de l'anesthésie générale permettant de provoquer un relâchement musculaire de brève durée pour notamment faciliter l'intubation endotrachéale :

Chez l'adulte

pour les patients à estomac plein ou présentant un risque d'inhalation de liquide gastrique, notamment au cours de césariennes,

· pour les actes brefs en chirurgie programmé,

· pour les patients dont l'intubation endotrachéale est potentiellement difficile en ayant vérifié au préalable la possibilité de ventiler avant l'injection de suxaméthonium,

· lors des traitements par électroconvulsivothérapie.

Chez l'enfant

Pour les patients à estomac plein ou présentant un risque d'inhalation de liquide gastrique.

Compte tenu que les effets secondaires du suxaméthonium chez l'enfant sont importants et plus fréquents (voir Mises en garde et précautions d'emploi Mises en garde), notamment en association avec l'halothane, l'utilisation pour les actes brefs en chirurgie programmée n'est pas recommandée.

Posologie CELOCURINE 50 mg/mL Solution injectable Boîte de 10 Ampoules de 2 ml

Mode d'administration

Ce produit ne doit être administré que par des médecins spécialisés en anesthésie-réanimation ou en médecine d'urgence et familiarisés avec l'utilisation des anesthésiques, ou sous leur contrôle, et disposant de tout le matériel d'anesthésie-réanimation nécessaire.

Les recommandations des sociétés savantes concernées doivent être respectées, notamment en cas d'utilisation en situation extra-hospitalière (situation d'urgence ou transport médicalisé).

Le chlorure de suxaméthonium doit être administré par voie intraveineuse.

Du matériel d'intubation trachéale, d'assistance respiratoire et d'oxygénation artérielle adéquat doit être disponible.

Posologie

Comme avec tous les autres curarisants, la posologie du chlorure de suxaméthonium doit être adaptée à chaque patient. Elle dépend de la méthode d'anesthésie employée, de la durée présumée de l'intervention, des interactions éventuelles avec d'autres médicaments administrés avant ou pendant l'anesthésie et de l'état général du patient.

Les posologies suivantes sont proposées :

L'injection intraveineuse de 1 mg/kg de chlorure de suxaméthonium permet l'intubation endotrachéale 30 à 60 secondes après l'injection chez l'adulte et provoque une paralysie totale de la musculature volontaire pendant 5 à 10 minutes.

Elle nécessite le recours à une ventilation assistée jusqu'au rétablissement de la respiration spontanée efficace.

L'injection intraveineuse de 0,3 à 0,5 mg/kg de chlorure de suxaméthonium provoque une relaxation complète de la musculature périphérique pendant 3 à 5 minutes, notamment lors des électroconvulsivothérapies.

Lors de l'utilisation en électroconvulsivothérapie, il est nécessaire de faire précéder l'injection de suxaméthonium d'une pré-oxygénation.

Utilisation en pédiatrie :

Chez le nourrisson et le petit enfant, la dose d'intubation est de 1,5 mg/kg de chlorure de suxaméthonium.

Contre indications

Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :

· hypersensibilité connue au suxaméthonium ou aux curares,

· antécédent personnel ou familial d'hyperthermie maligne,

· maladies neuro-musculaires: myopathies, myotonie de Steinert,

· hyperkaliémie ou maladies exposant à une fuite potassique majeure (brûlures étendues, traumatismes musculaires graves, paraplégie ou hémiplégie dans la phase subaiguë, syndrome de dénervation, tétanos, immobilisation prolongée, polyneuropathie de réanimation).

· déficit congénital ou acquis en pseudocholinestérases.

Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes :

· terrain atopique,

· troubles du rythme, insuffisance cardiaque,

· chirurgie à globe oculaire ouvert.

Effets indésirables Celocurine

Les effets indésirables suivants ont été observés lors de l'utilisation de Célocurine et sont listés ci-dessous selon la convention suivante : fréquent (>1/100); rare (<1/1000); fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Investigations :

Fréquent : augmentation de la kaliémie.

Affections du système immunitaire :

Fréquent : Réactions anaphylactiques allergiques ou non allergiques (histaminolibération non spécifique) : prurit, réactions érythémateuses au site de l'injection et/ou réactions systémiques telles que érythème généralisé, (souvent inaugural), troubles cardio-vasculaires, bronchospasme, choc anaphylactique pouvant être sévère (voire d'évolution fatale).

Fréquence indéterminée : oedème de Quincke.

Affections cardiaques :

Fréquent : Bradycardie, troubles du rythme.

Fréquence indéterminée : arrêt cardiaque.

Affections vasculaires :

Fréquent : hypotension artérielle.

Affections du système nerveux :

Fréquent : augmentation transitoire de la pression intracrânienne*.

Affections oculaires :

Fréquent : Augmentation transitoire de la pression intraoculaire*.

Affections musculosquelettiques :

Fréquent : douleurs musculaires, sensation de courbatures (surtout chez les personnes musclées). Jusqu'à 60% des patients ont rapporté cet effet indésirable post-opératoire.

Rare : spasme des masséters.

Fréquence indéterminée : rhabdomyolyse.

Affections gastro-intestinales :

Fréquent : augmentation transitoire de la pression intragastrique*.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration :

Rare : hyperthermie maligne.

En cas de réaction allergique, des mesures symptomatiques s'imposent. La réalisation de prélèvements immédiats et de tests cutanés à distance est nécessaire pour déterminer l'étiologie de la réaction.

*L'augmentation initiale des pressions intracrânienne, intraoculaire et intragastrique se normalise en quelques minutes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de Santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance. www.ansm.sante.fr.

Celocurine existe aussi sous ces formes

Celocurine



publicité