publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

CELSENTRI 300 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Maraviroc
laboratoire: Viiv Healthcare UK Ltd

Comprimé pelliculé
Boîte de 60
Toutes les formes
726,73€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 727,55 €

Indication

CELSENTRI, en association avec d'autres médicaments antirétroviraux, est indiqué dans le traitement de l'infection par le VIH-1 à tropisme détecté uniquement CCR5 chez l'adulte prétraité par des antirétroviraux (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Cette indication est basée sur les données de tolérance et d'efficacité de deux essais en double aveugle contrôlés contre placebo chez des patients prétraités par des antirétroviraux (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Posologie CELSENTRI 300 mg Comprimé pelliculé Boîte de 60

Le traitement doit être initié par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'infection par le VIH.

Avant le traitement par CELSENTRI, il est nécessaire de confirmer que seul le virus VIH-1 à tropisme CCR5 est détecté (c'est à dire qu'aucun virus à tropisme CXCR4 ou à tropisme double/mixte n'est détecté) sur un échantillon sanguin récemment prélevé en utilisant une méthode de détection sensible validée de façon adéquate. Le test de tropisme Trofile de Monogram a été utilisé au cours des essais cliniques CELSENTRI (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques). D'autres tests phénotypiques et génotypiques sont actuellement en cours d'évaluation. Le tropisme viral ne peut pas être prédit de façon fiable sur la base de l'histoire thérapeutique et de l'évaluation d'échantillons conservés.

Actuellement, il n'existe pas de données concernant une réutilisation de CELSENTRI chez des patients dont les virus VIH-1 sont à tropisme CCR5 uniquement détectable, alors qu'ils ont un antécédent d'échec avec CELSENTRI (ou un autre antagoniste du CCR5) en présence d'un virus à tropisme CXCR4 ou à tropisme double/mixte. Chez les patients dont la charge virale est indétectable, il n'y a pas de données concernant le switch d'un médicament d'une classe d'antirétroviraux différente vers CELSENTRI. D'autres alternatives thérapeutiques doivent être envisagées.

Adultes : la dose recommandée de CELSENTRI est de 150 mg, 300 mg ou 600 mg deux fois par jour en fonction des interactions avec les traitements antirétroviraux et les autres médicaments co-administrés (voir tableau 2 dans la rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions). CELSENTRI peut être pris avec ou sans nourriture.

Enfants : l'utilisation de CELSENTRI n'est pas recommandée chez l'enfant en raison de l'absence de données de tolérance, d'efficacité et de pharmacocinétique (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques).

Patients âgés : l'expérience chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques), par conséquent CELSENTRI doit être utilisé avec prudence dans cette population.

Insuffisance rénale : Une adaptation posologique est recommandée uniquement chez les patients présentant une insuffisance rénale et recevant des inhibiteurs puissants du CYP3A4 tels que :

• inhibiteurs de la protéase (à l'exception de tipranavir/ritonavir)

• kétoconazole, itraconazole, clarithromycine, télithromycine.

CELSENTRI doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (CLcr < 30 mL/min) et qui reçoivent des inhibiteurs puissants du CYP3A4 (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques). La dose et les intervalles de dose de CELSENTRI doivent être modifiés chez les patients insuffisants rénaux (CLcr <80 mL/min), incluant les patients présentant une insuffisance rénale terminale (IRT) nécessitant une dialyse (tableau 1 ci-dessous). Ces recommandations de dose sont basées sur les données d'une étude sur l'insuffisance rénale (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques) et sur une modélisation des données pharmacocinétiques recueillies chez des patients présentant des degrés variables d'insuffisance rénale.

Tableau 1. Dose et ajustements de dose et d'intervalles pour les patients atteints d'une insuffisance rénale.

Intervalle de dose de CELSENTRI recommandé

Clairance à la créatinine (CLcr) ( mL/min) < 80 mL/min

Si administré sans inhibiteurs puissants du CYP3A4 ou si co-administré avec du tipranavir/ritonavir

Pas d'ajustement des intervalles de dose

Si co-administré avec fosamprenavir/ritonavir

CELSENTRI 150 mg toutes les 12 heures

Si co-administré avec des inhibiteurs puissants du CYP3A4, par ex : saquinavir/ritonavir, lopinavir/ritonavir, darunavir/ritonavir, atazanavir/ritonavir, kétoconazole.

CELSENTRI 150 mg toutes les 24 heures

Insuffisance hépatique : les données sont limitées chez les patients présentant une insuffisance hépatique, en conséquence CELSENTRI doit être utilisé avec prudence dans cette population (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Contre indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'arachide ou au soja ou à l'un des excipients.

Effets indésirables Celsentri

Le profil de sécurité d'emploi de CELSENTRI est basé sur le suivi de 1 374 patients infectés par le VIH-1 ayant reçu au moins une dose de CELSENTRI au cours des phases 2b/3 d'études cliniques. Parmi ces patients, 426 patients prétraités par des anti-rétroviraux et 360 patients naïfs de traitement ont reçu la dose recommandée de 300 mg deux fois par jour et 588 patients prétraités par des anti-rétroviraux ou naïfs de traitement ont reçu 300 mg une fois par jour. L'évaluation des événements indésirables liés au traitement est basée sur les données combinées provenant des deux études de phase 2b/3 chez des patients adultes prétraités par des anti-rétroviraux (MOTIVATE-1 et MOTIVATE-2) et une étude chez des patients adultes naïfs de traitement (MERIT) infectés par le VIH-1 à tropisme CCR5 (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques).

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés au cours des études de phase 2b/3, ont été nausées, diarrhées, fatigue et céphalées. Ces effets indésirables étaient fréquents ( ≥ 1/100 à < 1/10). Les fréquences rapportées pour ces évènements ainsi que les taux de sortie d'essai pour tout effet indésirable ont été similaires chez les patients recevant CELSENTRI dans des études de phase 2b/3 par rapport aux patients recevant un comparateur.

Les effets indésirables sont listés ci-dessous par classe-organe et fréquence. Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité. Les fréquences sont définies conformément aux catégories suivantes : très fréquent (≥ 1/10), fréquent (de ≥ 1/100 à < 1/10), peu fréquent (de ≥ 1/1000 à < 1/100) et rare (≥ 1/10000 à < 1/1000). Les effets indésirables et les anomalies de laboratoire présentés ci-dessous n'ont pas été ajustés selon l'exposition.

Le tableau 3 suivant présente les effets indésirables cliniquement importants d'intensité modérée ou sévère et survenant à des taux supérieurs chez les patients recevant CELSENTRI par rapport au comparateur au cours des études de phase 2b/3.

Tableau 3. Effets indésirables cliniquement importants d'intensité modérée ou sévère et survenant à des taux supérieurs chez les patients recevant CELSENTRI par rapport au comparateur

Classes de systèmes organes

Effet indésirable

Fréquence

Infections et infestations

Pneumonie, candidose de l'oesophage

Peu fréquent

Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (incl kystes et polypes)

Cancer des voies biliaires, lymphome diffus à grandes cellules B, maladie d'Hodgkin, métastases osseuses, métastases hépatiques, métastases du péritoine, cancer du nasopharynx, cancer de l'oesophage.

rare

Affections hématologiques et du système lymphatique

Anémie

fréquent

Pancytopénie, granulocytopénie

rare

Troubles du métabolisme et la nutrition

Anorexie

fréquent

Affections psychiatriques

Dépression, insomnie

fréquent

Affections du système nerveux

Crises épileptiques et convulsions

Peu fréquent

Affections cardiaques

Angine de poitrine

rare

Affections gastro-intestinales

Douleur abdominale, flatulence, nausée

fréquent

Affections hépatobiliaires

Elévation de l'alanine aminotransférase, élévation de l'aspartate aminotransférase

Fréquent

Hyperbilirubinémie, élévation de la gamma glutamyltransférase

Peu fréquent

Hépatite toxique, insuffisance hépatique, cirrhose hépatique, élévation des phosphatases alcalines sanguines.

Rare

Insuffisance hépatique avec symptômes d'allergie*

Très rare

Affections de la peau et du tissus sous-cutané

Rash

fréquent

Syndrome de Steven Johnson

Rare

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Myosite, élévation de la créatine phosphokinase sanguine

Peu fréquent

Atrophie musculaire

Rare

Affections du rein et des voies urinaires

Insuffisance rénale, protéinurie

Peu fréquent

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

asthénie

fréquent

N.B. Les effets indésirables dans le tableau 3 rapportés au cours des essais cliniques ont été jugés par les investigateurs comme probablement liés au médicament étudié.

* Issu de notifications spontanées dans le cadre de la surveillance depuis la mise sur le marché

Chez les patients infectés par le VIH et présentant un déficit immunitaire sévère au moment de l'instauration du traitement par une association d'antirétroviraux, une réaction inflammatoire à des infections opportunistes asymptomatiques ou résiduelles peut se produire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Anomalies biologiques

Le tableau 4 décrit l'incidence ≥ 1% des anomalies de grade 3-4 (critères ACTG) basée sur la variation maximale des paramètres biologiques sans tenir compte des valeurs initiales.

Tableau 4: Incidence ≥ 1% des anomalies de grade 3-4 (critères ACTG) basée sur la variation maximale des paramètres biologiques sans tenir compte des valeurs initiales études MOTIVATE 1 et MOTIVATE 2 (analyse combinée, jusqu'à 48 semaines)

Paramètre biologique

Limite

Celsentri 300 mg deux fois par jour + TFO

N = 421*

(%)

TFO

seul

N = 207*

(%)

Affections hépatobiliaires

Aspartate-aminotransférase

> 5,0 x LSN

4,8

2,9

Alanine-aminotransférase

> 5,0 x LSN

2,6

3,4

Bilirubine totale

> 5,0 x LSN

5,5

5,3

Affections gastro-intestinales

Amylase

> 2,0 x LSN

5,7

5,8

Lipase

> 2,0 x LSN

4,9

6,3

Affections hématologiques et du système lymphatique

Nombre absolu de neutrophiles

< 750/mm3

4,3

1,9

LSN : Limite supérieure de la normale
TFO : Traitement de fond optimisé

* Pourcentages basés sur le nombre total de patients évalués pour chaque paramètre biologique

Chez les patients naïfs de traitement, l'incidence des anomalies biologiques de grade 3 et 4 selon les critères ACTG a été similaire entre les groupes de traitement CELSENTRI et efavirenz.

Des cas d'ostéonécrose ont été rapportés, en particulier chez des patients présentant des facteurs de risques connus, à un stade avancé de la maladie liée au VIH ou un traitement par association d'antirétroviraux au long cours. Leur fréquence de survenue n'est pas connue (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).



publicité