publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

CONTRAMAL 100 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Antalgiques
principes actifs: Tramadol
laboratoire: Grunenthal

Solution buvable
Flacon de 10 ml
Toutes les formes
5,06€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 5,88 €

Indication

Traitement des douleurs modérées à intenses.

Posologie CONTRAMAL 100 mg/mL Solution buvable Flacon de 10 ml

Réservé à l'enfant à partir de 3 ans et à l'adolescent.
Voie orale.
Posologie :
- Comme pour tous les médicaments antalgiques, la posologie du tramadol doit être adaptée à l'intensité de la douleur et à la réponse clinique de chaque patient.
- La dose antalgique efficace la plus faible doit être recherchée.
La posologie habituelle est de 1 mg/kg à 2 mg/kg par prise, 3 à 4 fois par jour, soit pour 10 kg, 4 à 8 gouttes par prise.
- Une dose maximale de 8 mg/kg par jour doit être respectée.
- Une goutte contient 2,5 mg de chlorhydrate de tramadol (sachant que 1 ml = 100 mg = 40 gouttes).
- A titre indicatif, les posologies habituelles sont les suivantes :
Poids (âge approximatif) : Nombre de gouttes par prise : 1 mg/kg / 2 mg/kg.
. 15 kg (environ 3 ans) : 6 gouttes / 12 gouttes.
. 20 kg (environ 6 ans) : 8 gouttes / 16 gouttes.
. 30 kg (environ 9 ans) : 12 gouttes / 24 gouttes.
. 45 kg (environ 12 ans) : 18 gouttes / 36 gouttes.
. 50 kg (environ 15 ans) : 20 gouttes / 40 gouttes.
Ne pas dépasser 100 mg par prise et 400 mg par jour même si le poids est supérieur à 50 kg.
- En cas d'insuffisance hépatique :
réduire la dose unitaire de moitié ou augmenter de 2 fois l'intervalle entre les prises (toutes les 12 heures).
- En cas d'insuffisance rénale :
Augmenter de 2 fois l'intervalle entre les prises (toutes les 12 heures pour une clairance de la créatinine < 30 ml/min).
Eviter d'utiliser le tramadol si la clairance de la créatinine est < 10 ml/min.
Modalités d'administration :
A prendre avec un peu de liquide (eau, lait, jus de fruit,...) ou sur un morceau de sucre.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité connue au tramadol, aux opiacés ou à l'un des constituants du produit.
- Intoxication aiguë ou surdosage avec des produits dépresseurs du système nerveux central (alcool, hypnotiques, autres analgésiques).
- Insuffisance respiratoire sévère.
- Insuffisance hépatocellulaire sévère.
- Enfant de moins de 3 ans.
- Epilepsie non contrôlée par un traitement (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- En cas d'occlusion intestinale en raison de la présence d'un dérivé d'huile de ricin.
- Allaitement si un traitement au long cours est nécessaire : environ 0,1% de la dose de tramadol administrée à la mère est sécrétée dans le lait. Une administration ponctuelle de tramadol semble être sûre pour le nouveau-né. Si un traitement est nécessaire pendant plusieurs jours, l'allaitement doit être interrompu. En cas de traitement au long cours par tramadol, l'allaitement est contre-indiqué.
- Association avec les IMAO non sélectifs (iproniazide), IMAO sélectifs A (moclobémide, toloxatone), IMAO sélectifs B (sélégiline), au linézolide (voir rubrique interactions).
- En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.
DECONSEILLE :
- Eviter d'utiliser le tramadol si la clairance de la créatinine est < 10 ml/min.
- Grossesse : chez l'homme, il n'existe pas de données suffisantes pour évaluer l'effet tératogène du tramadol au cours du premier trimestre de la grossesse. Une foetotoxicité due à une toxicité maternelle a été observée. Il est préférable de ne pas utiliser CONTRAMAL 100 mg/ml, solution buvable pendant le premier trimestre de la grossesse. A partir du deuxième trimestre, une utilisation prudente est ponctuellement possible. Comme pour les autres antalgiques opiacés : durant le dernier trimestre, l'utilisation chronique du tramadol peut induire, quelle que soit la dose, un syndrome de sevrage chez le nouveau-né. A la fin de la grossesse, des doses élevées, même pour un traitement de courte durée, peuvent entraîner une dépression respiratoire chez le nouveau-né.
- La prise d'alcool pendant le traitement est déconseillée.
- Associations déconseillées : agonistes-antagonistes morphiniques (buprénorphine, nalbuphine, pentazocine) ; carbamazépine ; naltrexone.

Effets indésirables Contramal

- Il est à noter des cas de :
. troubles neuropsychiques (en fonction de la réactivité individuelle et principalement chez les personnes âgées) à type de confusion et exceptionnellement à type d'hallucination et/ou délire,
. des convulsions principalement après l'administration de doses élevées ou après un traitement concomitant par des médicaments qui peuvent abaisser le seuil épileptogène ou qui déclenchent eux-mêmes des convulsions (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Les effets indésirables les plus fréquemment rencontrés sont ceux de la classe des opiacés tels que :
. nausées, vomissements,
. somnolence, céphalées, vertiges, hypersudation, sensation de malaise,
. sécheresse buccale,
. constipation en cas de prise prolongée.
- Plus rarement ont été rapportés :
. douleurs abdominales, rash, asthénie, euphorie, troubles mineurs de la vision,
. troubles de la régulation cardiovasculaire : tachycardie, hypotension, palpitations, élévation de la pression artérielle.
- Très rarement ont été rapportés :
. réaction anaphylactique à type d'urticaire, d'oedème de Quincke, de bronchospasme ainsi que des cas exceptionnels de choc anaphylactique pouvant être fatal,
. troubles mictionnels à type de dysurie et/ou de rétention urinaire,
. troubles de la fréquence respiratoire. Une dépression respiratoire peut survenir si les doses administrées dépassent largement les doses recommandées ou si d'autres médicaments dépresseurs centraux sont administrés de façon concomitante,
. cas de dépendance, de syndrome de sevrage après utilisation au long cours, comportant des symptômes tels que : agitation, anxiété, nervosité, insomnie, hyperkinésie, tremblements et symptômes gastro-intestinaux.
. D'autres symptômes de sevrage ont été rarement rapportés, incluant : attaque de panique, anxiété sévère, hallucinations, paresthésies, acouphènes, autres troubles du SNC.
- Dans quelques cas isolés, une augmentation des enzymes hépatiques a été rapportée lors de l'utilisation thérapeutique du tramadol.
- En raison de la présence d'un dérivé d'huile de ricin : troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales).



publicité