publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

CYPROTERONE/ETHINYLESTRAD SCHE 2 mg/0,035 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Diane 35 Microgrammes
Classe thérapeutique: Dermatologie
principes actifs: Acétate de cyprotérone, Ethinylestradiol
laboratoire: Bayer Sante

Comprimé enrobé
Boîte de 1 Plaquette de 21
Toutes les formes

Indication

Traitement de l'acné chez la femme : l'efficacité est modérée et ne s'observe qu'après plusieurs mois de traitement.

Posologie CYPROTERONE/ETHINYLESTRAD SCHE 2 mg/0,035 mg Comprimé enrobé Boîte de 1 Plaquette de 21

Qu'il s'agisse du traitement initial ou d'un traitement en relais d'un contraceptif oral, le mode de prescription est le suivant :
- 1er cycle : ingestion quotidienne régulière d'un comprimé en commençant le premier jour des règles pendant 21 jours.
- Cycles suivants : après une pause thérapeutique de 7 jours, reprendre la plaquette suivante pendant 21 jours.
Le traitement devra être poursuivi plusieurs mois ; les premiers signes d'amélioration clinique se manifestent au bout de 3 ou 4 mois, parfois plus.
- Cas d'oubli d'un ou plusieurs comprimés :
En cas d'effet contraceptif recherché, l'oubli d'un comprimé expose à un risque de grossesse.
. Si l'oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l'heure habituelle de la prise, prendre immédiatement le comprimé oublié, et poursuivre le traitement normalement en prenant le comprimé suivant à l'heure habituelle.
. Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure normale de la prise, la sécurité contraceptive n'est plus assurée. Prendre immédiatement le dernier comprimé oublié et poursuivre le traitement contraceptif oral jusqu'à la fin de la plaquette, en utilisant simultanément une méthode contraceptive de type mécanique (préservatifs, spermicides,...) jusqu'à la reprise de la plaquette suivante, y compris pendant les règles.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :
. accidents thrombo-emboliques ou antécédents thrombo-emboliques artériels (en particulier infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) ;
. accidents thrombo-emboliques ou antécédents thrombo-emboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire) avec ou sans facteur déclenchant ;
. affections cardiovasculaires : hypertension artérielle, coronaropathies, valvulopathies, troubles du rythme thrombogènes ;
. pathologie oculaire d'origine vasculaire ;
. diabète compliqué de micro- ou de macro-angiopathie ;
. tumeurs malignes du sein et de l'utérus ;
. affections hépatiques sévères ou récentes ;
. tumeurs hypophysaires ;
. hémorragies génitales non diagnostiquées ;
. connectivites ;
. porphyries ;
. en association avec le millepertuis (voir rubrique interactions).
- En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
- En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.
DECONSEILLE :
- Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes :
. tabagisme ;
. affections métaboliques : diabète non compliqué, hyperlipidémies (hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie) ;
. obésité (indice de masse corporelle = Poids/Taille² > = 30 kg/m²) ;
. otosclérose ;
. tumeurs bénignes du sein et dystrophies utérines (hyperplasie, fibrome) ;
. hyperprolactinémie avec ou sans galactorrhée ;
. insuffisance rénale ;
. cholestase récurrente ou prurit récidivant lors d'une grossesse antérieure ;
. herpès gestationis ;
. allaitement : il n'existe pas de données concernant le passage dans le lait maternel. En conséquence, par mesure de précaution, il est déconseillé d'administrer ce médicament chez la femme qui allaite ;
. en association avec le ritonavir, l'éfavirenz, la névirapine, le nelfinavir, le lopinavir, les inducteurs enzymatiques [anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, primidone, carbamazépine) ; rifabutine ; rifampicine ; griséofulvine], le modafinil, le topiramate (voir rubrique interactions).
- Grossesse : les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence un effet féminisant dose-dépendant de l'acétate de cyprotérone. En clinique, le risque est potentiel, en cas de fortes doses administrées pendant la période de différenciation sexuelle (de la 8ème semaine d'aménorrhée jusqu'à environ 17 semaines d'aménorrhée). Toutefois, aucun effet de ce type n'a été rapporté à ce jour sur un suivi d'une centaine de grossesses. La grossesse ne représente pas une indication à l'utilisation de ce produit. En cas de doute sur l'éventualité d'une grossesse, un test sera pratiqué avant le début du traitement. La découverte d'une grossesse, en cours de traitement, n'en justifie pas l'interruption.

Effets indésirables Cyproterone/Ethinylestrad Sche

- Effets indésirables relativement rares mais devant faire interrompre le traitement :
. accidents thrombo-emboliques artériels (en particulier infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) ;
. accidents thrombo-emboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire) ;
. hypertension artérielle, coronaropathies ;
. hyperlipidémies (hypertriglycéridémie et/ou hypercholestérolémie), diabète ;
. mastodynie sévère, mastopathie bénigne ;
. adénome hypophysaire à prolactine (éventuellement révélé par une galactorrhée) ;
. céphalées importantes et inhabituelles, migraines, vertiges, modification de la vision ;
. exacerbation d'une comitialité ;
. adénome hépatique, ictères cholestatiques ;
. chloasma.
- Effets indésirables plus fréquents :
. nausées, céphalées banales, prise de poids, irritabilité, jambes lourdes ;
. tension mammaire, saignements intermenstruels, oligoménorrhée, aménorrhée, modification de la libido ;
. irritation oculaire par les lentilles de contact.
- Autres :
lithiase biliaire.
- Effets à l'arrêt du traitement :
. aménorrhées post-thérapeutiques.
. Des aménorrhées avec anovulation (survenant plus volontiers chez les femmes ayant des antécédents de cycles irréguliers) peuvent s'observer à l'arrêt du traitement. Elles cèdent en général spontanément. En cas de prolongation, avant toute nouvelle prescription, la recherche d'une éventuelle pathologie hypophysaire s'impose.

Cyproterone/Ethinylestrad Sche existe aussi sous ces formes

Cyproterone/Ethinylestrad Sche

Voir aussi les génériques de Diane 35 Microgrammes

Evepar GÉ

Minerva GÉ 35 µG

Holgyeme GÉ

Cyproterone/Ethinylestrad Gnr

Lumalia GÉ

Cyproterone/Ethinylestrad Sche

Cyproterone/Ethinylestrad EG

Cyproterone/Ethinylestrad Sand

Cyproterone/Ethinylestrad Rat

Cyproterone/Ethinylestrad Rbxy

Cyproterone/Ethinylestrad Teva

Cyproterone/Ethinylestrad Zyd

Cyproterone/Ethinylestrad Ztv



publicité