publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

DESFERAL 100 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Toxicologie
principes actifs: Poudre : Déféroxamine
laboratoire: Novartis Pharma SA

Poudre et solvant pour solution injectable
Boîte de 1 Flacon de poudre + ampoule de solvant de 5 ml
Toutes les formes
5,85€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 6,67 €

Indication

- Hémochromatose primitive non curable par saignées.
- Hémosidérose secondaire.
- Intoxications martiales aiguës.
- Intoxication aluminique chez l'insuffisant rénal dialysé.
- Indications diagnostiques - Test au Desféral :
. dépistage des surcharges ferriques par dosage de la sidérurie,
. diagnostic d'hémochromatose, orientation du traitement et dépistage des formes latentes dans les familles de sujets hémochromatosiques,
. diagnostic de l'intoxication aluminique, en particulier lorsque l'aluminémie est comprise entre 1 et 3 µmol/L (27 à 81 µg/L).

Posologie DESFERAL 100 mg/mL Poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 1 Flacon de poudre + ampoule de solvant de 5 ml

Ces recommandations concernent l'adulte et l'enfant.
Mode d'administration :
- La déféroxamine peut être administrée soit :
. par voie sous-cutanée en perfusion. Par voie SC, la technique d'injection est très importante : l'aiguille de perfusion sous-cutanée ne doit pas être installée trop près du derme,
. par voie intraveineuse en perfusion,
. par voie intramusculaire,
. par voie intrapéritonéale [recommandée chez les patients en dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA) ou cyclique continue (DPCC) ou dialyse péritonéale automatisée].
- La voie recommandée pour un traitement intensif, excepté chez le sujet dialysé, est la perfusion sous-cutanée (voir posologie).
- La solution de déféroxamine à 10% peut être diluée dans les liquides à perfusion usuels (voir instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination).
Posologie :
HEMOCHROMATOSE PRIMITIVE NON CURABLE PAR SAIGNEES ET HEMOSIDEROSES SECONDAIRES :
- La dose journalière moyenne se situe habituellement entre 20 et 60 mg/kg quelle que soit la voie d'administration.
On recommande de commencer à traiter avec la déféroxamine après les 20 premières transfusions sanguines ou lorsque les taux de ferritine sérique atteignent 1000 ng/ml.
- La prescription chez un enfant de moins de 3 ans est réservée aux spécialistes. Des retards de croissance peuvent survenir lors de l'administration de doses excessives de Desféral. Si le traitement est commencé avant l'âge de 3 ans, un contrôle régulier de la croissance doit être instauré, et la dose moyenne journalière ne doit pas dépasser 40 mg/kg.
- La dose et le mode d'administration peuvent être déterminés individuellement et adaptés au cours du traitement en fonction de la gravité de la surcharge en fer du patient. Il faut utiliser la plus petite dose efficace.
. A l'instauration du traitement, l'évaluation de la réponse peut être effectuée quotidiennement par un contrôle de l'excrétion urinaire du fer sur 24 heures. Une fois la dose de Desféral ajustée, les taux d'excrétion urinaire du fer pourront être évalués à intervalles de plusieurs semaines.
. La dose moyenne journalière peut également être ajustée en fonction des valeurs de la ferritine afin de maintenir l'index thérapeutique inférieur à 0,025 [index thérapeutique : dose moyenne journalière (mg/kg)/taux de ferritine sérique (µg/L)].
- D'une façon générale, les patients avec un taux de ferritine sérique inférieure à 2000 ng/ml répondent à une dose d'environ 25 mg/kg/jour. Pour les patients avec un taux compris entre 2000 et 3000 ng/ml la dose usuelle est d'environ 35 mg/kg/jour.
- Chez les patients ayant des taux de ferritine sérique supérieurs, une dose allant jusqu'à 55 mg/kg/jour peut être nécessaire. Il est peu prudent de dépasser régulièrement une dose moyenne journalière de 50 mg/kg/jour sauf lorsqu'un traitement intensif est nécessaire chez des patients ayant achevé leur croissance.
- Si les valeurs de la ferritine diminuent en dessous de 1000 ng/ml, le risque de toxicité de Desféral augmente, il est important de surveiller attentivement ces patients et de considérer éventuellement une diminution de la dose totale hebdomadaire.
- Les doses administrées sont les doses moyennes journalières. La plupart des patients prenant le traitement moins de 7 jours par semaine, la dose effective par prise diffère de la dose moyenne journalière (ex : si la dose moyenne journalière est de 40 mg/kg/jour et que le patient reçoit 5 administrations par semaine, chaque perfusion devra contenir 56 mg/kg).
- Il a été démontré qu'un traitement régulier par Desféral augmente l'espérance de vie des patients souffrant de thalassémie.
- La voie sous-cutanée lente, au moyen d'une pompe à perfusion miniaturisée portable, pendant une période de 8 à 12 heures est recommandée et convient particulièrement aux patients ambulatoires. Il est possible également de prolonger la durée de la perfusion à 24 heures.
La pompe sera utilisée 5 à 7 fois par semaine.
La formulation de Desféral n'est pas adaptée à l'administration par bolus sous-cutané.
- Perfusion intraveineuse lors d'une transfusion sanguine :
La transfusion sanguine permet d'effectuer en même temps la perfusion intraveineuse de déféroxamine sans gêne supplémentaire pour le patient dans la mesure où l'on dispose déjà d'une voie d'abord veineux. Cette méthode est particulièrement utile lorsque l'observance du traitement sous-cutané est insuffisante.
La solution de Desféral ne doit pas être introduite dans la poche de sang, mais administrée à l'aide d'une perfusion en Y à proximité de la voie d'abord veineux. Le Desféral sera administré en perfusion lente à l'aide de la pompe.
Patients et personnel soignant devront être alertés du risque de collapsus lié à l'administration en perfusion rapide (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Perfusion intraveineuse continue :
. Des systèmes implantables peuvent être utilisés pour un traitement chélateur intensif.
. La perfusion IV continue est indiquée chez les patients qui ne sont pas en mesure de continuer à recevoir la déféroxamine par voie SC et en présence d'une pathologie cardiaque par surcharge martiale.
La dose de déféroxamine dépendra de la gravité de cette surcharge.
Un dosage de la sidérurie des 24 heures devra être effectué régulièrement lorsqu'un traitement chélateur intensif (IV) est requis et la dose ajustée en conséquence.
. La prudence est recommandée lors du rinçage de la ligne de perfusion afin d'éviter l'administration brusque du Desféral résiduel pouvant être présent dans l'espace mort de la ligne de perfusion, en raison du risque de collapsus (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- La voie d'administration intramusculaire ne sera utilisée que si les perfusions sous-cutanées (plus efficaces) s'avèrent impossibles.
- Quelle que soit la voie d'administration retenue, la dose d'entretien individuelle sera établie en fonction du taux d'excrétion de fer du patient.
- Administration concomitante de vitamine C :
Les patients souffrant de surcharge en fer développent généralement une carence en vitamine C, probablement par oxydation de la vitamine par le fer.
Chez les hémosidérosiques, l'administration concomitante de vitamine C (150 à 200 mg/jour per os chez l'adulte) augmente l'excrétion du complexe ferrioxamine-fer (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. Chez l'enfant de moins de 10 ans, 50 mg de vitamine C suffisent généralement, et 100 mg pour les enfants plus âgés.
Des doses plus élevées de vitamine C ne permettent pas d'accroître l'excrétion du complexe ferrique.
. On n'utilisera pas la vitamine C pendant le premier mois de traitement à la déféroxamine (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
INTOXICATION MARTIALE AIGUE :
- La déféroxamine est un complément aux mesures standard généralement utilisées dans les traitements de l'intoxication martiale aiguë.
- Le traitement par Desféral est indiqué dans chacune des situations suivantes :
. tout patient symptomatique présentant plus que des symptômes mineurs transitoires (ex : plus d'un épisode de vomissements ou une émission de selles molles) ;
- patients présentant des signes de léthargie, des douleurs abdominales importantes, une hypovolémie ou une acidose ;
- patients avec une radiographie montrant de multiples opacités abdominales, (la grande majorité de ces patients développera une intoxication martiale symptomatique) ;
- tout patient symptomatique avec des taux de fer sérique supérieurs à 300 à 350 µg/dl quelle que soit la capacité totale de fixation du fer. Il a aussi été suggéré qu'une approche conservatoire, sans traitement par Desféral ou autre, devait être envisagée lorsque les taux sériques de fer sont dans un intervalle de 300 à 500 µg/dl chez des patients asymptomatiques ou monosymptomatiques limités à des vomissements non hémorragiques ou une diarrhée sans autres symptômes.
Mode d'administration :
L'administration se fait de préférence par voie IV continue à la vitesse recommandée de 15 mg/kg/heure.
Elle doit être réduite dès que la situation le permet, le plus souvent après 4 à 6 heures, afin que la dose intraveineuse totale n'excède jamais la quantité recommandée de 80 mg/kg/24 heures.
Critères d'arrêt du traitement par Desféral :
- Le traitement chélateur doit être poursuivi jusqu'à ce que l'ensemble des critères suivants soit atteint :
. Absence de signes ou symptômes d'intoxication martiale.
. Un taux corrigé de fer sérique normal ou faible (< 100 µg/dl). Comme il n'est pas possible de mesurer précisément les concentrations en présence de Desféral, il est acceptable d'interrompre le traitement par Desféral quand tous les autres critères sont atteints si la concentration sérique en fer n'est pas élevée.
. Plusieurs radiographies abdominales montrant la disparition des opacités observées préalablement doivent être réalisées avant d'interrompre le traitement. Elles servent de marqueurs pour l'absorption continue de fer.
. Si le patient a initialement développé une coloration vin-rosé des urines lors du traitement par Desféral, il semble raisonnable d'attendre que la coloration revienne à la normale avant l'arrêt du traitement (l'absence de coloration vin-rosé n'est pas suffisante en elle-même pour indiquer l'arrêt du Desféral).
- L'efficacité du traitement dépend d'une élimination urinaire adéquate. En cas d'oligurie ou d'anurie, une dialyse péritonéale, une hémodialyse ou une hémofiltration peuvent devenir nécessaires.
TEST AU DESFERAL :
Ce test est basé sur le fait que Desféral n'augmente pas l'excrétion du fer et de l'aluminium au-dessus d'un certain seuil, chez le sujet sain.
- Surcharges ferriques :
Injecter 500 mg de déféroxamine par la voie intramusculaire, puis collecter les urines pendant les 6 heures suivantes et doser la quantité de fer excrétée : entre 1 et 1,5 mg (18 à 27 µmol) en l'espace de 6 heures, on peut suspecter une surcharge martiale. Au-delà de 1,5 mg (27 µmol) les valeurs peuvent être considérées comme pathologiques.
Le test ne donne des résultats fiables qu'en présence d'une fonction rénale normale.
- Dépistage d'une intoxication aluminique chez l'hémodialysé :
Il est recommandé de faire un test au Desféral chez les patients dont l'aluminémie dépasse 2,2 µmol/L (60 µg/L) et dont la ferritine sérique est supérieure à 100 ng/ml.
On effectuera un prélèvement sanguin immédiatement avant l'hémodialyse afin d'avoir les valeurs de base de l'aluminémie avant traitement.
On administrera une perfusion IV lente de 5 mg/kg pendant la dernière heure de l'hémodialyse.
Au début de l'hémodialyse suivante, un second prélèvement sanguin permettra de doser une nouvelle fois l'aluminémie.
Le test au Desféral est considéré comme positif si l'augmentation de l'aluminémie par rapport aux valeurs initiales excède 5,6 µmol/L (150 µg/L). Cependant, un résultat négatif ne suffit pas à exclure toute surcharge aluminique.
- Intoxication aluminique chez l'insuffisant rénal chronique dialysé :
. Les complexes déféroxamine-fer et déféroxamine-aluminium sont dialysables.
. Chez les patients avec une insuffisance rénale, leur élimination sera augmentée par la dialyse.
. Le traitement doit être envisagé chez les patients présentant des signes de surcharge aluminique, ou asymptomatiques mais avec une aluminémie supérieure à 2,2 µmol/L (60 µg/L) et un test au Desféral positif.
- Chez le sujet hémodialysé :
. Chez les patients avec des taux d'aluminium sérique allant jusqu'à 300 µg/L après le test au Desféral, Desféral doit être administré en perfusion IV lente pendant la dernière heure de dialyse. Chez les patients avec des taux d'aluminium sérique supérieurs à 300 µg/L après le test au Desféral, le Desféral doit être administré en perfusion IV lente 5 heures avant la dialyse.
. On effectuera un test au Desféral après la première cure de 3 mois, en ayant ménagé préalablement un intervalle libre de 4 semaines.
Il n'est pas recommandé de continuer le traitement, si lors de 2 tests au Desféral consécutifs à un mois d'intervalle, l'aluminémie dépasse les valeurs initiales de moins de 1,87 µmol/L (50 µg/L).
- Chez le sujet traité par dialyse péritonéale :
Chez les patients en dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA), en dialyse péritonéale cyclique continue (DPCC) ou en dialyse péritonéale automatisée, la déféroxamine sera administrée une fois par semaine à la dose de 5 mg/kg avant la dernière épuration de la journée. Il est recommandé d'utiliser la voie intrapéritonéale chez ces patients, toutefois, la déféroxamine peut également être administrée par voie IM ou en perfusion lente par voie SC ou IV.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Antécédents d'hypersensibilité à la déféroxamine, à moins qu'une désensibilisation efficace ne permette d'effectuer le traitement.
- Insuffisance rénale sévère non dialysée.
- Infection bactérienne évolutive.
DECONSEILLE :
- Grossesse : aucun effet tératogène n'a été mis en évidence chez le rat et la souris. Les études effectuées chez le lapin à des doses toxiques pour la mère ont montré un possible effet tératogène. En clinique, l'utilisation de la déféroxamine au cours d'un nombre très limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition chez la femme enceinte. Des quelques grossesses exposées, on peut fournir les éléments suivants : en cas d'intoxication maternelle sévère au fer, on ne retrouve pas d'augmentation parallèle des concentrations du fer sérique chez l'enfant ; le traitement de la mère par la déféroxamine semble sans retentissement sur les concentrations en fer de l'enfant. En conséquence, l'utilisation de la déféroxamine ne doit être envisagée au cours de la grossesse que si nécessaire.
- Allaitement : en l'absence d'information sur le passage de la substance active dans le lait maternel, il conviendra de mettre en balance le bénéfice attendu pour la mère et les risques pour l'enfant.

Effets indésirables Desferal

- Les effets indésirables sont classés par ordre de fréquence décroissante en utilisant la convention suivante : très fréquente (> = 1/10), fréquente (> = 1/100, < 1/10), peu fréquente (> = 1/1000, < 1/100), rare (> = 1/10000, < 1/1000), très rare (< 1/10000) incluant les cas isolés.
- Il faut garder à l'esprit qu'une partie de la symptomatologie attribuée à des effets indésirables peut en fait être due à l'atteinte sous-jacente (surcharge martiale et/ou aluminique).
- Infections et infestations :
. Rare : Mucormycoses.
. Très rare : Infections à Yersinia pseudotuberculosis et Yersinia enterocolitica (entérite, entérocolite aiguë dont des formes disséminées) (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
Très rare : Anomalies hématologiques (incluant les thrombocytopénies).
- Affections du système immunitaire :
Très rare : Réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes avec ou sans état de choc, oedème de Quincke.
- Affections du système nerveux :
. Fréquent : Céphalées.
. Très rare : Troubles neurologiques, vertiges, apparition brutale ou aggravation de l'encéphalopathie aluminique des dialysés, neuropathie sensitive, motrice ou mixte, paresthésies (voir précautions d'emploi).
- Affections oculaires :
Rare : Scotome, rétinopathies (dégénérescence pigmentaire de la rétine), névrite optique, cataracte, diminution de l'acuité visuelle, vision floue, diminution de la vision nocturne (nyctalopie), altérations du champ visuel, troubles de la perception des couleurs (dyschromatopsie), opacités cornéennes, cécité.
- Affections de l'oreille et du labyrinthique :
Peu fréquent : Surdité neurosensorielle sur les hautes fréquences et acouphènes.
- Affections vasculaires :
Rare : Une hypotension peut survenir si les précautions recommandées lors de l'administration du Desféral ne sont pas suivies (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinaux :
. Peu fréquent : Asthme.
. Très rare : Pneumopathies infiltratives pouvant être à l'origine d'un syndrome de détresse respiratoire aiguë.
- Affections gastro-intestinaux :
. Fréquent : Nausées.
. Peu fréquent : Vomissements, douleurs abdominales.
. Très rare : Diarrhées.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Fréquent : Urticaire.
. Très rare : Eruptions cutanées généralisées.
- Affections musculosquelettiques et systémiques :
. Très fréquent : Arthralgie/myalgie.
. Fréquent : Des retards de croissance et des modifications osseuses (ex : dysplasie métaphysaire) (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Affections du rein et des voies urinaires :
. Très rare : Troubles de la fonction rénale (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Très fréquent : Réactions au site d'injection incluant douleur, tuméfaction, infiltration, érythème, prurit, ulcérations/croûtes.
. Fréquent : Fièvre.
. Peu fréquent : Réactions au site d'injection incluant vésicules, oedème localisé, sensation de brûlure.
- Remarques spécifiques :
. Surdité neurosensorielle sur les hautes fréquences et acouphènes sont peu fréquents si les doses sont conformes aux recommandations et si elles sont diminuées lorsque les taux de ferritine chutent (rapport de la dose moyenne journalière divisée par le taux de ferritine inférieur à 0,025).
. Les troubles oculaires sont rares, sauf lorsque de fortes doses sont administrées (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. Des retards de croissance et des modifications osseuses (ex : dysplasie métaphysaire) sont fréquents chez des patients recevant des doses supérieures à 60 mg/kg, en particulier, lorsque le traitement a commencé avant l'âge de 3 ans. Lorsque les doses sont maintenues à 40 mg/kg ou en deçà, le risque est considérablement réduit.
. Au site d'injection, douleur, tuméfaction, infiltration, érythème, prurit et ulcérations/croûtes sont fréquents, vésicules, oedème localisé, sensation de brûlure sont peu fréquentes. Les manifestations locales peuvent être accompagnées de réactions systémiques telles que arthralgie/myalgie (très fréquent), maux de tête (fréquent), urticaire (fréquent), nausées (fréquent), fièvre (fréquent), vomissements (peu fréquent), douleurs abdominales (peu fréquent), ou asthme (peu fréquent).



publicité