publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

DIACOR LP 120 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 23.09.2010

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Diltiazem
laboratoire: Dexo

Gélule à libération prolongée
Boîte de 56
Toutes les formes
16,78€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 17,60 €

Indication

Traitement préventif des crises d'angor stable

Posologie DIACOR LP 120 mg Gélule à libération prolongée Boîte de 56

Le traitement sera initié avec une gélule à 90 mg matin et soir. S'il y a lieu, la posologie peut être augmentée à une gélule à 120 mg matin et soir.
Dans certains cas exceptionnels, la posologie peut être portée à 2 gélules à 90 mg matin et soir.
Chez les sujets âgés, a fortiori présentant une bradycardie et/ou polymédiqués, chez les insuffisants rénaux et les insuffisants hépatiques, la posologie quotidienne n'excèdera pas une gélule à 90 mg matin et soir (voir précautions d'emploi) sauf dans des cas très particuliers où elle pourra être augmentée.
La gélule doit être avalée avec un peu d'eau, sans être croquée.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de :
- hypersensibilité au diltiazem,
- dysfonctionnement sinusal, BAV Il et III non appareillé,
- bradycardie sévère (inférieure ou égale à 40 bat/min),
- insuffisance ventriculaire gauche avec stase pulmonaire,
- association au dantrolène (perfusion) (voir interactions),
- en association au cisapride, au pimozide, à l'ergotamine et à la dihydroergotamine.
En raison de la présence de saccharose, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en sucrase-isomaltase.
DECONSEILLE :
- Le chlorhydrate de diltiazem est généralement déconseillé en association aux anti-arythmiques et à l'esmolol (en cas d'altération de la fonction ventriculaire gauche) et chez la femme enceinte ou susceptible de l'être : les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène. Il n'existe pas actuellement de données en nombre suffisant sur un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du chlorhydrate de diltiazem lorsqu'il est administré pendant la grossesse. En conséquence, l'utilisation du chlorhydrate de diltiazem est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument systématique pour conseiller une interruption de grossesse, mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
- Allaitement : le diltiazem est retrouvé à des concentrations très faibles dans le lait maternel. Toutefois, l'allaitement lors d'un traitement par diltiazem est à éviter.

Effets indésirables Diacor LP

- Les plus fréquents, qui conduisent parfois à l'interruption du traitement sont : bradycardies sinusales symptomatiques, blocs sino-auriculaires, blocs auriculoventriculaires, éruptions cutanées. Ces dernières sont le plus souvent localisées et consistent en un érythème simple, une urticaire ou, exceptionnellement un érythème desquamatif, éventuellement fébrile, régressif à l'arrêt du traitement ou une vascularite, un érythème polymorphe, une dermatite exfoliative, une pustulose exanthématique aiguë généralisée, une photosensibilité et au plan muqueux une hyperplasie gingivale.
- Les manifestations correspondant à une vasodilatation (céphalées, malaises, palpitations, vertiges, bouffées vasomotrices et oedèmes des membres inférieurs) sont dose-dépendantes, en relation avec l'activité pharmacologique du principe actif et surviennent plus volontiers chez le sujet âgé. Ces effets sont en général peu fréquents, bénins et transitoires.
- Les autres effets secondaires sont rares et transitoires : asthénie, troubles digestifs (dyspepsies, épigastralgies, sécheresse buccale, nausées, constipation ou diarrhée).
- De rares cas d'augmentations isolées, modérées et transitoires, des transaminases hépatiques ont été observés à la période initiale du traitement. De très exceptionnels cas d'hépatites cliniques ont été rapportés, réversibles à l'arrêt du traitement.
- Exceptionnels cas de syndrome extrapyramidal et de gynécomastie.



publicité