publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

DIPRIVAN 10 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anesthésie, réanimation, antalgiques
principes actifs: Propofol
laboratoire: Astrazeneca

Emulsion injectable IV
Boîte de 1 Seringue préremplie de 50 ml
Toutes les formes

Indication

a) ANESTHESIE

· Le propofol est un agent anesthésique intraveineux, d'action rapide, utilisable pour l'induction et l'entretien de l'anesthésie générale.

· Le propofol peut être administré chez l'adulte et chez l'enfant de plus de 1 mois.

b) SEDATION

· Le propofol peut être utilisé :

o pour la sédation lors de gestes chirurgicaux ou de procédures diagnostiques, seul ou associé à une anesthésie locale ou régionale, chez l'adulte et l'enfant de plus de 1 mois,

o pour la sédation des patients de plus de 16 ans ventilés en unité de réanimation chirurgicale ou médicale.

Posologie DIPRIVAN 10 mg/mL Emulsion injectable IV Boîte de 1 Seringue préremplie de 50 ml

Ce produit ne doit être administré que par des médecins spécialisés en anesthésie-réanimation ou en médecine d'urgence et familiarisés avec l'utilisation des anesthésiques, ou sous leur contrôle, et disposant de tout le matériel d'anesthésie-réanimation nécessaire.

Les recommandations des sociétés savantes concernées doivent être respectées, notamment en cas d'utilisation en situation extra-hospitalière (situation d'urgence ou transport médicalisé).

Agiter la seringue pré-remplie avant utilisation.

Modalités d'administration du propofol en seringues pré-remplies uniquement, spécifiques à l'utilisation du dispositif DIPRIFUS OR-TCI pour Anesthésie Intraveineuse à Objectif de Concentration (AIVOC, encore appelé en anglais: Target Controlled Infusion (TCI)), voir section IV. Ne peut être utilisé que pour l'induction et l'entretien de l'anesthésie chez l'adulte. Il n'est recommandé ni chez l'enfant, car il n'existe pas de modèle pharmacocinétique validé, ni en sédation en unité de soins intensifs.

I) ANESTHESIE GENERALE

A) Induction

a) Chez l'adulte et le sujet âgé (de plus de 65 ans)

Chez les patients, prémédiqués ou non, il est recommandé d'administrer le produit à une vitesse d'environ 4 ml (40 mg) toutes les 10 secondes jusqu'à l'obtention de la narcose.

La plupart des patients de moins de 55 ans nécessiteront de 1,5 à 2,5 mg/kg de propofol. La dose totale nécessaire peut être réduite par un débit d'administration plus faible (20 à 50 mg/min, soit 1200 à 3000 mg/h).

Chez le sujet âgé, la dose requise pour l'induction de l'anesthésie doit être réduite. Cette dose doit être administrée lentement et titrée en fonction de la réponse.

Il est recommandé de ne pas dépasser 1,5 mg/kg après 75 ans.

b) Chez l'enfant de plus de un mois

Pour l'induction de l'anesthésie, la dose de DIPRIVAN 10 mg/ml doit être administrée lentement jusqu'à l'obtention des signes cliniques de narcose et titrée en fonction de la réponse.La posologie doit être ajustée en fonction du poids et de l'âge de l'enfant. La plupart des patients âgés de plus de 8 ans nécessiteront environ 2,5 mg/kg de DIPRIVAN 10 mg/ml pour l'induction de l'anesthésie. Chez les plus jeunes notamment entre 1 mois et 3 ans la dose nécessaire pourra être plus élevée (2,5 à 4 mg/kg).

c) Chez les malades dont l'état général est altéré (ASA grade III ou IV)

Chez les malades dont l'état général est altéré (ASA grade III ou IV), des vitesses d'administration moindres seront utilisées: approximativement 2 ml (20 mg) toutes les 10 secondes.

Chez les patients classés ASA IV, la dose d'induction doit être inférieure à 1,5 mg/kg (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Une réduction plus importante de la dose et de la vitesse d'administration devra intervenir chez les patients âgés classés ASA grade III ou IV.

B) Entretien

Il s'effectuera par l'administration de propofol à la demande, en fonction de la profondeur d'anesthésie désirée.

a) Chez l'adulte et le sujet âgé (de plus de 65 ans)

Chez l'adulte, la posologie moyenne varie d'un patient à l'autre mais est généralement de l'ordre de 0,1 à 0,2 mg/kg/min (6 à 12 mg/kg/h).

Lors de l'utilisation en injections répétées, on injectera à la demande 25 mg (2,5 ml) à 50 mg (5 ml) de propofol.

En complément à la perfusion, l'administration de bolus de 25 mg (2,5 ml) à 50 mg (5,0 ml) de propofol pourra être réalisée si l'on désire augmenter rapidement la profondeur de l'anesthésie.

Chez le sujet de plus de 55 ans la posologie sera généralement moindre. Chez le sujet âgé la vitesse de perfusion ou la concentration cible devront être réduites.

L'administration en bolus rapide (simple ou répété) ne devra pas être utilisée chez le sujet âgé, celle-ci pouvant conduire à une dépression cardio-respiratoire.

b) Chez l'enfant de plus de 1 mois

L'anesthésie peut être maintenue par l'administration de DIPRIVAN 10 mg/ml en perfusion continue ou par injections répétées en bolus de façon à ajuster la profondeur désirée de l'anesthésie. Les  posologies moyennes d'administration varient considérablement selon le sujet mais elles sont comprises généralement entre 9 et 15 mg/kg/h pour obtenir une anesthésie satisfaisante.

Chez les enfants plus jeunes, notamment entre 1 mois et 3 ans, les doses nécessaires peuvent être plus élevées.

Des doses plus faibles sont recommandées pour   le sujet ASA III et IV (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi.). 

c) Chez les malades dont l'état général est altéré (ASA grade III ou IV)

Chez le sujet ASA grade III ou IV, la posologie sera généralement moindre.

Une réduction plus importante de la dose et de la vitesse d'administration devra intervenir chez les patients âgés classés ASA grade III ou IV.

II) SEDATION

II A) SEDATION EN SOINS INTENSIFS

L'utilisation de propofol pour la sédation en Unité de Soins Intensifs des enfants de moins de 16 ans est contre-indiquée (voir rubrique Contre-indications).

Lors de l'utilisation en sédation chez les patients nécessitant des soins intensifs, il est recommandé d'administrer le propofol en perfusion continue.

La posologie doit être adaptée en fonction de la profondeur requise de sédation. Pour la plupart des patients une sédation suffisante est obtenue avec des doses allant de 1 mg/kg/h à 4 mg/kg/h. (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Chez le sujet âgé, la dose et la vitesse de perfusion ou la concentration cible devront être réduites.

Si le patient reçoit de façon concomitante d'autres lipides intraveineux, une réduction des quantités administrées doit être réalisée afin de prendre en compte les quantités de lipides apportées par DIPRIVAN : 1 ml de DIPRIVAN 10 mg/ml (10 mg de propofol) contient 0,1 g de lipides.

II B) SEDATION ANESTHESIQUE POUR LES ACTES DE COURTE DUREE ET EN COMPLEMENT D'ANESTHESIE LOCO-REGIONALE

Chez l'adulte

Lors de l'utilisation en sédation anesthésique pour acte diagnostique et/ou thérapeutique, ou en complément d'anesthésie loco-régionale, il est recommandé d'administrer le propofol en injection lente ou en perfusion pour l'initiation et en perfusion continue pour l'entretien.

Chez les sujets jeunes et en bon état général, la dose initiale sera de 0,5 à 1 mg/kg en injection lente ou en perfusion sur une période de 1 à 5 minutes. L'entretien se fera par une perfusion à la dose de 1 à 4,5 mg/kg/h avec ajustement en fonction de l'effet clinique recherché.

Chez les patients âgés et/ou grade ASA III et ASA IV, la posologie initiale ne devra pas dépasser 0,5 mg/kg en injection lente ou en perfusion sur une période de 1 à 5 minutes suivi de la perfusion de 1,5 mg/kg/h à ajuster en fonction de l'effet clinique recherché.

Chez l'enfant de plus de 1 mois

Les doses et la vitesse d'administration doivent être ajustées en fonction de la profondeur de sédation requise et de la réponse clinique. Chez la plupart des patients pédiatriques, la dose nécessaire pour le début de la sédation se situe entre 1 et 2 mg/kg de propofol.

L'entretien de la sédation peut être obtenu par une perfusion titrée de DIPRIVAN selon le niveau de sédation désiré. La plupart des sujets nécessitent une dose de 1,5 à 9 mg/kg/h de propofol. Un bolus supplémentaire de 1 mg/kg au maximum pourra être administré s'il est nécessaire d'augmenter rapidement la profondeur de la sédation.

Chez les patients ASA grades III et IV des doses plus faibles peuvent être nécessaires.

III) RECOMMANDATIONS GENERALES

Induction

Le propofol peut être administré dans la partie terminale de la tubulure d'une perfusion de glucosé isotonique 5 %, de sérum physiologique 0,9 % ou d'un mélange glucosé 4 % et salé 0,18 % (voir rubrique Incompatibilités).

Administration prolongée (entretien de l'anesthésie générale et/ou sédation)

Des analgésiques sont généralement nécessaires en association avec ce médicament.

Ce produit a été utilisé en association avec des anesthésies spinales et épidurales de même qu'avec la plupart des produits utilisés en anesthésie: prémédications, myorelaxants, anesthésiques par inhalation et analgésiques. Aucune incompatibilité pharmacologique n'a été rencontrée. Dans ces conditions, des posologies plus faibles de propofol sont nécessaires.

Si DIPRIVAN est administré pur, un pousse seringue électrique ou une pompe volumétrique à débit contrôlé doit être utilisé.

Si DIPRIVAN doit être dilué lors de l'utilisation en perfusion (entretien de l'anesthésie ou sédation), il est recommandé d'utiliser du glucosé isotonique 5 %.

Les dilutions ne doivent pas excéder 1 dans 5 (soit, pas moins de 2 mg de propofol par ml).

En pratique :

· Chaque seringue de 50 ml ne doit donc pas être diluée dans plus de 250 ml d'une solution de glucosé isotonique 5 %.

· Cette dilution doit être préparée en respectant des conditions rigoureuses d'asepsie.

· Elle doit être réalisée immédiatement avant l'administration et utilisée dans les 6 heures qui suivent cette préparation.

· La perfusion peut être réalisée avec différentes techniques mais une tubulure standard utilisée seule n'évitera pas le risque de perfusion accidentelle et incontrôlée de grands volumes de propofol dilué. Une burette, un compteur de gouttes ou une pompe volumétrique à débit contrôlé doivent être utilisés.

· Le risque d'une perfusion incontrôlée doit être pris en compte pour décider de la quantité maximale de propofol dans la burette.

IV - Administration Intraveineuse à Objectif de Concentration - Administration de Propofol avec le dispositif DIPRIFUSOR - TCI (Target Controlled Infusion).

L'utilisation du dispositif DIPRIFUSOR - TCI pour l'administration de DIPRIVAN est réservée à l'induction et l'entretien d'anesthésie générale chez l'adulte. Elle n'est recommandée ni chez l'enfant, ni en sédation en unité de soins intensifs.

Ce système permet à l'anesthésiste d'atteindre et de contrôler la vitesse d'induction souhaitée et la profondeur d'anesthésie ou de la sédation anesthésique en définissant et ajustant un objectif (concentration prédite) de concentration sanguine en propofol.

Seul le dispositif DIPRIFUSOR TCI incluant le logiciel DIPRIFUSOR TCI permet l'administration de propofol par TCI.

Ce dispositif fonctionne avec des seringues pré-remplies de propofol 10 mg/ml (500 mg/50 ml) et propofol 20 mg/ml (1 g/50 ml) ayant un système d'identification électronique.

L'utilisateur doit d'abord se familiariser avec l'emploi de pousse-seringue, avec l'administration de propofol par TCI, ainsi qu'avec les systèmes d'identification des seringues. L'ensemble de ces éléments sont décrits dans le manuel de formation et utilisation de DIPRIFUSOR disponible sur demande.

Des recommandations sur les objectifs de concentration en propofol sont fournies ci-dessous. Du fait de la variabilité interindividuelle pharmacodynamique et pharmacocinétique du propofol (chez les patients prémédiqués ou non), les concentrations cibles en propofol devront être ajustées en fonction de la réponse du patient afin d'obtenir la profondeur d'anesthésie ou de sédation désirée.

Induction d'anesthésie générale

Chez les patients adultes de moins de 55 ans, l'induction de l'anesthésie peut généralement être obtenue avec une concentration sanguine cible en propofol se situant entre 4 et 8 microgrammes/ml. Chez les patients prémédiqués, une concentration sanguine cible initiale de 4 microgrammes/ml est recommandée, chez les patients non prémédiqués, elle est de 6 microgrammes/ml.

Dans cette fourchette de concentrations cibles, le délai d'induction se situe généralement entre 60 et 120 secondes.

Des concentrations cibles plus élevées permettront d'obtenir une induction plus rapide mais sont susceptibles d'entraîner une dépression hémodynamique et respiratoire plus importante.

Chez les patients de plus de 55 ans et ceux classés ASA III ou IV, la concentration initiale sera diminuée. La concentration cible pourra ensuite être augmentée par paliers de 0,5 à 1,0 microgramme/ml toutes les minutes afin d'obtenir une induction progressive de l'anesthésie.

Chez les patients de plus de 75 ans, il est recommandé de ne pas dépasser une concentration cible de plus de 2,5 microgrammes/ml.

Entretien d'anesthésie générale

L'association d'analgésiques sera généralement nécessaire. Leur influence sur la diminution de la concentration sanguine cible de propofol pendant l'entretien sera fonction de la quantité d'analgésique administrée simultanément.

Les concentrations sanguines cibles de propofol entre 3 et 6 microgrammes/ml permettent généralement d'entretenir une anesthésie satisfaisante.

La concentration sanguine de propofol prédite au réveil se situe généralement entre 1,0 et 2,0 microgrammes/ml et sera fonction de la quantité d'analgésique administrée au cours de la phase d'entretien.

Sédation pour des actes de courte durée ou en complément d'anesthésie loco-régionale

Chez les sujets jeunes et en bon état général, une concentration cible initiale de 1 microgramme/ml est recommandée, alors qu'une concentration cible initiale de 0,5 microgramme/ml sera recommandée pour les sujets âgés et/ou de grade ASA III ET IV.

L'ajustement se fera par palier de 0,1 ou 0,2 microgramme/ml selon l'âge et l'état général du patient pour obtenir le niveau de sédation anesthésique souhaité.

Contre indications

· Hypersensibilité connue au propofol ou à l'un des constituants de ce produit.

· En raison de la présence d'huile de soja, ce médicament est contre-indiqué en cas d'allergie à l'arachide ou au soja.

· ENFANT :

o le propofol est contre indiqué chez les patients de moins de 16 ans pour la sédation en Unité de Soins Intensifs (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

· ALLAITEMENT :

o l'utilisation de propofol chez la femme qui allaite n'est pas recommandée.

Effets indésirables Diprivan

Les effets indésirables imputables au propofol sont présentés ci-après par classe organe et par fréquence.

Les fréquences sont définies telles que : très rares (≤ 1/10 000), rares (≥ 1/10 000, ≤ 1/1 000), fréquents (≥ 1/100, ≤ 1/10), très fréquents (≥ 1/10).

Classe-Organe

Fréquence

Effets indésirables

Troubles généraux

Très fréquents

Douleur au lieu d'injection(1).

Très rares

Rhabdomyolyse(6), (8).

Troubles du système vasculaire

Fréquents

Hypotension pouvant être sévère(2).

Peu fréquents

Thrombopénie(3).

Très rares

Complications veineuses locales au lieu d'injection du produit(4).

Troubles du système cardio-vasculaire

Fréquents

Bradycardie(5).

Rares

Asystolie(5).

Très rares

Œdème pulmonaire.

Fréquence indéterminée(12)

Insuffisance cardiaque.

Arythmie cardiaque(8), (10).

Troubles du système respiratoire

Fréquents

Apnée transitoire pendant l'injection.

Troubles gastro-intestinaux

Fréquents

Nausées et vomissements au réveil.

Très rares

Pancréatite.

Affections hépatobiliaires

Fréquence indéterminée(12)

Hépatomégalie(8).

Troubles du système nerveux

Fréquents

Céphalées au réveil

Rares

Mouvements de type épileptiforme incluant opisthotonos et crises convulsives au cours de l'induction, de l'entretien ainsi que du réveil.

Très rares

Une phase non vigile peut être aussi observée.

Fréquence indéterminée(12)

Mouvements involontaires.

Blessure, intoxication et complication liées à une intervention

Très rares

Fièvre post-anesthésique.

Troubles rénaux et urologiques

Très rares

Modification de la coloration des urines à la suite d'administration prolongée de propofol.

Fréquence indéterminée(12)

Insuffisance rénale(8).

Troubles du système immunitaire

Très rares

Choc anaphylactique pouvant inclure un oedème de Quincke, un bronchospasme et un érythème, accompagnés d'une hypotension artérielle sévère.

Troubles sexuels

Très rares

Désinhibition sexuelle.

Troubles cutanés

Très rares

Urticaire(7).

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquence indéterminée(12)

Acidose métabolique(8).

Hyperkaliémie(8).

Hyperlipidémie(8).

Affections psychiatriques

Fréquence indéterminée(12)

Humeur euphorique(9).

Abus(9) du propofol.

Investigations

Fréquence indéterminée(12)

Syndrome de Brugada (8), (11).

 (1) La douleur peut être largement atténuée en utilisant les grosses veines de l'avant bras et du pli du coude. Chez l'enfant, la douleur est encore plus fréquente que chez l'adulte surtout lorsque l'injection est faite dans une petite veine de la main ou du poignet, elle est moindre dans une veine du pli du coude ou de l'avant bras.

(2) (Voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

(3) En administration réitérée, imputée au vecteur lipidique.

(4) Les complications veineuses locales à l'injection sont exceptionnelles. Les extravasations accidentelles observées, de même que les études animales, n'ont montré qu'une réaction tissulaire minime. L'injection intra-artérielle chez l'animal n'a pas entraîné de complications tissulaires, localement et en aval.

(5) Quelques cas de bradycardies, parfois sévères et d'asystolie ont été rapportés.

(6) Lors de l'administration de propofol pour la sédation en unités de soins intensifs à des doses supérieures à 4 mg/kg/h.

(7) En raison de la présence d'huile de soja raffinée, risque de survenue de réaction d'hypersensibilité.

(8) Effets associés caractérisant le syndrome de perfusion du propofol pouvant survenir chez des patients gravement malades ayant des facteurs de risques multiples d'apparition de ces événements (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

(9) Abus de propofol notamment chez les professionnels de santé.

(10) Insuffisance cardiaque d'évolution rapide chez les adultes (dans certains cas avec issue fatale). Dans ces cas, l'insuffisance cardiaque ne répondait généralement pas au traitement par un agent inotrope.

(11) Syndrome de Brugada (ECG de type sus-décalage du segment ST avec aspect en dôme).

(12) Fréquence indéterminée car ne pouvant être estimée sur la base des données disponibles.



publicité