publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

DOPERGINE 0,5 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Lisuride
laboratoire: Bayer Sante

Comprimé sécable
Boîte de 1 Flacon de 30
Toutes les formes
17,89€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 18,71 €

Indication

Maladie de Parkinson

· Association précoce à la dopathérapie dans le but de diminuer la dose de chacun des produits actifs et de retarder l'apparition des fluctuations d'efficacité et des mouvements anormaux.

· Association en cours d'évolution de la maladie lorsque l'effet de la dopathérapie s'épuise ou devient inconstant et qu'apparaissent des fluctuations de l'effet thérapeutique (fluctuations de type “fin de dose” ou effet “on-off”).

L'association de DOPERGINE à la lévodopa doit s'effectuer progressivement avec possibilité de réduction des doses de lévodopa (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Posologie DOPERGINE 0,5 mg Comprimé sécable Boîte de 1 Flacon de 30

Posologie

Pour améliorer la tolérance digestive, l'administration du médicament doit toujours se faire au cours des repas ou d'une collation.

Pour partager en deux un comprimé, placer celui-ci sur une surface dure en mettant la face encochée vers le bas puis appuyer sur le comprimé avec le pouce.

Maladie de Parkinson

La dose doit être adaptée individuellement, en fonction de l'efficacité et de la tolérance.

La posologie doit être lentement progressive selon le schéma thérapeutique suivant :

· débuter le traitement par un demi-comprimé de DOPERGINE 0,2 mg le soir,

· augmenter progressivement les doses par paliers de 0,1 mg, soit ½ comprimé par semaine, à repartir en une à 4 prises quotidiennes, au moment des repas.

Semaine

Comprimés

1

2

3

4

5

6

7

8

matin

-

½

½

½

½

1

1

1

midi

-

-

½

½

½

½

1

1

après-midi

-

-

-

½

½

½

½

1

soir

½

½

½

½

1

1

1

1

Les posologies moyennes efficaces sont généralement de :

· 1 mg par jour (entre 0,8 et 1,2 mg) pour l'association précoce avec la lévodopa ;

· 2 mg par jour (entre 1 et 5 mg) pour l'association tardive chez des parkinsoniens présentant un épuisement d'action de la dopathérapie avec fluctuations.

A partir de 2 mg par jour, utiliser les comprimés dosés à 0,5 mg.

Il est préférable de répartir les doses journalières en 3 à 4 prises et même davantage en cas de fluctuations marquées.

Parallèlement à l'augmentation de la dose de DOPERGINE, la dose de lévodopa peut être réduite de l'ordre de 20%. Une surveillance particulière des doses doit être exercée, en cas d'administration simultanée de lévodopa et de sélégiline (inhibiteur de la monoamino oxydase), qui augmente et prolonge l'activité de la dopamine.

Après chaque augmentation de la dose, il faut observer l'effet thérapeutique obtenu et la tolérance pendant une semaine au moins, avant d'envisager une nouvelle augmentation.

Si le tableau clinique rend souhaitable l'instauration rapide du traitement par DOPERGINE, il est possible d'administrer de la domperidone pour diminuer les effets indésirables (nausées, vertiges, céphalées, fatigabilité). Ceci doit cependant constituer l'exception. Ne pas prolonger l'adjonction de domperidone au-delà de 4 semaines. Si les symptômes persistent, il est souhaitable de réduire les doses de DOPERGINE.

Contre indications

· Hypersensibilité au maléate de lisuride, à d'autres alcaloïdes de l'ergot de seigle ou à l'un des excipients.

· Association aux neuroleptiques antiémétiques, à la phénylpropanolamine (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

· Bien qu'aucune action de DOPERGINE sur le plan vasculaire n'ait été mise en évidence jusqu'à présent, l'indication devra être posée de façon rigoureuse chez les patients atteints de troubles circulatoires artériels sévères, au niveau périphérique et cardiaque (insuffisance coronarienne).

· Chez les patients présentant ou ayant présenté dans leur antécédents des troubles psychiques (détérioration intellectuelle, accès confusionnels, hallucinations visuelles) ou psychiatriques, l'indication devra être posée en mettant en balance l'avantage escompté et le risque encouru, car on ne peut exclure une aggravation du tableau clinique, ni la réapparition des symptômes.

Effets indésirables Dopergine

Ceux des agonistes dopaminergiques:

Des troubles digestifs (nausées, vomissements, céphalées) peuvent survenir plus particulièrement en début de traitement. Ils peuvent être améliorés ou prévenus par la prise de domperidone.

La survenue d'une hypotension orthostatique est possible. A titre exceptionnel, un collapsus peut survenir.

Des troubles psychiques (confusion, hallucinations, délire, excitation psychomotrice) peuvent être observés, plus particulièrement aux fortes posologies et essentiellement chez des patients présentant des antécédents psychiatriques (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

Des cas de jeu pathologique (compulsion au jeu), d'hypersexualité et d'augmentation de la libido ont été rapportés depuis la mise sur le marché (voir rubrique Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

Une prise de poids a été décrite chez certains patients parkinsoniens.

Affections cardiaques

Très rarement : péricardite et épanchement péricardique ont été rapportés.

Chez les patients traités par des dérivés de l'ergot de seigle, des cas de valvulopathie cardiaque (y compris avec régurgitation) ont été signalés.

L'apparition d'une fibrose pleuro pulmonaire (fibrose, épanchement) ou rétropéritonéale a été observée dans des cas isolés après une utilisation à long terme d'agonistes dopaminergiques dont DOPERGINE. La survenue d'une dyspnée, d'une envie persistante de tousser, d'une toux, d'une augmentation de la créatininémie au cours du traitement doit entraîner une démarche diagnostique et, les cas échéant l'arrêt du traitement.

Ont été également signalés: baisse de la vigilance, sécheresse de la bouche, constipation, réactions cutanées ou muqueuses de type allergique et oedèmes des membres inférieurs.

Une somnolence a été rapportée lors du traitement par lisuride.



publicité