publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ERYTHROMYCINE MYLAN 1 g Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 1 Flacon de 1 g

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 07.09.2009

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Erythromycine
laboratoire: Mylan

Poudre pour solution pour perfusion IV
Toutes les formes

Indication

Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de l'érythromycine. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu ce médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.
Ce produit est indiqué lorsque des taux sériques élevés doivent être rapidement atteints ou lorsque l'état du malade ne permet pas l'administration orale.
Elles sont limitées aux infections dues aux germes définis comme sensibles, notamment dans les manifestations suivantes :
- bronchopulmonaires :
. pneumopathies aiguës et notamment la maladie des légionnaires,
. surinfections des bronchopneumopathies chroniques,
- cutanées,
- ostéo-articulaires,
- urogénitales (en particulier prostatiques),
- septicémiques (notamment en cas d'intolérance aux bêtalactamines).
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

Posologie ERYTHROMYCINE MYLAN 1 g Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 1 Flacon de 1 g

- Chez l'adulte :
La posologie usuelle est de 2 g par jour. Elle peut être augmentée lorsque la sévérité de l'infection le justifie. Des posologies de 3 à 4 g par jour peuvent être administrées lors d'infections sévères.
- Chez l'enfant :
La posologie moyenne est de 30 à 40 mg par kg de poids corporel, par 24 heures.
- L'érythromycine IV peut être administrée en perfusion continue ou discontinue.
. perfusion discontinue : injecter le quart de la dose quotidienne en 60 minutes minimum, toutes les 6 heures.
. perfusion continue : ne pas administrer d'autres produits dans la veine recevant la perfusion IV.
Adulte : 2 g/24 h. En cas d'infections sévères, il est possible de doubler la posologie (3 à 4 g par 24 heures).
. perfusion continue lente,
. perfusion discontinue en 60 minutes pour chaque injection : 2 x 1 g ou 4 x 0,5 g.
Enfant, nourrisson : 30 à 40 mg/kg/24 h.
. perfusion continue lente,
. perfusion discontinue en 60 minutes pour chaque injection : 4 fois/jour (soit 1/4 de la dose quotidienne prélevé dans la solution initiale et dilué dans 4 fois son volume d'eau).

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament NE DOIT JAMAIS ETRE UTILISE dans les situations suivantes :
- allongement de l'espace QT sur l'électrocardiogramme,
- allergie à l'érythromycine,
- en association avec :
. les alcaloïdes de l'ergot de seigle vasoconstricteurs : ergotamine et dihydroergotamine,
. les médicaments donnant des torsades de pointes :
. les anti-arythmiques de classe Ia (quinidine, hydroquinidine, disopyramide),
. les anti-arythmiques de classe III (amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide),
. le sultopride (neuroleptique benzamide),
. autres : bépridil, cisapride, diphémanil, mizolastine, vincamine IV, spiramycine IV.
(voir interactions).
DECONSEILLE :
Ce médicament EST GENERALEMENT DECONSEILLE en association avec :
- les médicaments donnant des torsades de pointes :
. certains neuroleptiques phénothiaziniques (thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, cyamémazine), benzamides (amisulpride, sulpiride, tiapride), butyrophénones (halopéridol, dropéridol), autres neuroleptiques (pimozide) ;
. halofantrine, luméfantrine associée à l'artéméther, pentamidine, moxifloxacine ;
- les dopaminergiques (bromocriptine, cabergoline, pergolide),
- la buspirone,
- la carbamazépine,
- la ciclosporine, le tacrolimus,
- l'ébastine (antihistaminique H1),
- la théophylline (base et sels) et l'aminophylline,
- le triazolam,
- la toltérodine.
(voir interactions).

Effets indésirables Erythromycine Mylan

- Effets indésirables liés à la voie injectable :
. allongement de l'espace QT, extrasystoles ventriculaires, torsades de pointes, bloc auriculoventriculaire ont été observés de façon exceptionnelle (voir mises en garde et précautions d'emploi).
. irritations veineuses.
- Manifestations digestives : nausées, vomissements, gastralgie, diarrhée.
D'exceptionnels cas de colites pseudomembraneuses ont été rapportés. De rares cas de pancréatite, pouvant survenir rapidement après le début du traitement notamment lors de l'utilisation de forte dose ou au cours d'un surdosage, ont été rapportés.
- Manifestations cutanées allergiques ; très rarement, voire exceptionnellement : érythème polymorphe, syndrome de Lyell, syndrome de Stevens-Johnson.
- De rares cas d'atteinte hépatique avec élévation des phosphatases alcalines et/ou des transaminases ont été rapportés avec parfois des manifestations cliniques (ictère, fièvre) éventuellement associées à des "douleurs abdominales aiguës". L'apparition de signes cliniques impose l'arrêt immédiat du traitement.
- Manifestations d'ototoxicité chez les patients âgés, porteurs d'une insuffisance hépatique ou rénale (voir mises en garde et précautions d'emploi : hypo-acousie).



publicité