publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ETHYOL 50 mg/ml Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 5 Flacons de 375 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Amifostine
laboratoire: Pinacle Biologics B.V

Poudre pour solution pour perfusion IV
Toutes les formes

Indication

- Chimiothérapie :
. Prévention du risque de neutropénie et de ses conséquences (en particulier les infections) dues à l'utilisation combinée de cyclophosphamide et de cisplatine chez des patientes atteintes de carcinome ovarien avancé (FIGO stade III ou IV).
. Prévention de la néphrotoxicité cumulative du cisplatine et des traitements contenant du cisplatine, lorsque les doses unitaires de celui-ci sont comprises entre 60 et 120 mg/m², en association à des mesures d'hydratation adéquates chez les patients présentant des tumeurs solides avancées non germinales.
- Radiothérapie :
Prévention des xérostomies aiguës et tardives dans les cancers ORL, en association avec une radiothérapie fractionnée standard. Le rapport bénéfice/risque d'Ethyol en association avec la radiothérapie de conformation avec modulation d'intensité n'a pas été établi.

Posologie ETHYOL 50 mg/ml Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 5 Flacons de 375 mg

- Avant l'administration intraveineuse, Ethyol est reconstitué avec une solution stérile de chlorure de sodium à 0,9% (7,3 ml pour le flacon de 375 mg). La solution reconstituée (50 mg d'amifostine/ml) peut être conservée 6 heures à température ambiante (jusqu'à 25°C) ou 24 heures au réfrigérateur (2-8°C).
- ATTENTION : Les produits à usage parentéral doivent être inspectés visuellement pour détecter la présence de particules ou de signe de décoloration avant administration chaque fois que la solution et le conditionnement le permettent. Ne pas utiliser si un trouble ou un précipité est observé. Ethyol ne doit être utilisé que sous la surveillance de médecins ayant l'expérience de la chimiothérapie anticancéreuse ou de la radiothérapie.
CHIMIOTHERAPIE :
- Chez les patientes atteintes de carcinome ovarien avancé recevant un traitement associant cisplatine et cyclophosphamide, la dose initiale recommandée d'Ethyol est de 910 mg/m² administrée une fois par jour sous forme d'une seule perfusion IV de 15 minutes débutant dans les 30 minutes qui précédent la chimiothérapie à base de produits administrés en perfusion courte.
- Lorsque Ethyol est administré dans le but de réduire la néphrotoxicité associée au cisplatine, la dose initiale recommandée d'Ethyol est alors fonction de la dose de cisplatine et de son schéma d'administration. Pour des doses de cisplatine de 100-120 mg/m², la dose initiale recommandée d'Ethyol est de 910 mg/m² administrée en perfusion d'un maximum 15 minutes débutant dans les 30 minutes qui précèdent la chimiothérapie. Si la dose de cisplatine est inférieure à 100 mg/m², mais supérieure ou égale à 60 mg/m², la dose initiale recommandée d'Ethyol est de 740 mg/m² administrée en perfusion intraveineuse d'un maximum 15 minutes débutant dans les 30 minutes qui précèdent la chimiothérapie. Une perfusion en 15 minutes pour des doses de 740-910 mg/m² est semble-t-il mieux tolérée qu'une perfusion de plus longue durée. Des temps de perfusion plus courts n'ont pas été évalués de manière systématique avec les traitements de chimiothérapie.
- Il est nécessaire de surveiller la tension artérielle durant la perfusion d'Ethyol.
- La perfusion d'Ethyol doit être interrompue si la tension artérielle systolique décroît de façon significative par rapport à sa valeur initiale, selon les recommandations suivantes :
Recommandations en vue de l'interruption de la perfusion d'Ethyol en cas de baisse de la tension artérielle systolique :
Tension systolique initiale : Baisse de la tension systolique durant la perfusion d'Ethyol.
. < 100 mm de Hg : 20 mm de Hg.
. 100-119 mm de Hg : 25 mm de Hg.
. 120-139 mm de Hg : 30 mm de Hg.
. 140-179 mm de Hg : 40 mm de Hg.
. > = 180 mm de Hg : 50 mm de Hg.
- Si la tension artérielle redevient normale dans les 5 minutes et si le malade est asymptomatique, on peut recommencer la perfusion afin que la totalité de la dose prescrite d'Ethyol soit administrée. Si on ne peut pas administrer la dose totale d'Ethyol, il y aura lieu, lors des chimiothérapies ultérieures, de réduire la dose d'Ethyol d'environ 20%. Par exemple, la dose de 910 mg/m² doit être réduite à 740 mg/m².
RADIOTHERAPIE :
- Lorsqu'Ethyol est destiné à la prévention des toxicités associées à la radiothérapie, la dose quotidienne recommandée d'Ethyol est de 200 mg/m² administrée en perfusion IV de 3 minutes débutant dans les 15 à 30 minutes avant la séance de radiothérapie standard fractionnée.
- Il est nécessaire de surveiller la tension artérielle avant et après la perfusion (voir section mises en garde et précautions d'emploi).

Contre indications

- Sensibilité avérée aux aminothiols. Les patients hypotendus ou déshydratés ne doivent pas recevoir Ethyol.
- Ethyol devant être administré simultanément avec des médicaments qui sont connus pour être tératogènes et mutagènes, le traitement ne doit pas être administré aux femmes enceintes ou allaitantes :
. grossesse et femmes en âge de procréer : bien qu'une embryotoxicité d'Ethyol liée à la dose ait été démontrée chez des rats à des doses supérieures à 200 mg/m², il n'est pas tératogène. Il n'existe aucune étude chez la femme enceinte. Ce médicament étant administré en association avec des traitements connus pour être tératogènes, ce traitement ne doit pas être administré chez la femme enceinte. Si une grossesse survient pendant ce traitement, il est nécessaire d'informer la patiente des risques potentiels pour le foetus.
. allaitement : on ne sait pas si l'amifostine ou ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel humain. Par conséquent, il est recommandé d'interrompre l'allaitement avant de commencer un traitement avec Ethyol.
- En raison du manque d'expérience chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, chez les enfants et chez les malades âgés de plus de 70 ans, Ethyol est contre-indiqué chez ces groupes de patients.

Effets indésirables Ethyol

- Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont les nausées, les vomissements et une hypotension transitoire. Ethyol augmente l'incidence des nausées/vomissements faibles à modérés durant le premier jour de la chimiothérapie, ceci est temporairement associé à l'administration d'Ethyol. Ethyol n'augmente pas l'incidence des nausées et des vomissements tardifs induits par la chimiothérapie à base de cisplatine. L'hypotension est généralement brève et survient rapidement après l'administration d'Ethyol mais peut persister ou se manifester quelques heures après l'administration. Dans certains cas, la perfusion doit être interrompue prématurément en raison d'une baisse plus prononcée de la pression systolique (voir section posologie et mode d'administration). L'hypotension peut être traitée par administration de soluté de remplissage et adaptation de la position du malade (voir section mises en garde et précautions d'emploi). Une pyrexie et une rigidité peuvent survenir pendant l'administration d'Ethyol ou dans les quelques heures qui suivent l'administration d'Ethyol.
- Les événements indésirables avec au moins un lien de causalité possible avec le traitement sont listés ci-dessous par système-organe et ordre de fréquence. Les fréquences sont définies comme : très fréquent (> = 10%), fréquent (> = 1% à < 10%), peu fréquent (> = 0,1% à < 1%), rare (> = 0,01% à < 0,1%), et très rare (< 0,01%). Les fréquences des événements indésirables rapportés dans les études cliniques (tableau ci-dessous) sont basées sur les rapports de 342 patients inclus.
FREQUENCE DES EFFETS INDESIRABLES DANS LES ETUDES CLINIQUES(1) :
- Affections cardiaques :
Fréquent : Arythmie.
- Affections gastro-intestinales :
. Très fréquent : Nausée, vomissement.
. Fréquent : Hoquet.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Très fréquent : Sensation de chaleur.
. Fréquent : Pyrexie, rigidité, malaise, sensation de froid.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
Fréquent : Hypocalcémie.
- Affections du système nerveux :
Fréquent : Somnolence, étourdissement, syncope (perte de conscience).
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
Très fréquent : Eternuement.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Fréquent : Rash.
. Peu fréquent : Erythème multiforme.
- Affections vasculaires :
. Très fréquent : Hypotension, bouffées de chaleur.
. Fréquent : Hypertension.
(1)incluant les deux études de phase III randomisées chez des patients avec un cancer ovarien (WR-0001) et chez les patients avec un cancer ORL (WR-0038).
- Les fréquences des effets indésirables survenus après mise sur le marché sont basées sur les rapports de pharmacovigilance après plus de 100000 administrations d'Ethyol. Les effets indésirables rapportés pendant les études cliniques (tableau ci-dessus) n'ont pas été repris dans le tableau ci-dessous qui résume les fréquences des effets indésirables basées sur les rapports de pharmacovigilance. Des ischémies myocardiques graves surviennent généralement durant l'installation de l'hypotension. Une hypersensibilité cutanée sévère peut se développer plusieurs semaines après l'initiation du traitement par Ethyol.
FREQUENCE DES EFFETS INDESIRABLES D'APRES LES RAPPORTS DE PHARMACOVIGILANCE :
- Affections cardiaques :
. Rare : Fibrillation ou flutter auriculaire, tachycardie supraventriculaire, tachycardie.
. Très rare : Ischémie myocardique, infarctus du myocarde, arrêt cardiaque, bradycardie.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Rare : Douleur thoracique.
. Très rare : Oppression thoracique.
- Affections du système immunitaire :
Rare : Réaction allergique, réactions anaphylactiques.
- Affections du système nerveux :
Rare : Convulsions.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
. Rare : Dyspnée, hypoxie, apnée.
. Très rare : Oedème laryngé, arrêt respiratoire.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Rare : Urticaire, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, prurit.
. Très rare : Dermatite exfoliative, toxicodermie, et dermatite bulleuse.
- Affections du rein et des voies urinaires :
Rare : Insuffisance rénale.
- Affections vasculaires :
Très rare : Hypertension aggravée.
(voir section mises en garde et précautions d'emploi).
MANIFESTATIONS CUTANEES :
- Des réactions cutanées graves, parfois fatales, incluant des cas d'érythème polymorphe, et de très rares cas de syndrome de Stevens-Johnson et de nécrolyse épidermique toxique, ont été rapportées. Les fréquences de survenue, parmi le nombre limité de patients dans les essais cliniques, sont :
. fréquent chez les patients recevant de la radiothérapie (105 cas pour 10000 patients),
. rare chez les patients recevant de la chimiothérapie (7 cas pour 10000 patients).
- Les fréquences de survenue des réactions cutanées graves avec Ethyol, après mise sur le marché, sont :
. rare chez les patients recevant de la radiothérapie,
. très rare chez les patients recevant de la chimiothérapie (voir section mises en garde et précautions d'emploi).
REACTIONS ALLERGIQUES SEVERES :
Des réactions allergiques sévères ont été rapportées lors de l'utilisation d'Ethyol. Dans la majorité des cas, les patients présentaient des symptômes non spécifiques tels que frissons, engourdissements, douleur thoracique et éruptions cutanées. De rares cas de réactions de type anaphylactique dont les manifestations pouvaient comprendre une dyspnée, une hypotension, une urticaire, et rarement un arrêt cardiaque ont été rapportés.



publicité