publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

FABRAZYME 35 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Agalsidase bêta
laboratoire: Genzyme Europe BV

Poudre pour solution à diluer pour perfusion IV
Boîte de 1 Flacon de poudre de 35 mg
Toutes les formes

Indication

Fabrazyme est indiqué en tant que traitement enzymatique substitutif à long terme chez les patients présentant un diagnostic confirmé de la maladie de Fabry (déficit en alpha-galactosidase A).

Posologie FABRAZYME 35 mg Poudre pour solution à diluer pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de poudre de 35 mg

Le traitement par Fabrazyme doit être supervisé par un médecin ayant l'expérience de la prise en charge des patients atteints par la maladie de Fabry ou une autre maladie métabolique héréditaire.
- La dose recommandée de Fabrazyme est de 1 mg/kg de poids corporel, administrée une fois toutes les 2 semaines par perfusion intraveineuse. Pour des instructions supplémentaires, voir section instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.
- Des schémas posologiques alternatifs ont été utilisés dans des études cliniques. Dans l'une d'entre elles, après une dose initiale de 1,0 mg/kg toutes les 2 semaines pendant 6 mois, une dose de 0,3 mg/kg toutes les 2 semaines peut maintenir l'élimination du GL-3 dans certains types de cellules chez certains patients. Néanmoins, la pertinence clinique à long terme de ces résultats n'a pas été établie (voir section propriétés pharmacodynamiques).
- La vitesse de perfusion initiale ne doit pas dépasser 0,25 mg/min (15 mg/heure) afin de minimiser l'éventuelle survenue de réactions liées à la perfusion. Une fois la tolérance du patient établie, la vitesse de perfusion peut être augmentée progressivement pour les perfusions suivantes.
- Aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale.
- Aucune étude n'a été réalisée chez les patients présentant une insuffisance hépatique.
- La tolérance et l'efficacité de Fabrazyme chez les patients de plus de 65 ans n'ont pas été établies et aucun schéma posologique ne peut être actuellement recommandé chez ces patients.
- Patients pédiatriques :
Aucune étude n'a été conduite chez des enfants de 0 à 7 ans et aucune posologie ne peut actuellement être recommandée chez les patients de cette tranche d'âge puisque la tolérance et l'efficacité n'ont pas encore été établies. Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les enfants de 8 à 16 ans.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité (réaction anaphylactique) à la substance active ou à l'un des excipients mettant en jeu le pronostic vital.
- Allaitement : l'agalsidase bêta est susceptible d'être excrétée dans le lait. Aucune donnée n'étant disponible sur les effets chez les nouveau-nés de l'exposition à l'agalsidase bêta par l'intermédiaire du lait maternel, il est recommandé d'arrêter l'allaitement en cas d'utilisation de Fabrazyme.
- Fabrazyme ne doit pas être administré en association à la chloroquine, l'amiodarone, le monobenzone ou la gentamicine, en raison d'un risque théorique d'inhibition de l'activité intracellulaire de l'alpha-galactosidase.
DECONSEILLE :
- Patients pédiatriques : aucune étude n'a été conduite chez des enfants de 0 à 7 ans et aucune posologie ne peut actuellement être recommandée chez les patients de cette tranche d'âge puisque la tolérance et l'efficacité n'ont pas encore été établies.
- Grossesse : il n'existe pas de données suffisamment pertinentes concernant l'utilisation d'agalsidase bêta chez la femme enceinte. Les études animales n'indiquent pas d'effets délétères directs ou indirects par rapport au développement embryonnaire/foetal. Fabrazyme ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d'une nécessité absolue.

Effets indésirables Fabrazyme

Les effets indésirables liés à l'administration de Fabrazyme à la dose de 1 mg/kg, rapportés par les essais cliniques chez un total de 168 patients (154 hommes et 14 femmes) traités avec au minimum une perfusion de Fabrazyme et au maximum pendant 5 ans, sont classés dans le tableau ci-dessous en fonction des différentes parties de l'organisme affectées et de leur fréquence (très fréquents : > = 1/10 ; fréquents : > = 1/100 à < 1/10 et peu fréquents : > = 1/1000 à < 1/100). La survenue d'un effet indésirable chez un même patient est définie comme peu fréquente au vu du nombre relativement faible de patients traités. Les effets indésirables signalés uniquement au cours de la période de pharmacovigilance sont également inclus dans le tableau ci-dessous, dans la catégorie de fréquence "inconnue". Les effets indésirables ont été principalement de sévérité légère à modérée.
Incidence des effets indésirables liés au traitement par Fabrazyme :
- Infections et infestations :
. Fréquent : Rhinopharyngite.
. Peu fréquent : Rhinite.
- Affections du système immunitaire :
Fréquence inconnue : Réaction anaphylactoïde.
- Affections du système nerveux :
. Très fréquent : Céphalées, paresthésie.
. Fréquent : Etourdissements, somnolence, hypo-esthésie, sensation de brûlure, léthargie, syncope.
. Peu fréquent : Hyperesthésie, tremblements.
- Affections oculaires :
. Fréquent : Larmoiement accru.
. Peu fréquent : Prurit, hyperémie oculaires.
- Affections de l'oreille et du labyrinthe :
. Fréquent : Acouphènes, vertiges.
. Peu fréquent : Gonflement auriculaire, otalgie.
- Affections cardiaques :
. Fréquent : Tachycardie, palpitations, bradycardie.
. Peu fréquent : Bradycardie sinusale.
- Affections vasculaires :
. Fréquent : Bouffées vasomotrices, hypertension, pâleur, hypotension, bouffées de chaleur.
. Peu fréquent : Refroidissement des membres.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
. Fréquent : Dyspnée, congestion nasale, constriction pharyngée, respiration sifflante, toux, dyspnée exacerbée.
. Peu fréquent : Bronchospasme, douleur pharyngolaryngée, rhinorrhée, tachypnée, congestion des voies respiratoires supérieures.
- Affections gastro-intestinales :
. Très fréquent : Nausées, vomissements.
. Fréquent : Douleurs abdominales, douleurs abdominales hautes, gêne abdominale, gêne gastrique, hypo-esthésie buccale, diarrhée.
. Peu fréquent : Dyspepsie, dysphagie.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Fréquent : Prurit, urticaire, éruption cutanée, érythème, prurit généralisé, oedème de Quincke, gonflement du visage, éruption maculopapuleuse.
. Peu fréquent : Livedo reticularis, éruption cutanée érythémateuse, éruption cutanée prurigineuse, décoloration cutanée, gêne cutanée.
. Fréquence inconnue : Vascularite leucocytoclastique.
- Affections musculosquelettiques et affections du tissu conjonctif :
. Fréquent : Douleur des extrémités, myalgie, dorsalgie, spasmes musculaires, arthralgie, constriction musculaire, raideur musculosquelettique.
. Peu fréquent: Douleur musculosquelettique.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Très fréquent : Frissons, pyrexie, sensation de froid.
. Fréquent : Fatigue, gêne thoracique, sensation de chaleur, oedème périphérique, douleurs, asthénie, douleur thoracique, oedème facial, hyperthermie.
. Peu fréquent : Sensation de chaleur et de froid, syndrome grippal, douleur au point de perfusion, réaction au point de perfusion, thrombose au point d'injection, malaise, oedème.
Dans ce tableau, une fréquence > = 1% est définie comme un événement apparaissant chez au moins deux patients.
La terminologie des EI est fondée sur le Medical Dictionary for Regulatory Activities (MedDRA).
- Les réactions associées à la perfusion les plus couramment rapportées ont été fièvre et frissons.
D'autres symptômes ont inclus : dyspnée légère ou modérée, constriction du pharynx, gêne thoracique, bouffées vasomotrices, prurit, urticaire, oedème du visage, oedème de Quincke, rhinite, bronchospasme, tachypnée, respiration sifflante, hypertension, hypotension, tachycardie, palpitations, douleur abdominale, nausée, vomissement, douleurs liées à la perfusion, dont douleur aux extrémités, myalgie, et céphalées.
Les réactions associées à la perfusion ont été gérées par la diminution du débit de perfusion, combinée à l'administration d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, d'antihistaminiques et/ou de corticostéroïdes. Soixante-sept pour cent (67%) des patients ont eu au moins une réaction associée à la perfusion. La fréquence de ces réactions a diminué au cours du temps. La majorité de ces réactions peuvent être attribuées à la formation d'anticorps IgG et/ou à l'activation du complément. Chez un nombre limité de patients, des anticorps IgE ont été mis en évidence (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Patients pédiatriques :
Des informations limitées suggèrent que le profil de tolérance du traitement par Fabrazyme chez les patients pédiatriques (de plus de 7 ans) n'est pas différent de celui observé chez les adultes.



publicité