publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

FORTOVASE 200 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 21.04.2006

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Saquinavir
laboratoire: Roche

Capsule molle
Boîte de 1 Flacon de 180
Toutes les formes
162,94€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 163,76 €

Indication

Fortovase est indiqué dans le traitement des patients adultes infectés par le VIH. Fortovase doit uniquement être donné en association avec le ritonavir et d'autres médicaments antirétroviraux (voir le paragraphe posologie et mode d'administration).

Posologie FORTOVASE 200 mg Capsule molle Boîte de 1 Flacon de 180

Le traitement par Fortovase doit être initié par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'infection par le VIH.
- Adultes et adolescents de plus de 16 ans :
. En association au ritonavir :
La posologie recommandée de Fortovase est de 1000 mg (soit 5 capsules de 200 mg) deux fois par jour avec du ritonavir 100 mg deux fois par jour en association avec d'autres agents antirétroviraux. Le ritonavir doit être pris en même temps que le Fortovase, et dans les 2 heures suivant un repas (voir paragraphe propriétés pharmacocinétiques).
. En association à d'autres inhibiteurs de protéase (IP) et à des inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse :
Une diminution de la posologie peut être nécessaire quand Fortovase/ritonavir est administré avec certains autres inhibiteurs de protéase du VIH (comme le nelfinavir, l'indinavir et la délavirdine) étant donné que ces médicaments peuvent augmenter les taux plasmatiques de saquinavir (voir paragraphe interactions).
. Insuffisance rénale et hépatique :
Aucun ajustement de posologie n'est nécessaire chez les patients ayant une insuffisance rénale légère à modérée ou une insuffisance hépatique légère. Une surveillance s'impose chez les patients ayant une insuffisance rénale sévère ou une insuffisance hépatique modérée. Fortovase/ritonavir est contre-indiqué chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère (voir paragraphes contre-indications et mises en garde et précautions d'emploi).
- Enfants et sujets âgés :
Seules des informations limitées sur la sécurité et l'efficacité du saquinavir sont disponibles chez les patients infectés par le VIH de moins de 16 ans et les adultes de plus de 60 ans. Les taux plasmatiques de saquinavir étant significativement plus bas chez l'enfant que chez l'adulte, Invirase ne doit pas être utilisé comme seul IP chez l'enfant (voir paragraphe mises en garde et précautions d'emploi).
- Pour obtenir des informations complémentaires sur des populations particulières de patients, se référer au paragraphe mises en garde et précautions d'emploi, pour les interactions pharmacocinétiques voir les paragraphes interactions et propriétés pharmacocinétiques.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Fortovase/ritonavir est contre-indiqué chez les patients présentant une hypersensibilité au saquinavir, au ritonavir ou à tout autre excipient de la (ou les) capsule(s).
- Fortovase/ritonavir ne doit pas être donné concomitamment à d'autres médicaments qui peuvent interagir et entraîner des effets secondaires pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Les médicaments qui ne doivent pas être donnés avec Fortovase/ritonavir comprennent la terfénadine, l'astémizole, le pimozide, le cisapride, l'amiodarone, la propafénone et la flécaïnide (entraînant potentiellement des arythmies cardiaques pouvant mettre en jeu le pronostic vital), le midazolam, le triazolam (entraînant potentiellement une sédation prolongée ou accrue, une dépression respiratoire), la simvastatine, la lovastatine (augmentation du risque de myopathie dont les rhabdomyolyses), et les alcaloïdes de l'ergot de seigle (comme : l'ergotamine, la dihydroergotamine, l'ergonovine et la méthylergonovine) (entraînant potentiellement un ergotisme aigu) (voir paragraphe interactions).
- Fortovase/ritonavir est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir paragraphe mises en garde et précautions d'emploi).
- Allaitement : il n'existe pas d'études animales ou cliniques sur le passage du saquinavir dans le lait maternel. Le risque de survenue d'effets indésirables au saquinavir chez l'enfant nourri au sein ne peut être évalué, par conséquent il est préférable d'interrompre l'allaitement avant tout traitement par saquinavir. Il est recommandé aux femmes infectées par le VIH de ne pas allaiter leur enfant afin d'éviter la transmission du VIH.
- Gélules contenant de l'ail : les patients traités par saquinavir ne doivent pas prendre de gélules contenant de l'ail.
- Millepertuis (Hypericum perforatum) : les préparations à base de plantes contenant du millepertuis ne doivent pas être utilisées en même temps qu'Invirase.
DECONSEILLE :
Grossesse : l'analyse des résultats des études chez l'animal ne révèle aucun effet nocif direct ou indirect sur le développement de l'embryon ou du foetus, l'évolution de la gestation et le développement péri et post-natal. L'expérience clinique chez la femme enceinte est limitée. Des malformations congénitales et d'autres troubles (sans malformations congénitales) ont rarement été rapportés chez la femme enceinte ayant reçu du saquinavir en association avec d'autres agents antirétroviraux. Cependant, les données disponibles sont insuffisantes et n'identifient pas de risques spécifiques pour l'enfant à naître. Le saquinavir ne doit être utilisé au cours de la grossesse que si les bénéfices attendus justifient les risques potentiels pour le foetus.

Effets indésirables Fortovase

EFFETS INDESIRABLES ISSUS DES ETUDES CLINIQUES OU FORTOVASE ETAIT UTILISE COMME UNIQUE INHIBITEUR DE LA PROTEASE :
La tolérance de Fortovase a été étudiée chez plus de 500 patients ayant reçu le produit seul ou en association avec d'autres antirétroviraux. La majorité des effets indésirables étaient d'intensité légère.
Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés parmi les patients recevant Fortovase étaient des diarrhées, des nausées, une gêne abdominale et une dyspepsie.
Dans une étude clinique en double aveugle comparant Fortovase et Invirase (NV 15355) ainsi que dans une étude clinique ouverte de tolérance (NV 15182), les événements indésirables* cliniques d'intensité au moins modérée et apparaissant chez les patients avec une fréquence supérieure ou égale à 2% sont résumés ci-dessous :
Très fréquent (> = 10%), Fréquent (> 1% et < 10%).
- Troubles psychiatriques :
Fréquent : Dépression, insomnie, anxiété, troubles de la libido.
- Troubles du système nerveux :
Fréquent : Céphalées.
- Troubles gastro-intestinaux :
. Très fréquent : Diarrhées, nausées.
. Fréquent : Gêne abdominale, dyspepsie, flatulence, vomissements, douleurs abdominales, constipation.
- Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés :
Fréquent : Verrue.
- Troubles musculosquelettiques, du tissu conjonctif et des os :
Fréquent : Douleurs.
- Troubles généraux et accidents liés au site d'administration :
Fréquent : Fatigue, diminution de l'appétit, douleurs thoraciques.
- Troubles sensoriels :
Fréquent : Altération du goût.
*Comprend les événements indésirables au moins possiblement liés au médicament étudié ou d'intensité et/ou de lien de causalité au traitement inconnus (correspondant aux grades 3 et 4 de la classification ACTG).
Effets indésirables graves rapportés dans les études cliniques comme étant au moins possiblement liés à Fortovase, utilisé comme unique inhibiteur de la protéase :
Les réactions indésirables graves rapportées dans les études cliniques avec une fréquence inférieure à 2% comme étant au moins possiblement liés au traitement par Fortovase sont : lithiase rénale, pancréatite, thrombocytopénie, érythème, déshydratation, éructation, ballonnement abdominal.
Fortovase ne modifie pas le profil, la fréquence ou la sévérité des toxicités connues associées aux analogues nucléosidiques. Les médecins devront consulter le résumé des caractéristiques des médicaments utilisés en association afin d'obtenir des recommandations d'adaptation des doses et les effets indésirables de ces produits.
EFFETS INDESIRABLES ISSUS DES ESSAIS CLINIQUES OU FORTOVASE ETAIT UTILISE EN ASSOCIATION AU RITONAVIR :
- La tolérance de Fortovase (1000 mg deux fois par jour) en association à une faible dose de ritonavir (100 mg deux fois par jour) a été étudiée chez 148 patients pendant au moins 48 semaines. Les réactions indésirables les plus fréquentes rapportées chez ces patients recevant un traitement par inhibiteur de protéase boosté au sein de leur traitement antirétroviral étaient : nausées, diarrhées, fatigue, vomissements, flatulence et douleurs abdominales.
- Les réactions indésirables d'une sévérité de grade 3 et 4, qui ont été considérées comme étant au moins possiblement liées à Fortovase, ou d'intensité et/ou de lien de causalité au traitement inconnus, et qui sont apparues à une fréquence d'au moins 2% dans l'étude pivotale (n = 148) étaient : les nausées (4,1%), les vomissements (2%), l'anémie (2%) et la fatigue (2%).
- Afin de compléter le profil de tolérance attendu de Fortovase, les données de tolérance issues des études cliniques avec Invirase sont énumérées ci-dessous.
EFFETS INDESIRABLES ISSUS DES ETUDES CLINIQUES AVEC INVIRASE (GELULES DE SAQUINAVIR) :
Les événements indésirables les plus fréquemment rapportés chez des patients recevant Invirase en monothérapie à raison de 600 mg trois par jour (à l'exclusion des toxicités connues pour être liées à la zidovudine et/ou la zalcitabine lorsqu'elles sont utilisées en association) étaient les diarrhées, la gêne abdominale, et les nausées.
Les événements indésirables issus d'une étude pivotale qui comprenait un bras de traitement avec du saquinavir utilisé comme unique médicament (n = 327) sont décrits ci-dessous. Les événements indésirables (légers, modérés, sévères) avec une incidence > 2% et considérés par l'investigateur comme étant au moins possiblement liées au saquinavir sont résumés ci-dessous.
Très fréquent (> = 10%), Fréquent (> 1% et < 10%).
- Troubles du système nerveux :
Fréquent : Céphalées, neuropathie périphérique, engourdissement des extrémités, paresthésie, étourdissements.
- Troubles gastro-intestinaux :
. Très fréquent : Diarrhées, nausées.
. Fréquent : Ulcération de la muqueuse buccale, gêne abdominale, vomissements, douleurs abdominales, flatulence.
- Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés :
Fréquent : Rash, prurit.
- Troubles musculosquelettiques, du tissu conjonctif et des os :
Fréquent : Douleurs.
- Troubles généraux et accidents liés au site d'administration :
Fréquent : Fatigue, asthénie, fièvre.
Invirase ne modifie pas ou ne majore pas le profil de toxicité de la zalcitabine et/ou de la zidovudine, lorsqu'il leur est associé.
Réactions indésirables graves rapportées dans les études cliniques comme étant au moins possiblement liées à Invirase, utilisé comme unique inhibiteur de la protéase :
Les réactions indésirables graves rapportées dans les études cliniques avec une fréquence inférieure à 2% comme étant au moins possiblement liées au traitement par saquinavir et non décrites ci-dessus sont présentées ci-dessous. Ces réactions indésirables proviennent d'une base de données de plus de 6000 patients ; parmi ceux-là plus de 100 ont reçu un traitement par saquinavir pendant plus de 2 ans. Les patients ont reçu du saquinavir soit en monothérapie, soit en association avec une grande variété d'autres agents antirétroviraux (analogues nucléosidiques, non nucléosidiques de la transcriptase inverse et inhibiteurs de la protéase).
Confusion, ataxie et faiblesse, leucémie myéloblastique aiguë, anémie hémolytique, tentative de suicide, syndrome de Stevens-Johnson, réaction cutanée sévère associée à une augmentation des enzymes hépatiques, thrombocytopénie et hémorragies intracrâniennes, aggravation d'une maladie hépatique chronique avec augmentation de grade 4 des enzymes hépatiques, ictère, ascite, fièvre médicamenteuse, éruption bulleuse et polyarthrite, lithiase rénale, pancréatite, occlusion intestinale, hypertension portale et vasoconstriction périphérique.
ANOMALIES BIOLOGIQUES AVEC FORTOVASE :
- Au cours d'une étude ouverte de tolérance, les anomalies les plus fréquentes des paramètres biologiques (passage du grade 0 au grade 3 ou 4, ou du grade 1 au grade 4) rapportées chez plus de 2% des patients traités par 1200 mg de Fortovase 3 fois par jour comprenaient : une hypoglycémie (6,4%), une augmentation des CPK (7,8%), une augmentation des gamma-glutamyl-transférases (5,7%), une augmentation des ALAT (5,7%), une augmentation des ASAT (4,1%), une augmentation du potassium (2,7%) et une neutropénie (2,9%).
- Les autres anomalies des paramètres biologiques les plus fréquemment rapportées suite à un traitement comportant Fortovase comme unique inhibiteur de la protéase (saquinavir) étaient des troubles du calcium (augmentation/baisse), du phosphate (baisse), de la bilirubine (augmentation), de l'amylase (augmentation), du potassium (baisse), du sodium (baisse/augmentation), de l'hémoglobine (baisse), des plaquettes (baisse), de la phosphatase alcaline (augmentation), du glucose (augmentation), des triglycérides (augmentation).
- Dans l'étude de tolérance, il y avait une incidence de 27 à 33% de modifications supérieures ou égales à un grade du taux de ALAT et ASAT pendant les 48 semaines de l'étude. 46% de ces patients avaient une seule valeur anormale. Seulement 3 à 4% des patients avaient des modifications supérieures ou égales à 3 grades du taux des transaminases et moins de 0,5% des patients sont sortis de l'étude pour augmentation des paramètres de la fonction hépatique.
- Les anomalies biologiques notables (grades 1 à 4) qui ont été observées à 48 semaines avec Fortovase en association au ritonavir comprenaient des diminutions de l'hémoglobine (4%), des leucocytes totaux (3%), des plaquettes (11%), et des lymphocytes (5%), et des élévations de l'amylase (2%), de la créatinine (2%), de la bilirubine (7%), des ASAT (19%), des ALAT (26%), du cholestérol (27%), du LDL-cholestérol (62%) et des triglycérides (32%).
ANOMALIES BIOLOGIQUES AVEC INVIRASE :
Les anomalies les plus fréquentes des paramètres biologiques observées en cours de traitement comportant du saquinavir ont été une augmentation isolée des CPK, une hypoglycémie, une hyperglycémie, une augmentation des transaminases et une neutropénie.
PHARMACOVIGILANCE DE FORTOVASE ET D'INVIRASE :
Les événements indésirables graves et non graves issus des déclarations spontanées de pharmacovigilance (dans lesquels Fortovase et Invirase étaient utilisés comme unique inhibiteur de protéase ou en association au ritonavir), non mentionnés auparavant dans le paragraphe effets indésirables, pour lesquels une relation de causalité au saquinavir ne peut être exclue, sont résumés ci-dessous (rare : > = 0,01% et < 0,1% ; très rare : < 0,01%) :
- Infections et infestations : hépatite (rare).
- Troubles du système immunitaire : réactions allergiques (très rare).
- Troubles du système nerveux : somnolence (très rare), crises convulsives (rare).
- Troubles rénaux et urinaires : anomalie de la fonction rénale (très rare).
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
. diabète non insulinodépendant ou hyperglycémie, parfois associé à une acidocétose (rare) (voir paragraphe mises en garde et précautions d'emploi).
. Lipodystrophie : les traitements par association d'antirétroviraux ont été associés, chez les patients infectés par le VIH, à une redistribution de la masse grasse corporelle (lipodystrophie), incluant une perte du tissu adipeux sous-cutané périphérique et facial, une augmentation de la masse grasse intra-abdominale et viscérale, une hypertrophie mammaire et une accumulation de la masse grasse au niveau rétrocervical (bosse de bison) (rare).
. Les traitements par association d'antirétroviraux ont été associés à des anomalies métaboliques telles que des hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie, résistance à l'insuline, hyperglycémie et hyperlactatémie (très rare, voir paragraphe mises en garde et précautions d'emploi).
- Troubles vasculaires : des cas d'augmentation de saignements comprenant des hématomes cutanés spontanés et des hémarthroses ont été rapportés chez des patients hémophiles de type A et B traités par inhibiteurs de la protéase (rare) (voir paragraphe mises en garde et précautions d'emploi).
- Troubles musculosquelettiques, du tissu conjonctif et des os : une augmentation des CPK, des myalgies, des myosites, et rarement, des rhabdomyolyses ont été rapportées avec les inhibiteurs de la protéase, particulièrement en association avec les analogues nucléosidiques (rare).
- Chez les patients infectés par le VIH et présentant un déficit immunitaire sévère au moment de l'instauration du traitement par une association d'antirétroviraux, une réaction inflammatoire à des infections opportunistes asymptomatiques ou résiduelles peut se produire (voir mises en garde et précautions d'emploi : des exemples pertinents sont les rétinites à cytomégalovirus, les infections mycobactériennes généralisées et/ou localisées, et les pneumopathies à Pneumocystis carinii).

Fortovase existe aussi sous ces formes

Fortovase



publicité