publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

FRACTAL LP 80 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 29.09.2006

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Fluvastatine
laboratoire: Pierre Fabre Medicament

Comprimé pelliculé à libération prolongée
Boîte de 28
Toutes les formes
32,33€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 33,15 €

Précautions d'emploi

- La découverte d'une grossesse survenue sous traitement par FRACTAL nécessite d'interrompre le traitement (voir grossesse et allaitement).
1) Surveillance biologique hépatique :
- Comme avec les autres agents hypolipidémiants, des élévations modérées des transaminases hépatiques ont été observées chez certains patients. Dans la majorité des cas, les transaminases sériques sont revenues aux valeurs initiales sans avoir nécessité l'arrêt du traitement. La signification de ces élévations n'est pas actuellement connue.
Elles paraissent cependant justifier :
. un contrôle périodique des transaminases pendant la première année de traitement et à intervalles plus rapprochés en cas d'élévation de celles-ci ;
. l'arrêt du traitement devant une augmentation persistante des ASAT et des ALAT supérieure à 3 fois la limite de la normale.
- Chez les patients ayant des antécédents de maladie hépatique ou chez les sujets cirrhotiques, la fluvastatine sera administrée avec précaution.
2) Effets musculaires :
- Des élévations légères et transitoires des taux plasmatiques de la créatine kinase (CK) d'origine musculaire peuvent être observées chez les patients recevant de la fluvastatine, mais elles n'ont pas habituellement de retentissement clinique.
- Le traitement par les inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase s'associe rarement à la survenue d'atteintes musculaires. Devant des signes cliniques évocateurs (douleur musculaire inexpliquée, sensibilité douloureuse ou faiblesse musculaire), un dosage de la CK d'origine musculaire sera pratiqué.
Une atteinte musculaire doit être évoquée chez tout patient présentant des myalgies diffuses, une sensibilité musculaire douloureuse et/ou une élévation importante de la CK d'origine musculaire (taux supérieurs à 5 fois la normale) ; dans ces conditions, le traitement doit être arrêté.
- Le traitement doit être temporairement suspendu chez tout patient présentant un facteur prédisposant au développement d'une insuffisance rénale secondaire à une rhabdomyolyse (tel que infection aiguë sévère, hypotension, intervention chirurgicale majeure, traumatisme, perturbations métaboliques, endocriniennes ou électrolytiques sévères, épilepsie non contrôlée).
Une rhabdomyolyse avec atteinte rénale secondaire à la myoglobinurie a été rapportée avec d'autres médicaments de cette classe.
- Hypertriglycéridémie isolée (type I - IV et V) : la fluvastatine n'est pas indiquée.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : anticoagulants oraux.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.
Il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de la fluvastatine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse.
Il n'y a pas d'indication à la prescription d'inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase au cours de la grossesse. Le traitement doit être arrêté lors de la découverte d'une grossesse survenue en cours de traitement.
L'athérosclérose est un processus chronique, l'arrêt de l'hypocholestérolémiant durant la grossesse a peu d'impact sur le risque à long terme associé à l'hypercholestérolémie primaire.
Allaitement :
En raison de l'absence de données concernant le passage dans le lait maternel, le traitement est contre-indiqué pendant l'allaitement.

Comment ça marche ?

Après administration orale chez le volontaire sain à jeun, la fluvastatine est absorbée rapidement et complètement (98%).
Un ralentissement de la vitesse d'absorption est observé lorsque l'administration est faite après le repas, mais l'effet hypolipémiant de la fluvastatine ne paraît pas être influencé par la prise de nourriture. Les aires sous les courbes des concentrations plasmatiques sont comparables, que l'administration ait lieu au cours du repas du soir ou 4 heures après.
La fluvastatine agit principalement sur le foie qui est également le site principal de son métabolisme.
Plus de 98% de la fluvastatine présente dans la circulation systémique sont liés aux protéines plasmatiques. Cette valeur est indépendante de la concentration dans le sang.
Les principaux composés présents dans le sang sont la fluvastatine inchangée et un métabolite pharmacologiquement inactif, l'acide N-désisopropyl propionique. Les métabolites hydroxylés présentent une activité pharmacologique, mais ne sont pas retrouvés dans le sang. Les voies du métabolisme hépatique de la fluvastatine chez l'homme ont été définies et passent par le CYP-2C9. Ceci explique que la fluvastatine soit à l'origine de très peu d'interactions médicamenteuses d'origine métabolique.
Après administration de fluvastatine tritiée chez le volontaire sain, environ 6% de la radioactivité totale ont été retrouvés dans l'urine et 93% dans les fèces.
La clairance plasmatique totale chez l'homme est de 1,8 + - 0,8 L/min. Après administration de 40 mg par jour, les concentrations plasmatiques à l'état d'équilibre ne révèlent aucun signe d'accumulation.
A la dose de 40 mg, la demi-vie est de 2,3 + - 0,9 heures.
Les concentrations plasmatiques de fluvastatine sont indépendantes de l'âge et du sexe.
Compte tenu de l'excrétion biliaire prédominante de la fluvastatine et de son métabolisme présystémique important, une accumulation du produit est mise en évidence chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique. Chez les cirrhotiques, les aires sous les courbes des concentrations plasmatiques augmentent d'un facteur 2,5.



publicité