publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

GEMCITABINE SUN 1 g 38 mg/ml Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 1 Flacon de 1000 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Gemzar 1 000 MG
Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Gemcitabine
laboratoire: Sun Pharma Indus Eur BV

Poudre pour solution pour perfusion IV
Toutes les formes

Indication

Cancer de la vessie

Traitement du cancer de la vessie localement évolué ou métastasé, en association avec le cisplatine.

Cancer du sein

Traitement du cancer du sein localement évolué ou métastasé, en association avec le paclitaxel, chez les patientes présentant une récidive après une chimiothérapie (néo)adjuvante. La chimiothérapie antérieure doit avoir comporté une anthracycline, sauf si celle-ci est cliniquement contre-indiquée.

Cancer du poumon non à petites cellules

Traitement du cancer du poumon non à petites cellules localement évolué ou métastasé, en monothérapie ou en association avec le cisplatine.

Cancer du pancréas

Traitement de l'adénocarcinome du pancréas, localement évolué ou métastasé, chez les patients en bon état général et ayant une réserve médullaire suffisante.

Posologie GEMCITABINE SUN 1 g 38 mg/ml Poudre pour solution pour perfusion Boîte de 1 Flacon de 1000 mg

Après reconstitution, la solution doit être limpide et incolore.

Le traitement par la gemcitabine doit être instauré ou supervisé par un médecin connaissant parfaitement les cytotoxiques (voir également rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination sous-section « Directives de sécurité pour la manipulation »).

Cancer de la vessie (utilisation en association)

Adultes : la dose recommandée est de 1 000 mg/m2 de gemcitabine, en perfusion de 30 minutes. Elle doit être administrée les jours 1, 8 et 15 de chaque cycle de 28 jours, en association avec du cisplatine. Le cisplatine est administré à la dose recommandée de 70 mg/m2 le jour 2 de chaque cycle de 28 jours. Ce cycle de quatre semaines est ensuite répété.

La dose peut être réduite lors de chaque cycle ou pendant un cycle, en fonction des phénomènes de toxicité.

Cancer du sein (utilisation en association)

Adultes : pour l'utilisation de la gemcitabine avec du paclitaxel, il est recommandé d'administrer le paclitaxel (175 mg/m2) le jour 1 en l'espace de 3 heures, sous forme d'une perfusion intraveineuse, puis la gemcitabine (1 250 mg/m2) sous forme d'une perfusion intraveineuse de 30 minutes les jours 1 et 8 de chaque cycle de 21 jours. La dose peut être réduite lors de chaque cycle ou pendant un cycle, en fonction des phénomènes de toxicité. Le nombre absolu de polynucléaires doit être d'au moins 1,5 x 109/l avant l'instauration du traitement associant gemcitabine et paclitaxel.

Cancer du poumon non à petites cellules (utilisation en association)

Adultes : l'association gemcitabine + cisplatine a été étudiée selon deux schémas posologiques, un se déroulant sur 3 semaines, l'autre sur 4 semaines.

Le schéma de trois semaines a fait appel à 1 250 mg/m2 de gemcitabine en perfusion intraveineuse de 30 minutes, les jours 1 et 8 de chaque cycle de 21 jours. La dose peut être réduite lors de chaque cycle ou pendant un cycle, en fonction des phénomènes de toxicité.

Le schéma de 4 semaines comportait 1 000 mg/m2 de gemcitabine en perfusion intraveineuse de 30 minutes, les jours 1, 8 et 15 de chaque cycle de 28 jours. La dose peut être réduite lors de chaque cycle ou pendant un cycle, en fonction des phénomènes de toxicité.

Le cisplatine était utilisé à des doses comprises entre 75 et 100 mg/m2 une fois toutes les 3 ou 4 semaines.

Cancer du poumon non à petites cellules (utilisation en monothérapie)

Adultes : la dose recommandée est de 1 000 mg/m2 de gemcitabine, en perfusion intraveineuse de 30 minutes. Ce traitement doit être répété une fois par semaine pendant 3 semaines, après quoi il faut ménager une période de récupération d'une semaine. Ce cycle de 4 semaines est ensuite réitéré. La dose doit être réduite en fonction des phénomènes de toxicité présentés par le patient.

Cancer du pancréas

Adultes : la dose recommandée est de 1 000 mg/m2 de gemcitabine, en perfusion de 30 minutes. Ce traitement doit être répété une fois par semaine pendant 7 semaines, après quoi il faut ménager une période de récupération d'une semaine. Les cycles ultérieurs doivent consister en des injections une fois par semaine pendant 3 semaines consécutives, suivies d'une semaine de récupération. La dose peut être réduite lors de chaque cycle ou pendant un cycle donné, en fonction de la toxicité.

Surveillance, ajustement ou augmentation posologique et fin du traitement

Avant l'administration de chaque dose de gemcitabine, les patients devront être soumis, avant chaque administration, à une surveillance du nombre de plaquettes, de leucocytes et de granulocytes (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi) puis, si nécessaire, diminuer la dose de gemcitabine ou en différer l'administration en présence d'une toxicité hématologique.

Les diminutions posologiques de la gemcitabine en raison d'une toxicité hématologique doivent être effectuées aux jours 8 et/ou 15 conformément aux directives présentées dans les tableaux 1 à 2 ci-dessous

Tableau 1 : Ajustement de la dose de gemcitabine aux jours 8 et/ou 15 dans les cas de cancer de la vessie, cancer du poumon non à petites cellules et cancer du pancréas

Nombre absolu de polynucléaires (x 109/l)

Nombre de plaquettes (x 109/l)

Posologie

> 1

et

> 100

100 % de la dose normale

0,5 – 1

ou

50 – 100

75 % de la dose normale

< 0,5

ou

< 50

Arrêt du traitement*

Tableau 2 : Ajustement de la dose de gemcitabine aux jours 8 dans les cas de cancer du sein

Nombre absolu de polynucléaires (x 109/l)

Nombre de plaquettes (x 109/l)

Posologie

³ 1,2

et

> 75

100 % de la dose normale

1 – < 1,2

ou

50 – 75

75 % de la dose normale

0,7 – < 1

et

³ 50

50 % de la dose normale

< 0,7

ou

< 50

Arrêt du traitement*

* Le traitement peut être poursuivi au jour 1 du cycle suivant.

Dès l'apparition des effets toxiques hématologiques suivants, il convient de diminuer progressivement, la posologie des cycles de traitement ultérieurs, d'un niveau de dose à la fois :

· nombre absolu de neutrophiles < 0,5 x 109/l pendant plus de 5 jours ;

· nombre absolu de neutrophiles < 0,1 x 109/l pendant plus de 3 jours ;

· neutropénie fébrile, c'est-à-dire température ≥ 38° C, nombre absolu de neutrophiles < 1,0 x 109/l, nécessitant une hospitalisation et le recours à une antibiothérapie intraveineuse ;

· plaquettes <25 x 109/l ;

· cycle ultérieur différé d'1 semaine en raison d'une toxicité.

Pendant le traitement par gemcitabine, il convient de surveiller l'apparition d'une éventuelle toxicité non hématologique, en évaluant régulièrement la fonction hépatique et rénale, ainsi que le taux de transaminases (ASAT/ALAT) et la créatininémie. La dose peut être réduite lors du cycle en cours ou ultérieur, en fonction de la tolérance individuelle. La dose réduite doit être administrée jusqu'à ce que l'effet toxique commence à disparaître.

Patients âgés

La gemcitabine s'est avérée bien tolérée chez des patients de plus de 65 ans. Aucune donnée n'évoque la nécessité d'une adaptation posologique chez le sujet âgé, même si la clairance et la demi-vie de la gemcitabine sont affectées par l'âge.

Enfants

L'efficacité et la tolérance de la gemcitabine chez l'enfant n'ayant pas été établies, son administration n'est pas recommandée chez cette population de patients.

Insuffisance hépatique ou rénale

La gemcitabine doit être utilisée avec prudence chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique ou rénale. Les études effectuées chez des patients souffrant d'une insuffisance hépatique ou rénale modérée ont montré qu'aucun ajustement posologique n'était nécessaire. On ne dispose en revanche d'aucune donnée dans les cas d'insuffisance sévère (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables).

Administration

La gemcitabine doit être reconstituée puis diluée avant toute utilisation (voir rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination)

La gemcitabine est bien tolérée pendant la perfusion, avec seulement quelques cas rapportés de réactions au site d'injection ; elle peut être administrée en ambulatoire.

Contre indications

· Hypersensibilité à la substance active (gemcitabine) ou à l'un des excipients du produit.

· Allaitement.

· En association avec le vaccin contre la fièvre jaune (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Effets indésirables Gemcitabine Sun 1 G

Le tableau suivant présente les effets indésirables décrits dans les rapports d'études cliniques et les déclarations spontanées effectuées pendant la période de pharmacovigilance.

Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre de gravité décroissante.

Les effets indésirables ont été classés en fonction de leur fréquence d'apparition, définie comme suit :

Très fréquent :   ≥ 1/10

Fréquent :         ≥ 1/100 à < 1/10

Peu fréquent :   ≥ 1/1 000 à < 1/100

Rare :               ≥ 1/10 000 à < 1/1 000

Très rare :         <1/10 000

Inconnu (ne pouvant être estimé d'après les données disponibles)

Affections cardiaques

Très rare           Infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque congestive, arythmie
(à prédominance supraventriculaire).

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très fréquent     Leucopénie, thrombopénie, anémie, neutropénie (Grade 3 = 19,3 % ; Grade 4 = 6 %) (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).

Fréquent           Neutropénie fébrile.

Très rare           Thrombocytose

Affections du système nerveux

Fréquent           Céphalées, somnolence, insomnie.

Très rare           Accident vasculaire cérébral.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Très fréquent     Dyspnée.

Fréquent           Toux, rhinite.

Peu fréquent      Œdème pulmonaire, bronchospasme (voir rubrique Contre-indications), pneumonie interstitielle (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Rare                 Syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Affections gastro-intestinales

Très fréquent     Nausées, vomissements.

Fréquent           Mucosite, stomatite, diarrhée et constipation.

Très rare           Colite ischémique.

Affections du rein et des voies urinaires

Très fréquent     Protéinurie légère, hématurie.

Rare                 Insuffisance rénale, syndrome hémolytique et urémique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très fréquent     Éruption cutanée, souvent accompagnée de prurit. 

Fréquent           Transpiration, prurit, alopécie.

Rare                 Desquamation, formation de vésicules et de plaies.

Très rare           Réactions cutanées sévères, y compris éruptions cutanées desquamatives et bulleuses, notamment syndrome de Lyell et syndrome de Stevens-Johnson.

                        Réactions cutanées inflammatoires, évoquant cliniquement une cellulite infectieuse ou un érysipèle (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent           Myalgies, dorsalgies.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquent           Perte d'appétit.

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Fréquence  inconnue    

Radite et phénomène de « radiation recall » (c'est-à-dire réactivation tardive d'une zone irradiée antérieurement, voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions) (ne pouvant être déterminée sur la base des données disponibles actuellement)

Affections vasculaires

Rare                 Hypotension.

Très rare           Signes cliniques de vascularite périphérique ou gangrène

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent     Œdème/oedèmes périphériques, symptômes de type grippal : les symptômes les plus fréquents sont la fièvre, les céphalées, les dorsalgies, les frissons, les myalgies, l'asthénie, le malaise et la perte d'appétit. Une toux, une rhinite, un malaise, une transpiration abondante et des troubles du sommeil ont également été signalés.

Fréquent           Fièvre, frissons, asthénie et oedème facial.

Rare                 Réactions au site d'injection, généralement légères.

Affections du système immunitaire

Très rare           Réactions anaphylactoïdes.

Affections hépatobiliaires

Très fréquent     Élévation des transaminases (ASAT, ALAT) et des phosphatases alcalines.

Fréquent           Hyperbilirubinémie.

Rare                 Augmentation du taux de gamma-glutamyl transférase (GGT).

Très rares         Hépatotoxicité grave, pouvant aller jusqu'à l'insuffisance hépatique, voire au décès (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Effets indésirables après traitement en association

Gemcitabine plus paclitaxel

Une augmentation des événements suivants de Grade 3 et 4 a été observée (gemcitabine + paclitaxel vs. paclitaxel seul) :

· Toxicité hématologique :

o hémoglobine (G3 : 5,7 % vs. 1,9 % ; G4 : 1,1 % vs. 0,4 %) ;

o plaquettes (G3 : 5,3% vs. 0% ; G4 : 0,4 % vs 0 %) ;

o neutrophiles/polynucléaires (G3 : 31,3 % vs. 4,2 % ; G4 : 17,2 % vs. 6,6 %) ;

o neutropénie fébrile (G3 : 4,6 % vs. 1,2 % ; G4 : 0,4 % vs 0 %).

· Toxicité non hématologique :

o fatigue (G3 : 5,7 % vs. 1,2 % ; G4 : 0,8 % vs. 0,4 %) ;

o diarrhée (G3 : 3,1 % vs. 1,9 % ; G4 : 0 % vs 0 %).

La fréquence des effets toxiques hématologiques de grade 3 et 4, notamment de la neutropénie, augmente lorsque la gemcitabine est administrée de façon concomitante avec le paclitaxel. Toutefois, l'augmentation de ces réactions indésirables n'est pas associée à une augmentation de l'incidence des infections ou des événements hémorragiques.

La fatigue et la neutropénie fébrile apparaissent plus souvent lorsque la gemcitabine est associée au paclitaxel. La fatigue, non liée à l'anémie, disparaît généralement après le premier cycle.

Gemcitabine plus cisplatine

Une augmentation des événements suivants de Grade 3 et 4 a été observée (gemcitabine + cisplatine vs MVAC (méthotrexate, vinblastine, doxorubicine et cisplatine)) :

· Toxicité hématologique :

o hémoglobine (G3 : 24 % vs. 16 % ; G4 : 4 % vs. 2 %) ;

o plaquettes (G3 : 29 % vs. 8 % ; G4 : 29 % vs 13 %).

· Toxicité non hématologique :

o nausées et vomissements (G3 : 22 % vs. 19 % ; G4 : 0 % vs. 2 %) ;

o diarrhée (G3 : 3 % vs. 8 % ; G4 : 0 % vs. 1 %) ;

o infection (G3 : 2 % vs. 10 % ; G4 : 1 % vs. 5 %) ;

o stomatite (G3 : 1 % vs. 18 % ; G4 : 0 % vs 4 %).

Gemcitabine Sun 1 G existe aussi sous ces formes

Gemcitabine Sun 1 G

Voir aussi les génériques de Gemzar 1 000 MG

Gemcitabine Accord 1 000 MG

Gemcitabine Mylan

Gemcitabine Sun 1 G

Gemcitabine Ebewe Pharma Franc

Gemcitabine Actavis

Gemcitabine Teva

Gemcitabine Kabi



publicité