publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

HALFAN 100 mg/5 mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Halofantrine
laboratoire: Glaxosmithkline

Suspension buvable
Flacon de 45 ml
Toutes les formes

Indication

Traitement des accès palustres simples à Plasmodium falciparum.

Posologie HALFAN 100 mg/5 mL Suspension buvable Flacon de 45 ml

La dose totale chez l'enfant et chez l'adulte est en moyenne de 24 mg par kg, à répartir en trois prises espacées de six heures.
Le traitement sera administré en dehors des repas (et dans tous les cas les repas riches en graisse pendant le traitement), et ceci pour toutes les cures.
Posologies habituelles :
1 cuillère-mesure = 5 ml = 100 mg.
Poids : Posologie par prise / Nombre de prises à 6 H d'intervalle.
- 10-12 kg : 1 cuillère-mesure / 3.
- 13-18 kg : 1 cuillère-mesure 1/2 / 3.
- 19-25 kg : 2 cuillères-mesure / 3.
- 26-31 kg : 2 cuillères-mesure 1/2 / 3.
- 32-40 kg : 3 cuillères-mesure / 3.
Chez l'adulte, il existe une forme comprimé mieux adaptée.
NOTA :
- Chez les sujets sans antécédents de paludisme, une deuxième cure après une semaine est susceptible de limiter le risque de rechutes. Néanmoins, lorsque celle-ci est administrée 7 jours après la première cure, une possible augmentation des taux plasmatiques peut majorer le risque de survenue de troubles du rythme cardiaque. L'administration de la deuxième cure à demi dose a été proposée. Une surveillance est nécessaire si bien que la deuxième cure devra être administrée de préférence en milieu hospitalier et après réalisation d'un nouvel électrocardiogramme.
- Si l'exposition au risque persiste après le traitement d'un accès palustre par l'halofantrine, une chimioprophylaxie adaptée doit être envisagée.
- L'halofantrine ne doit pas être utilisée en prophylaxie.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Ce médicament EST CONTRE-INDIQUE dans les situations suivantes :
. Hypersensibilité connue à l'halofantrine ou à l'un des constituants de ce médicament.
. Allongement congénital ou acquis de l'espace QT.
. Antécédents familiaux d'allongement congénital de l'espace QT.
. Antécédents ou mise en évidence d'une cardiopathie, de bradycardie ou d'arythmie.
. Antécédents de syncopes.
. Antécédent de fièvre bilieuse hémoglobinurique à l'halofantrine, à la quinine ou à la méfloquine.
. En association avec du sultopride (voir rubrique interactions).
- En raison de la présence de sorbitol, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose.
DECONSEILLE :
- Allaitement : l'expérimentation animale ayant montré la possibilité d'un passage de l'halofantrine dans le lait maternel avec retentissement sur la croissance des petits, il est déconseillé de l'utiliser pendant l'allaitement.
- Ce médicament ne doit pas être associé avec les inhibiteurs de protéases, les antifongiques azolés, certains macrolides avec des médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes et avec le stiripentol [voir rubrique interactions : amprénavir, atazanavir, fosamprénavir, indinavir, lopinavir, nelfinavir, ritonavir, saquinavir, tipranavir ; itraconazole, kétoconazole, fluconazole, miconazole, voriconazole) (voie générale et gel buccal) ; érythromycine, clarithromycine, josamycine ; anti-arythmiques de classe Ia (quinidine, hydroquinidine, disopyramide) et de classe III (amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide), certains neuroleptiques (thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, trifluopérazine, cyamémazine, sulpiride, amisulpride, tiapride, pimozide, halopéridol, dropéridol), antiparasitaires (luméfantrine, pentamidine), bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, méthadone, mizolastine, véralipride, vincamine IV].

Effets indésirables Halfan

- Les données des essais cliniques ont été utilisées pour déterminer les fréquences des événements indésirables (très fréquents à peu fréquents) survenus au cours ou au décours du traitement. Pour les autres effets indésirables, les fréquences ont été principalement déterminées à partir des données obtenues après mise sur le marché et se réfèrent à un taux de notification plutôt qu'à des fréquences réelles.
- La convention suivante a été utilisée pour la classification des fréquences :
Très fréquent : > = 1/10.
Fréquent : > = 1/100 et < 1/10.
Peu fréquent : > = 1/1000 et < 1/100.
Rare : > = 1/10000 et < 1/1000.
Très rare : < 1/10000.
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
Très rare : Anémie hémolytique aiguë parfois grave et compliquée d'insuffisance rénale (fièvre bilieuse hémoglobinurique). Certaines de ces anémies ont été décrites après la première prise d'halofantrine, chez des sujets ayant des antécédents de fièvre bilieuse hémoglobinurique à la quinine ou à la méfloquine. Le mécanisme n'est pas clairement établi, et une réaction immuno-allergique est évoquée.
- Affections cardiaques :
. Très fréquent : Risque d'allongement de l'espace QT.
. Très rare : Troubles du rythme ventriculaire notamment torsades de pointes pouvant entraîner le décès.
Certaines conditions sont susceptibles de favoriser ces troubles, notamment :
. utilisation de doses plus élevées que celles recommandées.
. association avec des médicaments pouvant allonger l'espace QT ou favoriser l'apparition de troubles du rythme cardiaque (voir rubrique interactions).
. association concomitante ou après traitement avec de la méfloquine (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. antécédents d'allongement de l'espace QT ou de pathologie cardiaque favorisant l'apparition de troubles du rythme cardiaque (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
- Affections gastro-intestinales :
. Très fréquent : douleurs abdominales, diarrhées, nausées.
. En raison de la présence de sorbitol, possibilité de troubles digestifs et de diarrhées.
- Affections hépatobiliaires :
Fréquent : élévation transitoire des transaminases sériques (retour à la normale après l'arrêt du traitement).
- Affections du système nerveux :
Très rare : convulsions parfois en rapport avec des troubles du rythme ventriculaire.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Très fréquent : prurit.
. Fréquent : éruptions cutanées.
- Affections du système immunitaire :
. Fréquent : urticaire allergique.
. Très rare : choc anaphylactique.



publicité