publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

HEMI-DAONIL 2,5 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Glibenclamide
laboratoire: Sanofi-Aventis France

Comprimé sécable
Boîte de 100
Toutes les formes

Indication

Diabète non insulino-dépendant, en association au régime adapté, lorsque ce régime n'est pas suffisant pour rétablir à lui seul l'équilibre glycémique.

Posologie HEMI-DAONIL 2,5 mg Comprimé sécable Boîte de 100

RESERVE A L'ADULTE.

Comme pour tout agent hypoglycémiant, les posologies doivent être adaptées à chaque cas particulier.

En cas de déséquilibre glycémique transitoire, une courte période d'administration du produit peut être suffisante, chez un patient habituellement bien équilibré par le régime.

Sujet de moins de 65 ans

Dose initiale

La dose initiale recommandée est de ½ comprimé par jour, administrée avant le petit déjeuner.

Paliers

Les ajustements de posologie se font habituellement par paliers de ½ comprimé en fonction de la réponse glycémique en répartissant les doses avant les 2 ou 3 principaux repas. Plusieurs jours au moins doivent séparer chaque palier de dose.

Traitement d'entretien

La posologie maximale est de 15 mg de glibenclamide

Si nécessaire, le relais peut être pris par DAONIL 5 mg.

Sujets à risques

Sujet âgé de plus de 65 ans

· Débuter le traitement par 1 comprimé de DAONIL faible 1,25 mg une fois par jour.

· Cette dose pourra être progressivement augmentée jusqu'à équilibre glycémique satisfaisant du patient, en respectant des paliers de 7 jours minimum et sous surveillance glycémique étroite.

Chez les autres patients à risque

· Chez le patient dénutri ou présentant une altération marquée de l'état général, ou dont la ration calorique est irrégulière et chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, le traitement doit être instauré à la dose la plus faible et les paliers posologiques doivent être scrupuleusement respectés, de façon à éviter les réactions hypoglycémiques (voir rubrique  Mises en garde et précautions d'emploi).

Chez les patients recevant d'autres hypoglycémiants oraux

· Comme pour tout sulfamide hypoglycémiant, ce médicament peut prendre le relais d'un traitement antidiabétique sans période de transition. Lors du passage d'un sulfamide hypoglycémiant à demi-vie plus longue (comme le chlorpropamide) à ce médicament, les patients seront attentivement suivis (pendant plusieurs semaines) afin d'éviter la survenue d'une hypoglycémie, en raison de la possibilité de chevauchement des effets thérapeutiques.

Contre indications

Ce médicament est contre-indiqué en cas:

· d'hypersensibilité au glibenclamide, à d'autres sulfonylurées ou sulfonamides ou à l'un des excipients utilisés,

· de diabète insulino-dépendant, en particulier diabète juvénile, diabète acido-cétosique, pré-coma diabétique,

· d'insuffisance rénale ou hépatique sévère,

· de porphyries,

· de traitement par miconazole (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions),

· d'allaitement.

Effets indésirables Hemi-Daonil

Troubles du métabolisme et de la nutrition

· Hypoglycémie : (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Surdosage). Ces hypoglycémies peuvent être prolongées et sévères et ne sont pas toujours faciles à corriger.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

· Eruptions cutanéo-muqueuses : prurit, urticaire, éruption maculo-papuleuse.

· Quelques cas de photosensibilisation ont été rapportés.

Atteintes du système immunitaire

· Manifestations d' d'hypersensibilité à type de bronchospasme, hypotension voire choc.

Affections gastro-intestinales

· Nausées, diarrhées, gêne épigastrique.

Affections hépatobiliaires

· Atteintes hépatiques : une augmentation des enzymes hépatiques a été notée avec la possibilité de survenue d'hépatites cytolytique ou cholestatique nécessitant l'arrêt du traitement.

Ces atteintes peuvent évoluer vers l'insuffisance hépatique mettant en jeu le pronostic vital.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Atteintes hématologiques généralement réversibles à l'arrêt du traitement :

· Hyperéosinophilie, leucopénie, thrombocytopénie modérée ou sévère pouvant se manifester par un purpura.

· Plus rarement : agranulocytose, anémie hémolytique, aplasie médullaire et pancytopénie.

Investigations

· Cas d'hyponatrémie (cas isolés).

· Élévations occasionnelles moyennes à modérées de l'urémie et de la créatinine.

Affections oculaires

Troubles visuels transitoires à type de flou visuel ou troubles de l'accommodation, surtout en début de traitement, avec ou sans variation glycémique.

Troubles généraux

· Effet antabuse en cas d'ingestion d'alcool pendant les repas.

· Expression clinique d'une porphyrie (hépatique ou cutanée) chez des patients porphyriques (voir rubrique Contre-indications).

· Exceptionnellement, vascularite allergique cutanée ou viscérale pouvant menacer le pronostic vital.



publicité