publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

INCIVO 375 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 03.11.2011

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Télaprévir
laboratoire: Janssen Cilag

Comprimé pelliculé
Boîte de 4 Flacons de 42
Toutes les formes

Indication

INCIVO®, en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine, est indiqué dans le traitement de l'hépatite C chronique de génotype 1, en cas de maladie hépatique compensée et de cirrhose documentée (F4), chez les patients adultes rechuteurs ou non-répondeurs avec réponse partielle à un traitement préalable par l'interféron alfa (pégylé ou non pégylé) associé à la ribavirine.

Le profil des patients est défini comme suit :

- Non-répondeur avec réponse partielle : diminution > 2log de la charge virale VHC à la semaine 12 mais ARN VHC détectable à la semaine 24

- Rechuteur : ARN VHC indétectable à la fin du traitement et ARN VHC détectable pendant la période de suivi

Posologie INCIVO 375 mg Comprimé pelliculé Boîte de 4 Flacons de 42

Le traitement par INCIVO® doit être initié et suivi par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'hépatite C chronique.
PAN>


INCIVO® ne doit pas être administré en monothérapie et doit seulement être utilisé en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine. Pour plus d'informations concernant les modalités d'utilisation du peg-interféron alfa-2a et de la ribavirine, se reporter aux Résumés des Caractéristiques du Produit (RCP) de ces deux médicaments.




Posologie :

La dose recommandée d'INCIVO® est de 750 mg (soit deux comprimés) par prise, 3 fois par jour, toutes les 8 heures (soit une dose quotidienne totale de 6 comprimés ou 2 250 mg de télaprévir).

Mode d'administration :

Voie orale.

Les comprimés pelliculés d'INCIVO® doivent être pris avec de la nourriture. Les patients doivent être informés qu'ils doivent avaler les comprimés en entier (sans les mâcher ou les croquer ou les dissoudre).

La dose d'INCIVO® ne doit pas être réduite, car cela est susceptible d'entraîner un échec thérapeutique.

Si le traitement par INCIVO® est arrêté en raison d'effets indésirables ou d'une réponse virale inadéquate, il ne devra pas être réintroduit.

En cas d'oubli d'une dose d'INCIVO® dans les 4 heures qui suivent l'horaire de sa prise habituelle, les patients doivent être informés de prendre la dose prescrite d'INCIVO® avec de la nourriture aussi vite que possible. Si l'oubli est constaté plus de 4 heures après l'horaire de la prise habituelle d'INCIVO®, la dose omise ne doit pas être prise et le patient doit reprendre le schéma posologique habituel. Cette recommandation est basée sur la demi-vie d'environ 4 heures du télaprévir et sur l'intervalle de 8 heures recommandé entre les prises.

Durée de traitement :

INCIVO® doit être administré, en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine, durant 12 semaines, suivies de 36 semaines supplémentaires de traitement par peg-interféron alfa-2a et ribavirine seuls sans INCIVO®, soit une durée totale de traitement de 48 semaines. Cependant :

- si le taux d'ARN-VHC est > 100 UI/mL à la semaine 4 ou à la semaine 8, seul INCIVO® doit être arrêté.

- si le taux d'ARN-VHC est > 100 UI/mL à la semaine 12, tous les traitements doivent être arrêtés.

- si le taux d'ARN-VHC est ≥ 25 UI/mL aux semaines 24 ou 36, la bithérapie par peg-interféron alfa-2a et ribavirine devra être arrêtée.

Populations particulières


Sujets âgés

Les données disponibles sont insuffisantes pour évaluer l'efficacité et la sécurité d'INCIVO® chez les patients âgés de plus de 65 ans.

Insuffisance rénale

On ne dispose pas actuellement de données concernant l'utilisation d'INCIVO® chez les patients infectés par le VHC présentant une insuffisance rénale. Chez des sujets non infectés par le VHC présentant une insuffisance rénale sévère (ClCr < 30 mL/min) et ayant reçu une dose unique de télaprévir de 750 mg, les valeurs moyennes Cmax et ASC ont augmenté respectivement de 10% et 21% comparativement aux sujets sains. Sur la base de ces données pharmacocinétiques, aucune adaptation de la dose d'INCIVO® n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère, modérée ou sévère.

INCIVO® n'a pas été étudié chez les sujets atteints d'une maladie rénale de stade terminal (MRST) ou en cas d'hémodialyse.

Insuffisance hépatique

Après administration de doses uniques et multiples d'INCIVO®, aucune différence cliniquement significative n'a été observée au niveau des paramètres pharmacocinétiques entre les sujets ayant une insuffisance hépatique légère (Child-Pugh A, score 5-6) et les sujets sains. Aucun ajustement posologique n'est nécessaire lorsqu'INCIVO® est administré à des patients atteints d'hépatite C ayant une insuffisance hépatique légère (Child-Pugh A, score 5-6).

Les concentrations de télaprévir étaient réduites de 46 % au cours d'un essai de phase 1 réalisé chez des patients ayant une insuffisance hépatique modérée (Child-Pugh B, score 7-9) liée à d'autres pathologies qu'une hépatite C. La dose d'INCIVO® à utiliser chez les patients infectés par le VHC atteints d'insuffisance hépatique modérée (Child-Pugh B, score 7-9) n'a pas été déterminée. Par conséquent, INCIVO n'est pas recommandé à ce jour chez ces patients.

INCIVO® n'a pas été étudié chez des patients présentant une insuffisance hépatique sévère (Child-Pugh C, score ≥ 10) ou une maladie hépatique décompensée et n'est pas recommandé dans cette population. En outre, le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine sont contre-indiqués dans cette population (voir RCP de ces 2 médicaments).

Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité d'INCIVO® chez les enfants de moins de 18 ans n'ont pas encore été établies. Aucune donnée n'est disponible.

Génotypes du VHC non 1

Aucune donnée clinique n'est disponible à ce jour concernant le traitement par INCIVO® en association à peg-interféron alfa-2a et la ribavirine des patients infectés par des génotypes du VHC autres que le génotype 1.

Par conséquent, l'utilisation d'INCIVO® en association à peg-interféron alfa-2a et la ribavirine chez des patients infectés par un génotype du VHC autre que le génotype 1 n'est pas recommandée à ce jour.

Patients transplantés

Aucune donnée clinique n'est disponible à ce jour concernant le traitement par INCIVO® en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine chez les patients en pré-, péri- ou post­transplantation. Par conséquent, l'utilisation d'INCIVO® chez les candidats à la transplantation ou les patients transplantés n'est pas recommandée à ce jour.

Co-infection VHC/VIH (virus de l'immunodéficience humaine)

Aucune donnée clinique n'est disponible à ce jour concernant le traitement par INCIVO® en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine chez les patients co-infectés VHC/VIH.

Co-infection VHC/ VHB (virus de l'hépatite B)

Aucune donnée n'est disponible à ce jour concernant l'utilisation d'INCIVO® chez des patients ayant une co-infection VHC/VHB.

Contre indications

- Hypersensibilité au télaprévir ou à l'un des excipients (voir rubrique Composition)

- Association avec des substances actives dont l'élimination dépend fortement du CYP3A et pour lesquelles des concentrations plasmatiques élevées sont associées à des événements graves et/ou mettant en jeu le pronostic vital (index thérapeutique faible) à savoir : l'amiodarone, l'astémizole 1 , le bépridil 1 , le cisapride, le flécaïnide, le pimozide, la propafénone, la quinidine, la terfénadine 1 , dihydroergotamine, l'ergonovine 1 , l'ergotamine, la méthylergonovine, la lovastatine, la simvastatine, le midazolam administré par voie orale, le triazolam 1 , l'alfuzosine et le sildénafil (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions.).
PAN>


- Association avec des substances actives qui induisent fortement le CYP3A et pouvant entraîner une perte d'efficacité d'INCIVO® notamment la rifampicine et le millepertuis (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions.).

- Association avec les antiarythmiques de Classe I ou III.
PAN>

1 médicament non disponible en France
PAN>

Effets indésirables Incivo

Etude de phase 2b

Sur la base des données actuellement disponibles, les effets indésirables suivants sont considérés possiblement liés au traitement par télaprévir :

- Troubles cutanés et sous-cutanés : éruption cutanée, prurit et éruption cutanée avec surinfection cutanée ;

- Affections gastro-intestinales : nausée, vomissements, diarrhée, hémorroïdes, prurit anal ;

- Troubles oculaires : vision trouble, sécheresse oculaire et photophobie ;

- Affections hématologiques et du système lymphatique : anémie pouvant être associée à une syncope

- Investigations : des modifications mineures ont été observées au niveau des taux de bilirubine et d'acide urique.

Eruptions cutanées (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi )

Une éruption cutanée a été rapportée plus fréquemment chez les sujets ayant reçu le télaprévir en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine que chez les sujets ayant reçu le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine sans télaprévir. Bien que la majorité des éruptions cutanées étaient légères ou modérées, des éruptions cutanées sévères ont également été rapportées.

De nombreuses éruptions cutanées ont été décrites comme étant maculo-papuleuses ou érythémateuses, toutefois il a été noté une hétérogénéité dans la description et la répartition des éruptions cutanées rapportées. Un prurit, parfois intense, a été rapporté avec ou sans éruption cutanée. Certains cas d'éruptions cutanées ont été associées à des signes de gravité cutanéo-muqueux ou systémiques, incluant des bulles, un oedème, des lésions muqueuses orales, une exfoliation superficielle, une fièvre, une lymphadénopathie, et/ou des taux d'éosinophiles élevés. Certains cas évoquent spécifiquement une éruption cutanée médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (syndrome DRESS).

Alors que des sujets présentant une éruption cutanée ont été principalement traités par des antihistaminiques oraux et des corticoïdes locaux, certains ont nécessité une hospitalisation, des corticoïdes systémiques et/ou un arrêt du traitement avant la disparition de l'éruption cutanée.

Les patients doivent être informés de la fréquence de ces effets indésirables cutanés avant l'initiation du traitement afin d'en détecter l'apparition le plus précocement possible.
PAN>


Anémie

Les baisses du taux d'hémoglobine étaient plus importantes et plus fréquentes chez les sujets traités par le télaprévir en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine que chez les sujets traités par le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine seuls.

Pour plus de détails concernant la prise en charge de ces effets indésirables, se reporter au document "Prise en charge des effets indésirables" du « PROTOCOLE D'UTILISATION THERAPEUTIQUE ET DE RECUEIL D'INFORMATIONS (Annexe G)».

Etude de phase 3

Sont également disponibles les données de sécurité d'emploi provenant de 1088 sujets naïfs de traitement atteints d'une infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) de génotype 1 de l'étude VX-950-108 (ADVANCE) de phase 3 contrôlée versus placebo. 727 d'entre eux ont reçu le télaprévir en association avec le peg-interféron alfa-2a et la ribavirine (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). Le profil de sécurité d'emploi dans cette étude de phase 3 est similaire à celui décrit précédemment pour les études de phase 2.



publicité