publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

INIPOMP 40 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Gastro-Entéro-Hépatologie
principes actifs: Pantoprazole
laboratoire: Takeda France

Comprimé enrobé gastrorésistant
Boîte de 50
Toutes les formes

Indication

- En association à une bithérapie antibiotique, éradication de Helicobacter pylori en cas de maladie ulcéreuse gastroduodénale.
- Ulcère duodénal évolutif.
- Ulcère gastrique évolutif.
- Oesophagite par reflux gastro-oesophagien.
- Traitement au long cours du syndrome de Zollinger-Ellison.

Posologie INIPOMP 40 mg Comprimé enrobé gastrorésistant Boîte de 50

Les comprimés ne seront ni croqués ni écrasés, mais avalés entiers avec un peu d'eau avant un repas.
- Eradication de Helicobacter pylori en cas de maladie ulcéreuse gastroduodénale :
Sont recommandés les schémas posologiques suivants :
. soit 1 comprimé de pantoprazole 40 mg matin et soir associé à clarithromycine 500 mg matin et soir et à amoxicilline 1000 mg matin et soir, pendant 7 jours.
. soit 1 comprimé de pantoprazole 40 mg matin et soir associé à clarithromycine 500 mg matin et soir et à métronidazole ou tinidazole 500 mg matin et soir, pendant 7 jours.
. soit en alternative aux schémas précédents, 1 comprimé de pantoprazole 40 mg matin et soir associé à amoxicilline 1000 mg matin et soir et à métronidazole ou tinidazole 500 mg matin et soir, pendant 7 jours.
L'efficacité du traitement dépend du respect du schéma posologique, notamment la prise de la thérapie durant les 7 jours.
- Ulcère duodénal évolutif :
1 comprimé par jour pendant 4 semaines.
- Ulcère gastrique évolutif :
1 comprimé par jour pendant 4 à 8 semaines.
- Oesophagite par reflux gastro-oesophagien :
1 comprimé par jour pendant 4 semaines avec une éventuelle seconde période de 4 semaines à la même posologie.
- Traitement au long cours du syndrome de Zollinger-Ellison :
La posologie initiale est de 2 comprimés par jour (soit 80 mg).
Celle-ci peut être augmentée ou diminuée en fonction des besoins, selon les résultats des mesures du débit acide. Dans le cas d'une posologie supérieure à 80 mg/j, la dose sera fractionnée en deux prises. Une augmentation temporaire de la posologie au-dessus de 160 mg par jour est possible mais ne devrait pas excéder la durée nécessaire à la maîtrise de la sécrétion acide.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité connue au pantoprazole et/ou à l'un des autres composants.
- Le pantoprazole, comme les autres IPP, ne doit pas être administré avec l'atazanavir (voir rubrique interactions).
DECONSEILLE :
- Chez l'enfant, l'efficacité et la tolérance du pantoprazole n'ont pas été étudiées.
- Allaitement : en l'absence d'études sur la sécrétion du pantoprazole dans le lait maternel, son utilisation doit être évitée au cours de l'allaitement.

Effets indésirables Inipomp

- Affections hématologiques et du système lymphatique :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Leucopénie, thrombopénie.
- Affections gastro-intestinales :
. Fréquent (> 1/100 - < 1/10) : Douleurs abdominales hautes, diarrhées, constipation, flatulence.
. Peu fréquent (> 1/1000 - < 1/100) : Nausées, vomissements.
. Rare (< 1/1000 - > 1/10000) : Sécheresse buccale.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Oedème périphérique.
- Affections hépatobiliaires :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Atteintes hépatiques cytolytiques et ictériques sévères avec ou sans insuffisance hépatocellulaire.
- Affections du système immunitaire :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Réactions anaphylactiques, incluant le choc anaphylactique.
- Investigations :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Elévation des enzymes hépatiques (transaminases, gamma-glutamyl-transpeptidases), élévation des triglycérides, hyperthermie, hyponatrémie chez le sujet âgé.
- Affections musculosquelettiques et systémiques :
. Rare (< 1/1000 - > 1/10000) : Arthralgies.
. Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Myalgies.
- Affections du système nerveux :
. Fréquent (> 1/100 - < 1/10) : Céphalées.
. Peu fréquent (> 1/1000 - < 1/100) : Vertiges, troubles de la vue (vision floue).
- Affections psychiatriques :
Rare (< 1/1000 - > 1/10000) : Dépression, hallucination, désorientation et confusion notamment chez des patients prédisposés et aggravation de ces symptômes, si préexistants.
- Affections du rein et des voies urinaires :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Néphrite interstitielle.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Peu fréquent (> 1/1000 - < 1/100) : Réactions allergiques à type de prurit et de rash cutané.
. Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Urticaire, angio-oedème, réactions cutanées sévères telles que syndrome de Stevens-Johnson, érythème polymorphe, syndrome de Lyell, photosensibilité.
- Autres :
Très rare (< 1/10000 y compris cas isolés) : Gynécomastie.



publicité