publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

INTRALIPIDE 30 % Emulsion pour perfusion Poche de 250 ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 17.04.2008

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anesthésie, réanimation, antalgiques
principes actifs: Huile de soja
laboratoire: Fresenius Kabi France

Emulsion injectable pour perfusion IV
Toutes les formes

Indication

Apport lipidique (acides gras essentiels) dans le cadre d'une nutrition parentérale, lorsque l'alimentation orale ou entérale est impossible, insuffisante ou contre-indiquée.
Cette forme est plus particulièrement indiquée pour les patients nécessitant une nutrition parentérale mettant en oeuvre un volume liquidien restreint et pour les patients nécessitant des apports énergétiques élevés.

Posologie INTRALIPIDE 30 % Emulsion pour perfusion Poche de 250 ml

Posologie :
La posologie doit être adaptée aux capacités individuelles d'élimination des triglycérides (voir mises en garde et précautions d'emploi)
Cinq millilitres d'lntralipide 30% apportent 1,5 g de triglycérides.
Chez l'adulte :
Posologie recommandée : 2 à 3 g/kg/24 heures, soit 6,5 à 10 ml/kg/24 heures.
Mode d'administration :
Par voie intraveineuse en perfusion lente et progressive, par veine centrale ou périphérique, fonction de l'osmolarité finale de l'émulsion en cas d'utilisation en mélange nutritif (ajouts d'acides aminés et/ou d'électrolytes et/ou d'oligoéléments).
Chez l'adulte :
Débit de perfusion : augmenter progressivement le débit : soit 10 ml/heure au début de la perfusion (5 gttes/min), puis 20 ml/heure sans dépasser 70 ml/heure.
Un flacon de 350 ml d'Intralipide 30% ne doit pas être administré sur une durée inférieure à 5 heures.
En règle générale, ne jamais dépasser 0,25 g de lipides/kg/heure (1 ml/kg/heure).
Utilisation en mélanges nutritifs :
Cette émulsion lipidique peut entrer dans la composition de mélanges nutritifs associant glucides, acides aminés, électrolytes et/ou oligo-éléments sous réserve d'en avoir préalablement vérifié la compatibilité, la stabilité et de connaître l'osmolarité finale du mélange.
A titre d'exemple, les mélanges nutritifs suivants ont été testés sur le plan de la stabilité :
- Formule 1 :
Intralipide 30% : 250 à 500 ml.
Aminostab : 500 à 1000 ml.
Glucose 30% : 500 à 1000 ml.
NaCl (2 g/10 ml) : 30 ml.
KCl (1 g/10 ml) : 60 ml.
- Formule 2 :
Intralipide 30% : 500 ml.
Aminostab : 1000 ml.
Glucose 30% : 1000 ml.
Electrolytes* : 40 ml.
Oligo-éléments** : 40 ml.
* Sodium : 50 mmol, potassium : 48 mmol, calcium : 4 mmol, magnésium : 2 mmol, chlorure : 79 mmol, acétate : 10 mmol, sulfate : 2 mmol, lactate : 4 mmol, phosphate : 266 mmol.
**Fer : 0,018 mmol, cuivre : 0,007 mmol, zinc : 0,061 mmol, manganèse : 0,018 mmol, fluor : 0,076 mmol, sélénium : 0,507 µmoI, iode : 0,012 µmol, cobalt : 0,025 µmol, molybdène : 0,260 µmol.

Contre indications

Ce produit ne doit pas être utilisé dans les situations suivantes :
- antécédents de réactions allergiques aux phospholipides d'oeuf,
- état de choc aigu,
- dyslipidémies graves,
- insuffisance hépatocellulaire grave,
- troubles graves de la coagulation.
- Désordres hydro-électrolytiques et/ou métaboliques graves.
- Insuffisance rénale chronique en l'absence d'études spécifiques.
- Enfant de moins de 15 ans en l'absence de données.

Effets indésirables Intralipide

L'administration intraveineuse de lipides peut entraîner une élévation de température et, plus rarement, frissons, refroidissements et nausées et/ou vomissements.
L'apparition de ces signes en début de perfusion impose son arrêt.
Effets initiaux ou en début de perfusion :
- Réactions d'hypersensibilité : réactions anaphylactiques, éruption cutanée, urticaire.
- Symptômes respiratoires (polypnée, dyspnée, cyanose).
- Symptômes circulatoires (hyper ou hypotension).
Des cas de priapisme, d'hémolyse, de réticulose, de douleurs abdominales, de maux de tête et de fatigue ont également été rapportés.
Effets observés secondairement (après traitement prolongé) :
- Hépatomégalie, ictère par cholestase centrolobulaire, splénomégalie, augmentation transitoire des tests fonctionnels hépatiques. Ces effets se sont montrés généralement réversibles à l'arrêt de la nutrition parentérale.
- Thrombocytopénies, en particulier chez l'enfant.



publicité