publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

LEUSTATINE 1 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Cladribine
laboratoire: Janssen Cilag

Solution injectable pour perfusion IV
Boîte de 1 Flacon de 10 ml
Toutes les formes

Indication

Traitement de la leucémie à tricholeucocytes.

Posologie LEUSTATINE 1 mg/mL Solution injectable pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de 10 ml

Posologie :
- Dose usuelle : le traitement recommandé consiste en une cure unique de Leustatine administrée en perfusion intraveineuse continue pendant 7 jours consécutifs à raison de 0,1 mg/kg/jour (3,6 mg/m²/jour).
- Si le patient ne répond pas à une première cure de Leustatine en traitement d'une leucémie à tricholeucocytes, il est peu vraisemblable qu'il tire un quelconque bénéfice d'une cure ultérieure.
- Cependant, l'expérience limitée disponible semble indiquer qu'un résultat supplémentaire peut être obtenu par un deuxième traitement chez les patients qui rechutent après avoir répondu au traitement initial.
Mode d'administration :
- Leustatine doit être diluée avec du chlorure de sodium 0,9% pour préparations injectables avant administration. L'emploi de dextrose à 5% comme diluant est déconseillé en raison d'une intensification de la dégradation de la cladribine.
- Utiliser des récipients, poches et tubulures à perfusion en PVC (voir incompatibilités).
- En cas d'utilisation d'une même tubulure en vue de la perfusion séquentielle de différents produits, la tubulure doit être rincée avec du chlorure de sodium pour préparation injectable avant et après la perfusion de Leustatine.
- Préparation d'une dose journalière unique : ajouter la dose calculée de Leustatine dans une poche pour perfusion contenant 100 à 500 ml de chlorure de sodium injectable à 0,9%. Perfuser en continu pendant 24 heures. Répéter l'opération chaque jour pendant une durée totale de 7 jours consécutifs.
- En cas d'administration périveineuse accidentelle, une altération tissulaire locale est peu vraisemblable. En cas d'extravasation, interrompre immédiatement l'administration du produit et la réinitier dans une autre veine. On peut également surélever le bras et appliquer de la glace pour réduire l'oedème.
Modalités de manipulation :
- La préparation des solutions injectables de cytotoxiques doit être obligatoirement réalisée par un personnel spécialisé et entraîné ayant une connaissance des médicaments utilisés, dans des conditions assurant la protection de l'environnement et surtout la protection du personnel qui manipule. Elle nécessite un local de préparation réservé à cet usage. Il est interdit de fumer, de manger, de boire dans ce local. Les manipulateurs doivent disposer d'un ensemble de matériel approprié à la manipulation notamment blouses à manches longues, masques de protection, calot, lunettes de protection, gants à usage unique stériles, champs de protection du plan de travail, conteneurs et sacs de collecte des déchets. Les excreta et les vomissures doivent être manipulés avec précaution. Les femmes enceintes doivent être averties et éviter la manipulation des cytotoxiques. Tout contenant cassé doit être traité avec les mêmes précautions et considéré comme un déchet contaminé. L'élimination des déchets contaminés se fait par incinération dans des conteneurs rigides étiquetés à cet effet.
- Ces dispositions peuvent être envisagées dans le cadre du réseau de cancérologie (circulaire DGS/DH/98 N°98/188 du 24 mars 1998) en collaboration avec toute structure adaptée et remplissant les conditions requises.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :
. hypersensibilité à la Leustatine ou à l'un de ses composants,
. patients HIV positifs,
. en association avec le vaccin anti-amaril (fièvre jaune) (voir rubrique interactions).
- L'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement avec ce médicament.
- L'enfant : l'innocuité et l'efficacité de Leustatine n'ont pas été établies chez l'enfant.
DECONSEILLE :
- Ce médicament est généralement déconseillé pendant la grossesse : les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de Leustatine lorsqu'il est administré pendant la grossesse. En conséquence l'utilisation de Leustatine est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument pour conseiller une interruption systématique de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale soigneuse.
- Ce médicament est déconseillé avec les vaccins vivants atténués (sauf anti-amaril), la phénytoïne ou la fosphénytoïne (voir rubrique interactions).

Effets indésirables Leustatine

- Les effets indésirables les plus fréquemment observés lors du traitement par Leustatine sont une fièvre et une myélosuppression, accompagnées, dans certains cas, d'infection ainsi qu'une immunodépression.
- Des symptômes de sévérité légère à modérée tels que fatigue, éruptions cutanées, nausées, céphalées et perte d'appétit peuvent également être observés.
- Ces effets indésirables survenant essentiellement lors du premier mois de traitement sont habituellement réversibles.
- Fièvre/infection :
. L'administration de Leustatine s'accompagne de fièvre chez la majorité des patients au cours du premier mois.
. Des infections avérées se développent dans un tiers de l'ensemble des épisodes fébriles. La majorité des patients atteints d'infections sévères, ont reçu une antibiothérapie.
. Des infections sévères, voire fatales (septicémies, pneumonies) ont été observées chez 7% des patients. Des pneumopathies interstitielles ont été décrites, la plupart du temps d'étiologie infectieuse. Des infections opportunistes peuvent se développer dès la phase aiguë du traitement.
- Hypoplasie médullaire :
. Fréquemment, lors du premier mois, une myélosuppression peut apparaître ou s'aggraver. Une neutropénie (PN neutrophiles inférieurs à 500/mm3) est observée dans plus de la moitié des cas. Une anémie sévère (hémoglobine inférieure à 8,5 g/dl) est apparue chez un peu moins de la moitié des patients et une thrombopénie (plaquettes inférieures à 20 x 10puissance30/mm3) est décelée chez environ un sixième d'entre eux.
. Le nombre de plaquettes, de neutrophiles et le taux d'hémoglobine diminuent durant les 2 premières semaines qui suivent le début du traitement et augmentent ensuite pour revenir à la normale après respectivement 15 jours, 5 semaines et 8 semaines.
. Une hypocellularité (< 35%) prolongée de la moelle osseuse a été observée : on ne sait pas si cette hypocellularité est due à la fibrose de la moelle associée à la pathologie ou à un effet toxique de Leustatine.
- Immunodépression :
. Le traitement par Leustatine a été associé à une réduction prolongée du nombre de lymphocytes CD4 et transitoire du nombre de lymphocytes CD8.
. Des cas d'anémie hémolytique ont été décrits.
. De rares cas de syndrome myélodysplasique ont été rapportés.
PLUS RAREMENT, LES EFFETS INDESIRABLES SUIVANTS DE SEVERITE LEGERE A MODEREE, PEUVENT SURVENIR :
- Symptômes généraux :
Frissons, asthénie, transpirations, myalgies, malaise, douleur thoracique.
- Troubles digestifs :
Vomissements, constipation, diarrhée, douleur abdominale, flatulence.
- Troubles neurologiques :
. Etourdissement, insomnie, anxiété.
. Une toxicité neurologique sévère incluant : neuropathie sensitivomotrice, paraparésie et tétraparésie irréversible a été décrite chez des patients traités par Leustatine en perfusion continue à forte dose (4 à 9 fois la dose thérapeutique). La toxicité neurologique semble liée à la dose ; cependant, une toxicité neurologique a été décrite à la dose thérapeutique recommandée.
- Troubles cardiovasculaires :
Oedème, tachycardie, souffle cardiaque.
- Troubles respiratoires :
Toux, auscultation bronchopulmonaire anormale, dyspnée.
- Troubles vasculaires :
Purpura, pétéchies.
- Troubles cutanés :
Réaction au point d'injection, prurit, douleur, érythème.
- Insuffisance rénale ou hépatique :
A fortes doses une insuffisance rénale aiguë s'est développée chez certains patients.



publicité