publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

LODOZ 2,5 mg/6,25 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Bisoprolol, Hydrochlorothiazide
laboratoire: Merck Sante S.A.S

Comprimé pelliculé
Boîte de 30
Toutes les formes
5,55€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 6,37 €

Indication

Hypertension artérielle légère à modérée.

Posologie LODOZ 2,5 mg/6,25 mg Comprimé pelliculé Boîte de 30

Pour adapter individuellement la posologie, LODOZ est disponible aux dosages suivants :

· LODOZ 2,5 mg/6,25 mg, comprimés pelliculés,

· LODOZ 5 mg/6,25 mg, comprimés pelliculés,

· LODOZ 10 mg/6,25 mg, comprimés pelliculés.

La posologie initiale est de un comprimé à 2,5 mg de bisoprolol/6,25 mg d'hydrochlorothiazide une fois par jour.

En cas de réponse insuffisante au traitement, la posologie sera augmentée à un comprimé à 5 mg de bisoprolol/6,25 mg d'hydrochlorothiazide en une seule prise par jour. En cas d'efficacité insuffisante de cette dernière dose, la posologie pourra être augmentée à un comprimé à 10 mg de bisoprolol / 6,25 mg d'hydrochlorothiazide une fois par jour.

S'il est nécessaire d'interrompre le traitement, une interruption progressive du traitement au bisoprolol est recommandée, un retrait soudain du bisoprolol peut en effet entraîner une grave détérioration de l'état du patient, en particulier chez les patients atteints d'une maladie cardiaque ischémique.

LODOZ doit être pris le matin, et peut être pris avec de la nourriture. Les comprimés pelliculés doivent être avalés avec un peu de liquide et ne doivent pas être mâchés.

Aucune modification de la posologie n'est nécessaire en cas d'insuffisance hépatique légère à modérée ou d'insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine > à 30 ml/min).

Sujet âgé :

Aucune adaptation posologique n'est habituellement nécessaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Population pédiatrique :

L'expérience avec LODOZ dans la population pédiatrique est limitée, de ce fait, son utilisation n'est pas recommandée dans cette population.

Contre indications

LODOZ est contre indiqué dans les cas suivants :

· hypersensibilité au bisoprolol, à l'hydrochlorothiazide, aux autres thiazides, aux sulphonamides ou à l'un des excipients (voir rubrique Composition).

· insuffisance cardiaque aiguë ou pendant les épisodes de décompensation de l'insuffisance cardiaque, nécessitant un traitement inotrope intraveineux.

· choc cardiogénique.

· bloc auriculo-ventriculaire du 2ème ou 3ème degré.

· maladie du sinus.

· bloc sino-auriculaire.

· bradycardie symptomatique.

· asthme sévère, ou broncho-pneumopathies chroniques obstructives dans leurs formes sévères.

· troubles artériels périphériques occlusifs et phénomène de Raynaud dans leurs formes sévères.

· phéochromocytome non traité.

· insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine ≤ 30ml/min).

· insuffisance hépatique sévère.

· acidose métabolique.

· hypokaliémie persistante.

Effets indésirables Lodoz

Fréquent (≥1/100, <1/10), peu fréquent (≥1/1000, <1/100), rare (≥1/10 000, <1/1000), très rare (<1/10 000) y compris les cas isolés.

Affections hématologiques et du système lymphatique :

Rare : leucopénie, thrombocytopénie

Très rare : agranulocytose

Troubles du métabolisme et de la nutrition :

Peu fréquent : perte de l'appétit, hyperglycémie, hyperuricémie, troubles de l'équilibre hydro-électrolytique (en particulier hypokaliémie et hyponatrémie, également hypomagnésémie et hypochlorémie, ainsi que hypercalcémie)

Très rare : alcalose métabolique

Affections psychiatriques :

Peu fréquent : dépression, troubles du sommeil

Rare : cauchemars, hallucinations

Affections du système nerveux :

Fréquent : sensations vertigineuses*, céphalées*

Affections oculaires :

Rare : sécheresse lacrymale (à prendre en compte chez les patients portant des lentilles), troubles de la vision

Très rare : conjonctivite

Affections de l'oreille et du labyrinthe :

Rare : troubles de l'audition

Affections cardiaques :

Peu fréquent : bradycardie, troubles de la conduction auriculo-ventriculaire, aggravation d'une insuffisance cardiaque préexistante

Affections vasculaires :

Fréquent : sensation de froid ou d'engourdissement des extrémités

Peu fréquent : hypotension orthostatique

Rare : syncope

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :

Peu fréquent : bronchospasme chez les patients ayant de l'asthme ou des antécédents de troubles obstructifs des voies aériennes

Rare : rhinite allergique

Affections gastro-intestinales :

Fréquent : troubles gastro-intestinaux tels que nausées, vomissements, diarrhées, constipation

Peu fréquent : douleurs abdominales

Très rare : pancréatite

Affections hépatobiliaires :

Rare : hépatite, jaunisse

Affections de la peau et du tissu sous-cutané :

Rare : réactions d'hypersensibilité telles que prurit, flush, rash, photosensibilisation, purpura, urticaire

Très rare : alopécie, lupus érythémateux cutané. Les bêtabloquants peuvent provoquer ou aggraver un psoriasis ou induire un rash psoriasiforme, des réactions anaphylactiques, une nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell).

Affections musculo-squelettiques et systémiques :

Peu fréquent : faiblesse musculaire, crampes

Affections des organes de reproduction et du sein :

Rare : impuissance

Troubles généraux :

Fréquent : fatigue*

Peu fréquent : asthénie

Très rare : douleurs thoraciques

Investigations :

Peu fréquent : augmentation des amylases, augmentation réversible de la créatinine sérique et de l'urée, augmentation des triglycérides et du cholestérol, glycosurie

Rare : élévation des enzymes hépatiques (ASAT, ALAT)

* Ces symptômes apparaissent surtout en début de traitement. Ils sont généralement légers et disparaissent la plupart du temps en une à deux semaines.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr



publicité