publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

LOGIMAX 5 mg/47,5 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 04.09.2006

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Félodipine, Métoprolol succinate
laboratoire: Astrazeneca

Comprimé pelliculé à libération prolongée
Boîte de 28
Toutes les formes
17,95€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 18,77 €

Indication

Traitement de deuxième intention de l'hypertension artérielle, lorsque la monothérapie n'est pas efficace.

Posologie LOGIMAX 5 mg/47,5 mg Comprimé pelliculé à libération prolongée Boîte de 28

Administrer un comprimé par jour. Le comprimé doit être pris le matin et avalé entier avec de l'eau.
Il ne doit pas être broyé ou croqué. Plus rarement, si le contrôle tensionnel est insuffisant, la posologie pourra être augmentée à 2 comprimés par jour.
La dose de 1 comprimé par jour ne doit en aucun cas être dépassée chez le sujet âgé ou chez l'insuffisant hépatique.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de :
- hypersensibilité au métoprolol ou aux dihydropyridines,
- asthme et bronchopneumopathies chroniques obstructives dans leurs formes sévères,
- insuffisance cardiaque non contrôlée par le traitement,
- choc cardiogénique,
- blocs auriculoventriculaires des second et troisième degrés non appareillés,
- angor de Prinzmetal (formes sévères),
- maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire),
- bradycardie (< 45-50 contractions par minute),
- phénomène de Raynaud et troubles circulatoires périphériques dans leurs formes sévères,
- phéochromocytome non traité,
- hypotension,
- antécédents de réaction anaphylactique,
- infarctus du myocarde en phase aiguë,
- angor instable,
- association à la floctafénine et au sultopride (voir rubrique interactions),
- en cas d'occlusion intestinale, en raison de la présence d'huile de ricin.
En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
DECONSEILLE :
Ce médicament est généralement déconseillé en association avec l'amiodarone ou le dantrolène (en perfusion), ainsi que pendant la grossesse et l'allaitement :
- grossesse : les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence des effets tératogènes et foetotoxiques de la félodipine. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de la félodipine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse. En conséquence, l'utilisation de ce médicament est déconseillée au cours de la grossesse.
- allaitement : la félodipine ainsi que les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. La survenue d'hypoglycémie et de bradycardie a été décrite pour certains bêtabloquants. En conséquence, l'allaitement est déconseillé en cas de nécessité de traitement.

Effets indésirables Logimax

Les effets indésirables le plus fréquemment rapportés observés au cours des essais cliniques ont été les suivants :
- céphalées,
- oedème des chevilles,
- flush,
- étourdissements,
- nausées,
- fatigue.
La plupart de ces effets peuvent s'expliquer par les propriétés vasodilatatrices de la félodipine.
- Effets dus à la félodipine :
Chez les coronariens, comme avec d'autres substances vaso-actives, la félodipine peut entraîner des douleurs dans la région thoracique (éventuellement des douleurs angineuses). Elles surviennent 15 à 20 minutes après la prise médicamenteuse. Elles demeurent extrêmement rares et imposent l'arrêt du traitement.
Les effets indésirables rencontrés avec la félodipine sont généralement de type vasodilatateur (dilatation des artérioles). La plupart de ces réactions sont dose-dépendantes et s'observent au début du traitement ou après une augmentation des doses. Lorsque ces réactions se produisent, elles sont d'ordinaire transitoires et s'atténuent au cours du temps.
Comme les autres dihydropyridines, une légère hyperplasie gingivale a été décrite chez les patients présentant une gingivite/parodontite importante. Cette hyperplasie peut être évitée ou guérie par une hygiène bucco-dentaire rigoureuse.
Les effets suivants ont été observés lors des essais cliniques et après la mise sur le marché :
. Système nerveux central : fatigue, étourdissements, céphalées. Des cas isolés de paresthésie ont été observés.
. Système cardiovasculaire : oedème des chevilles dose-dépendant (résultant d'une vasodilatation pré-capillaire), flush. Rarement : tachycardie, palpitations.
. Peau : réactions cutanées à type d'éruption et prurit, cas isolés de réactions de photosensibilité.
. Tractus gastro-intestinal : cas isolés de nausées.
. Foie : très rare cas d'augmentation des enzymes hépatiques, cas isolés d'hépatites.
. Appareil locomoteur : cas isolés d'arthralgies.
. Autres : cas isolés de réactions d'hypersensibilité, tels que urticaire, oedème de Quincke.
- Effets dus au métoprolol :
. Système nerveux central : occasionnellement : fatigue, étourdissements, céphalées.
Rarement, paresthésies, crampes musculaires.
. Système cardiovasculaire : occasionnellement : bradycardie, troubles posturaux (parfois avec syncope). Rarement : phénomène de Raynaud, oedème, douleurs précordiales, chute tensionnelle, insuffisance cardiaque.
Des cas isolés de troubles de la conduction et de gangrène chez des patients souffrant de troubles circulatoires périphériques sévères ont été observés.
. Psychiatrie : rarement : dépression, réduction de la vivacité mentale, somnolence ou insomnie, cauchemars. Des cas isolés de troubles de la personnalité ont été observés.
. Tractus gastro-intestinal : occasionnellement : nausées et vomissements, douleurs abdominales. Rarement : diarrhée ou constipation. Cas isolés de sécheresse de la bouche.
. Foie : beaucoup plus rarement : élévation des enzymes hépatiques et hépatites.
. Peau : rarement : rash cutané (sous forme d'urticaire, de lésions psoriasiformes et de dystrophies cutanées). Cas isolés de photosensibilité, d'hypersudation et de chute de cheveux.
. Système respiratoire : occasionnellement : dyspnée d'effort. Rarement : bronchospasme, également chez les patients sans antécédents de bronchopathie obstructive. Cas isolés de rhinite.
. Organes sensoriels : cas isolés de troubles visuels, de xérophtalmie et/ou d'irritation oculaire, de conjonctivite, d'acouphènes.
. Métabolisme : cas isolés de prise de poids, hypoglycémie.
. Système hématopoïétique : cas isolés de thrombocytopénie.
. Autres : impuissance, refroidissement des extrémités, aggravation d'une claudication intermittente existante.
Exceptionnellement : fibrose rétropéritonéale, maladie de La Peyronie, arthralgies.
- En raison de la présence d'huile de ricin, troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales).
- Au plan biologique, on a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques, à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.



publicité