publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

LUDIOMIL 75 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Maprotiline
laboratoire: Amdipharm Limited

Comprimé pelliculé
Boîte de 28
Toutes les formes
8,44€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 9,26 €

Indication

Episodes dépressifs majeurs (c'est-à-dire caractérisés).

Posologie LUDIOMIL 75 mg Comprimé pelliculé Boîte de 28

Utiliser les dosages adaptés de comprimés (25 ou 75 mg) ou la forme solution en fonction de la dose journalière prescrite.

DEPRESSION :

Posologie :

La posologie recommandée est comprise entre 75 à 150 mg par jour.

La posologie initiale est le plus souvent de 75 mg (en 1 à 3 prises par jour).

Cette posologie sera éventuellement réévaluée après 3 semaines de traitement effectif à doses efficaces. Une adaptation individuelle est alors possible si nécessaire par augmentation progressive des doses dans la fourchette des doses recommandées (75 à 150 mg/j).

Les doses quotidiennes supérieures à 150 mg sont déconseillées.

Mode d'administration :

Les caractéristiques pharmacocinétiques de ce médicament autorisent une seule prise journalière, pendant les repas ou à distance de ceux-ci.

La prise la plus importante peut être donnée le soir pour faciliter le sommeil.

Durée de traitement :

Le traitement par antidépresseur est symptomatique.

Le traitement d'un épisode est de plusieurs mois (habituellement de l'ordre de 6 mois) afin de prévenir les risques de rechute de l'épisode dépressif.

Populations à risque

Sujet âgé :

Le traitement sera initié à posologie faible, c'est-à-dire en pratique à la moitié de la posologie minimale recommandée (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques).

L'augmentation des doses, si nécessaire, sera progressive, en pratiquant une surveillance clinique: les effets indésirables des imipraminiques peuvent en effet avoir des conséquences graves chez la personne âgée (chutes, confusions).

Insuffisants hépatiques et rénaux :

Il convient de diminuer la posologie (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques.).

Enfants et adolescents :

L'efficacité et la sécurité d'emploi n'ont pas été étudiées chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans).  L'utilisation de la maprotiline est de ce fait déconseillée chez ces patients (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Arrêt du traitement :

Un arrêt brutal ou une réduction brutale des doses doivent être évités du fait de la survenue possible de symptômes de sevrage (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables).

Contre indications

Ce médicament NE DOIT JAMAIS ETRE prescrit dans les cas suivants:

· Hypersensibilité à la maprotiline ou à l'un des excipients.

· Risque connu de glaucome par fermeture de l'angle.

· Risque de rétention urinaire lié à des troubles urétro-prostatiques.

· Infarctus du myocarde récent.

· Association au sultopride, ( voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions ).

Effets indésirables Ludiomil

La plupart des effets indésirables découlent des propriétés pharmacologiques anticholinergiques, adrénolytiques et centrales de la maprotiline (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). Les patients âges sont particulièrement sensibles à ces effets.

Il peut être difficile de distinguer certains effets indésirables de certains symptômes de la dépression tels que fatigue, troubles du sommeil, agitation, anxiété, constipation ou sécheresse de la bouche.

Certains effets sont liés à la nature même de la maladie dépressive : levée de l'inhibition psychomotrice, avec risque suicidaire ; inversion de l'humeur avec apparition d'épisodes maniaques ; réactivation d'un délire chez les sujets psychotiques ; manifestations paroxystiques d'angoisse.

Les effets indésirables sont classés par catégorie de fréquence, les plus fréquents d'abord, en utilisant la convention suivante : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1,000, < 1/100) ; rare (≥ 1/10,000, < 1/1,000) ; très rare (< 1/10,000), y compris cas isolés.

Infections et infestations

· Très rare :

Caries dentaires (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi)

Affections hématologiques et du système lymphatique

· Très rare:

Leucopénie, agranulocytose, éosinophilie, thrombopénie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

· Très Fréquent :

Augmentation de l'appétit, prise de poids

· Très rare :

Hyponatrémie. Ces cas sont généralement dus à un syndrome de sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique

Affections psychiatriques

· Fréquent :

Nervosité, anxiété, agitation

· Fréquence indéterminée :

Manie, hypomanie, troubles de la libido, agressivité, troubles du sommeil, insomnie, cauchemars, délire, confusion, hallucinations (en particulier chez les patients âgés), dépersonnalisation, idées et comportements suicidaires*

Affections du système nerveux

· Très fréquent :

Sédation, somnolence, sensations vertigineuses, tremblements

· Rare :

Convulsions

· Fréquence indéterminée :

céphalées, myoclonies, troubles de la mémoire, paresthésies, dysarthrie akathisie, ataxie, dyskinésie, syncope, dysgueusie

Affections oculaires

· Fréquent :

Vision floue, troubles de l'accommodation 

Affections de l'oreille et du labyrinthe

· Fréquence indéterminée :

Acouphènes

Affections cardiaques

· Fréquent :

Tachycardie sinusale, palpitations

· Fréquence indéterminée :

Troubles de la conduction ou du rythme (avec des doses élevées)

Affections vasculaires

· Fréquent :

Hypotension orthostatique

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

· Très rare :

Pneumopathie interstitielle, bronchospasme

Affections gastro-intestinales

· Très fréquent :

Sécheresse de la bouche, constipation

· Fréquent :

Nausées, vomissements,

· Fréquence indéterminée :

Stomatite

Affections hépatobiliaires

· Fréquent :

Elévation asymptomatique des enzymes hépatiques

· Très rare :

Hépatite cytolytique ou cholestatique 

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

· Fréquent :

Eruption cutanée morbiliforme ou maculopapuleuse, avec ou sans prurit, sueurs, prurit

· Très rare :

Vascularite cutanée, alopécie, syndrome de Stevens-Johnson, nécro-épidermolyse bulleuse aiguë

· Fréquence indéterminée :

Réaction de photosensibilité

Affections du rein et des voies urinaires

· Fréquent :

Troubles de la miction

· Très rare :

Rétention urinaire

Affections des organes de reproduction et du sein

· Très rare :

Hypertrophie mammaire, galactorrhée

· Fréquence indéterminée :

Impuissance

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

· Fréquent :

Bouffées de chaleur

* : Des cas d'idées et de comportements suicidaires ont été rapportés durant le traitement par  maprotiline ou peu après son arrêt (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Symptômes de sevrage

L'arrêt du traitement par la maprotiline, particulièrement quand il est brutal, peut entraîner des symptômes de sevrage. Ont été notamment observés : nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée, troubles du sommeil, anxiété, nervosité, céphalées, malaises. Il est donc recommandé de diminuer progressivement les doses de maprotiline lorsque le traitement n'est plus nécessaire (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).



publicité