publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

LUMIGAN 0,3 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Ophtalmologie
principes actifs: Bimatoprost
laboratoire: Allergan Pharma Ireland

Collyre en solution
Boîte de 1 Flacon de 3 ml
Toutes les formes
17,52€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 18,34 €

Indication

Réduction de la pression intra-oculaire élevée chez les patients atteints de glaucome chronique à angle ouvert ou d'hypertonie intra-oculaire (en monothérapie ou en association aux bêtabloquants).

Posologie LUMIGAN 0,3 mg/mL Collyre en solution Boîte de 1 Flacon de 3 ml

- La posologie recommandée est d'une goutte dans l'oeil ou les yeux atteints une fois par jour, administrée le soir. La dose ne doit pas dépasser une instillation par jour, un usage plus fréquent pouvant diminuer l'effet réducteur de la pression intra-oculaire.
- En cas d'utilisation concomitante de plusieurs médicaments ophtalmiques à usage local, chacun doit être administré à un intervalle d'au moins 5 minutes.
- Utilisation chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) :
LUMIGAN n'a été étudié que chez les adultes. En conséquence, son utilisation n'est pas recommandée chez les enfants ou les adolescents.
- Utilisation en cas d'insuffisance hépatique ou rénale :
LUMIGAN n'a pas été étudié chez les malades atteints d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique modérée à sévère. En conséquence, il doit être utilisé avec précaution chez ces patients. Chez les patients ayant un antécédent de maladie hépatique mineure ou des taux de base anormaux d'ALAT, d'ASAT et/ou de bilirubine, LUMIGAN n'a montré aucun effet secondaire sur la fonction hépatique sur 24 mois.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.
DECONSEILLE :
- Utilisation chez les enfants et les adolescents (moins de 18 ans) : LUMIGAN n'a été étudié que chez les adultes. En conséquence, son utilisation n'est pas recommandée chez les enfants ou les adolescents.
- Grossesse : il n'existe pas de données pertinentes sur l'utilisation du bimatoprost chez la femme enceinte. Les études menées chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction à des doses maternotoxiques élevées. LUMIGAN ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf en cas d'absolue nécessité.
- Allaitement : le passage du bimatoprost dans le lait maternel n'est pas connu, mais cette substance est excrétée dans le lait de rate après administration intraveineuse. Il est recommandé de ne pas utiliser LUMIGAN chez la femme allaitante.

Effets indésirables Lumigan

- Dans les études cliniques, plus de 1800 patients ont été traités par LUMIGAN. En regroupant les données des études cliniques de phase III de LUMIGAN en monothérapie ou en association, les événements indésirables liés au traitement les plus fréquents étaient : croissance des cils jusqu'à 45% la première année avec une incidence de nouveaux cas réduite à 7% à 2 ans et 2% à 3 ans, hyperhémie conjonctivale (la plupart du temps minime à légère et considérée comme étant de nature non inflammatoire) jusqu'à 44% des patients la première année avec une incidence de nouveaux cas réduite à 13% à 2 ans et 12% à 3 ans et prurit oculaire jusqu'à 14% des patients la première année avec une incidence de nouveaux cas réduite à 3% à 2 ans et 0% à 3 ans. Moins de 9% des patients ont dû arrêter le traitement en raison d'un événement indésirable la première année, avec une incidence d'arrêts supplémentaires de 3% la deuxième et la troisième année.
- Les effets indésirables décrits ci-dessous, d'imputabilité probable ou certaine, ont été rapportés pendant les essais cliniques sur le LUMIGAN. La plupart étaient oculaires, d'intensité légère à modérée et aucun n'était grave.
- Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés dans l'ordre décroissant de gravité.
- Infections et infestations :
Peu fréquentes (> = 1/1000 à < 1/100) : infection (principalement des refroidissements et des infections des voies respiratoires hautes).
- Troubles du système nerveux :
. Fréquents (> = 1/100 à < 1/10) : céphalées.
. Peu fréquents (> = 1/1000 à < 1/100) : sensations vertigineuses.
- Troubles oculaires :
. Très fréquents (> = 1/10) : hyperhémie conjonctivale, croissance des cils, prurit oculaire.
. Fréquents (> = 1/100 à < 1/10) : conjonctivite allergique, asthénopie, blépharite, cataracte, oedème conjonctival, érosion de la cornée, écoulement oculaire, assombrissement des cils, douleur oculaire, sensation de corps étranger, augmentation de la pigmentation de l'iris, brûlure oculaire, sécheresse oculaire, irritation oculaire, photophobie, kératite ponctuée superficielle, larmoiements, trouble visuel et baisse de l'acuité visuelle.
. Peu fréquents (> = 1/1000 à < 1/100) : blépharospasme, oedème maculaire cystoïde, rétraction de la paupière, iritis, hémorragie rétinienne, uvéite.
- Troubles vasculaires :
Fréquents (> = 1/100 à < 1/10) : hypertension.
- Troubles de la peau et des annexes :
. Fréquents (> = 1/100 à < 1/10) : érythème de la paupière, prurit de la paupière, pigmentation de la peau péri-oculaire.
. Peu fréquents (> = 1/1000 à < 1/100) : oedème de la paupière, hypertrichose.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
Peu fréquents (> = 1/1000 à < 1/100) : asthénie, oedème périphérique.
- Effets sur les constantes biologiques :
Fréquents (> = 1/100 à < 1/10) : anomalies des tests de l'exploration fonctionnelle hépatique.



publicité