publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

MACROLIN 4,5 MUI

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 06.08.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Immunologie
principes actifs: Aldesleukine
laboratoire: Chiron

Poudre pour solution injectable
Boîte de 10 Flacons de 0,4 ml de solution reconstituée
Toutes les formes

Indication

Patients d'au moins 18 ans infectés par le VIH, traités par une trithérapie antirétrovirale depuis au moins 6 mois, comportant ou ayant comporté un inhibiteur de protéase et présentant une réponse immunitaire insuffisante en dépit d'une réponse antivirale jugée satisfaisante.
Ainsi, les patients doivent présenter :
- un nombre de lymphocytes T CD4 inférieur à 200/mm3,
- une charge virale contrôlée inférieure à 5000 copies/ml,
- un bon état général, score de Karnofsky supérieur à 80%,
sans aucune manifestation clinique d'infection évolutive.

Posologie MACROLIN 4,5 MUI Poudre pour solution injectable Boîte de 10 Flacons de 0,4 ml de solution reconstituée

- Avant de commencer le traitement, lire attentivement les paragraphes contre-indications, mises en garde et précautions d'emploi et instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.
- Macrolin doit être administré par injection sous-cutanée à une dose initiale de 4,5 x 10puissance6 UI, deux fois par jour pendant 5 jours, selon la tolérance, toutes les 6 semaines pendant 6 mois. A cette posologie, le traitement par Macrolin augmente le nombre de lymphocytes CD4 chez la majorité des patients infectés par le VIH.
- Au terme de 6 mois de traitement, le rythme des cycles doit être réévalué en fonction de l'efficacité et de la tolérance du traitement. Si une augmentation substantielle du nombre des lymphocytes CD4 est observée, le rythme des cycles peut être espacé à toutes les 8 semaines.
- Il est vraisemblable après un an de traitement que les cycles devront être poursuivis mais plus espacés, allant d'un intervalle de 3 à 6 mois.
- Personnes âgées :
Les personnes âgées peuvent être davantage sensibles aux effets indésirables de Macrolin et il faut en tenir compte lors du traitement.
- Enfants :
La tolérance et l'efficacité de Macrolin chez l'enfant ne sont pas encore établies.

Contre indications

- Antécédents connus d'allergie à l'interleukine-2 humaine recombinante ou à l'un des excipients.
- Mauvais état général évalué par le score de Karnofsky < 80%, infection aiguë évolutive.
- Antécédents notables ou présence actuelle d'une cardiopathie grave (antécédent d'infarctus du myocarde, angor de novo, angor non contrôlé par le traitement, insuffisance cardiaque). Dans les cas douteux réaliser une épreuve d'effort.
- Antécédent d'insuffisance respiratoire, d'insuffisance rénale ou hépatique, ou d'aplasie médullaire.
- Existence d'une défaillance grave au niveau d'un organe vital.
- Atteintes ou maladies mentales ou cognitives, troubles du comportement et dépression.
- Sérologie HTLV1 positive.
- Cancer à l'exception du sarcome de Kaposi et des cancers en rémission complète depuis au moins 6 mois.
- Hypertension artérielle non contrôlée.
- Maladie auto-immune préexistante, traitement immunosuppresseur (par exemple, ciclosporine).
- Polynucléaires neutrophiles < 750/mm3 ; plaquettes < 50000/mm3 ; hémoglobine < 10 g/dL.
- ASAT, ALAT et bilirubinémie totale > 2,5 fois la limite supérieure de la normale ; créatininémie > 150 µmol/L.
- Protéinurie > 1 g/L.
- Inclusion possible dans une étude clinique comportant de l'interleukine-2.
- Utilisation concomitante d'agents cytotoxiques.
- Corticothérapie.
- Grossesse : il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal. En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique de l'aldesleukine lorsqu'elle est administrée pendant la grossesse. En conséquence, l'utilisation de l'aldesleukine est déconseillée pendant la grossesse.
- Allaitement : il n'y a pas d'informations sur l'excrétion de l'aldesleukine dans le lait. Il est déconseillé aux femmes infectées par le VIH d'allaiter leur enfant afin de prévenir la transmission post-natale du virus.
- Enfants : la tolérance et l'efficacité de Macrolin chez l'enfant ne sont pas encore établies.

Effets indésirables Macrolin

Les effets indésirables peuvent être fréquents. L'incidence et la sévérité des effets indésirables qui accompagnent généralement le traitement par Macrolin dépendent de la posologie. Les effets indésirables systémiques peuvent être parfois sérieux ; ils sont accessibles à un traitement (voir chapitre mises en garde et précautions d'emploi) et peuvent disparaître en l'espace de 1 ou 2 jours après l'arrêt du traitement par Macrolin. La décision de reprendre le traitement doit tenir compte de la sévérité et de la nature de la toxicité.
L'effet indésirable le plus fréquemment observé dans le cadre d'un traitement par Macrolin chez la plupart des patients souffrant d'une infection VIH est un syndrome pseudogrippal caractérisé par de la fièvre, des frissons, une asthénie, de la fatigue, une rhinite, des myalgies et des céphalées. Des douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées, oedèmes, rashs, arthralgie, stomatite, anorexie et insomnie ont également été signalés chez plus de 50% des patients. Une exacerbation des dermites séborrhéiques est fréquente.
Les données suivantes présentent les effets indésirables liés au traitement signalés chez 10% des patients infectés par le VIH qui ont reçu un traitement antirétroviral concomitant. Pour les effets indésirables énumérés, l'incidence des effets de grade 3 ou 4 est également présentée ci-après.
Grades : grade 1 = faible, grade 2 = modéré, grade 3 = sévère, grade 4 = grave.
Voie sous-cutanée (n = 80) : Tous grades / Grade 3 ou 4.
- Effets systémiques :
. Asthénie : 73 (91%) / 16 (20%).
. Fièvre : 72 (90%) / 15 (19%).
. Frissons : 57 (71%) / 5 (6%).
. Réaction au site d'injection : 48 (60%) / 1 (1%).
. Céphalées : 44 (55%) / 3 (4%).
. Inflammation au site d'injection : 40 (50%) / -.
. Oedème facial : 35 (44%) / -.
. Douleurs abdominales : 29 (36%) / 1 (1%).
. Douleurs : 28 (35%) / 3 (4%).
. Infection : 23 (29%) / -.
. Grosseur abdominale : 18 (23%) / -.
. Douleurs au site d'injection : 15 (19%) / -.
. Douleurs thoraciques : 14 (18%) / -.
. Douleurs lombaires : 12 (15%) / 1 (1%).
. Malaise : 11 (14%) / 1 (1%).
. Oedème généralisé : 10 (13%) / -.
. Syndrome grippal : 9 (11%) / 1 (1%).
. Réaction allergique : 8 (10%) / 1 (1%).
. Abcès au site d'injection : 8 (10%) / -.
- Appareil cardiovasculaire :
. Vasodilatation : 26 (33%) / 1 (1%).
. Troubles du rythme : 11 (10%) / -.
- Appareil digestif :
. Nausées : 61 (76%) / 6 (8%).
. Diarrhées : 50 (63%) / 5 (6%).
. Anorexie : 37 (46%) / -.
. Vomissements : 31 (39%) / 1 (1%).
. Sécheresse buccale : 24 (30%) / -.
. Stomatite : 19 (24%) / 2 (3%).
. Dyspepsie : 16 (20%) / 1 (1%).
. Glossite : 10 (13%) / -.
. Constipation : 9 (11%) / -.
- Système lymphatique :
Lymphadénopathie : 17 (21%) / 1 (1%).
- Troubles métaboliques et nutritionnels :
. Oedème périphérique : 32 (40%) / -.
. Oedème : 13 (16%) / -.
. Hypomagnésémie : 10 (13%) / -.
. Gain de poids : 9 (11%) / -.
- Appareil musculosquelettique :
. Myalgie : 59 (76%) / 8 (10%).
. Arthralgie : 31 (39%) / 6 (8%).
- Système nerveux :
. Insomnie : 55 (69%) / -.
. Etourdissements : 24 (30%) / -.
. Anxiété : 20 (25%) / -.
. Hypokinésie : 15 (19%) / 5 (6%).
. Paresthésie : 13 (16%) / 1 (1%).
. Confusion mentale : 11 (14%) / -.
. Dépression : 9 (11%) / -.
. Agitation : 8 (10%) / -.
- Appareil respiratoire :
. Rhinite : 59 (74%) / 4 (5%).
. Toux : 33 (41%) / 2 (3%).
. Pharyngite : 27 (34%) / 1 (1%).
. Dyspnée : 26 (33%) / -.
. Sinusite : 13 (16%) / -.
- Peau et phanères :
. Rash : 51 (64%) / 1 (1%).
. Sueur : 32 (40%) / 1 (1%).
. Prurit : 28 (35%) / -.
. Rash maculopapulaire : 15 (19%) / -.
. Peau sèche : 15 (19%) / -.
. Dermatite exfoliatrice : 12 (15%) / -.
. Herpès : 10 (13%) / -.
. Acné : 9 (11%) / -.
- Appareil sensoriel :
. Conjonctivite : 12 (15%) / -.
. Modification du goût : 10 (13%) / -.
- Appareil urinaire :
Oligurie : 12 (15%) / 2 (3%).
Source : Base de données cliniques CHIRON obtenues chez des malades VIH +, inclus dans des études avec l'IL-2 administrée par voie sous-cutanée.
Les effets indésirables connus de l'IL2 incluent également :
- une altération de la fonction rénale (généralement réversible),
- une bilirubinémie élevée, d'autres anomalies de la fonction hépatique, des cholécystites,
- des variations des concentrations sanguines de magnésium et de calcium,
- des anémies et des thrombopénies. In vitro et à fortes doses, des diminutions de la fonction de phagocytose et donc de défense bactérienne des polynucléaires ont été observées, entraînant un risque accru d'infection bactérienne,
- des accidents vasculaires cérébraux,
- une hypothyroïdie a été observée chez les patients infectés par le VIH ayant reçu de l'IL2,
- des myocardiopathies,
- une exacerbation d'une maladie auto-immune préexistante ou déclenchement d'une maladie auto-immune. Une exacerbation d'une maladie de Crohn, d'une sclérodermie, d'une thyroïdite, d'une polyarthrite rhumatoïde, d'un diabète, d'une myasthénie, d'une glomérulonéphrite à dépôts d'lgA, d'une vascularite cérébrale,
- l'apparition ou l'exacerbation d'une cholécystite, d'un syndrome de Stevens-Johnson et d'un pemphigus bulleux ont été décrites.
ADAPTATION DU TRAITEMENT EN CAS DE MAUVAISE TOLERANCE :
Les directives suivantes de réduction posologique en fonction de la sévérité de la toxicité doivent être observées :
- Une toxicité de grade 4 nécessite (à l'exception d'une fièvre de grade 4) une interruption de l'administration de Macrolin jusqu'à ce que cette toxicité régresse à un grade 2. A la reprise du traitement par Macrolin, la dose sera réduite de 1,5 x 10puissance6 UI par injection (soit 3 x 10puissance6 UI, deux fois par jour) (voir modalités de reconstitution. Rubrique instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination).
Si la reprise de Macrolin à dose réduite se traduit par la réapparition d'une toxicité de grade 3-4 pendant le même cycle, le traitement par Macrolin sera à nouveau interrompu. D'autres réductions posologiques, si nécessaire, seront effectuées de façon similaire. Si un patient, dont la dose a été préalablement réduite, termine un cycle sans toxicité significative, une augmentation posologique de Macrolin peut être envisagée lors du cycle suivant par palier de 1,5 x 10puissance6 UI/dose.
- Une toxicité de grade 3 (à l'exception d'une fièvre de grade 3) nécessite une interruption du traitement par Macrolin pendant 24 heures. Le traitement est repris à la même posologie ou à une posologie réduite. La diminution de dose s'effectue selon une méthode similaire à celle appliquée à la toxicité de grade 4 : la dose sera réduite de 1,5 x 10 puissance6 UI par injection (soit 3 x 10puissance6 UI deux fois par jour).
- En cas de toxicité de grade 1 ou 2, une surveillance médicale s'impose avec traitement symptomatique si besoin, sans modification de la posologie de Macrolin.
- Si un patient développe une toxicité subjectivement intolérable, mais qui ne correspond pas à des critères objectifs d'une toxicité de grade 3-4, la dose de Macrolin peut cependant être réduite (selon le schéma de réduction posologique décrit plus haut) sans pour autant interrompre la phase de traitement du cycle en cours.
En cas de mauvaise tolérance, il a été rapporté dans les essais cliniques, des modifications de la dose, la durée ou la fréquence du traitement, cependant ces adaptations du traitement ne sont pas validées.



publicité