publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

MEPRONIZINE 400 mg/10 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 03.04.2012

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Méprobamate, Acéprométazine
laboratoire: Sanofi-Aventis France

Comprimé enrobé sécable
Boîte de 30
Toutes les formes
3,50€* (remboursé à 15%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 4,32 €

Indication

Insomnie occasionnelle chez l'adulte lorsque le rapport bénéfice/risque des benzodiazépines ne paraît pas favorable.

Posologie MEPRONIZINE 400 mg/10 mg Comprimé enrobé sécable Boîte de 30

Posologie

1 comprimé par jour.

Chez le sujet âgé, l'insuffisant rénal ou hépatique, il est recommandé de diminuer la posologie (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Mode d'administration

Une seule prise par jour le soir, 15 à 30 minutes avant le coucher.

Durée de traitement

La durée de traitement est de 2 à 5 jours.

Si l'insomnie persiste plus de 5 jours, le traitement doit être réévalué.

Contre indications

· Réservé à l'adulte.

· Insuffisance respiratoire.

· Risque de glaucome par fermeture de l'angle.

· Risques de rétentions urinaires liés à des troubles urétroprostatiques.

· Hypersensibilité aux antihistaminiques, ou aux autres constituants du produit.

· Antécédent d'agranulocytose à d'autres phénothiazines.

Effets indésirables Mepronizine

Commun et également le plus fréquent

· Somnolence diurne, plus marquée en début de traitement.

Liés au méprobamate

· Troubles gastro-intestinaux : nausées, vomissements, diarrhée.

· Effets sur le SNC : céphalées, vertiges, ataxie, excitation, trouble de l'accommodation.

· Réactions allergiques :

o cutanées : urticaire, rash maculo-papuleux, purpura thrombopénique ;

o généraux : bronchospasme, anurie.

· Effets hématologiques (rares) : agranulocytose.

Liés à l'acéprométazine

L'acéprométazine est une phénothiazine. Les effets indésirables suivants ont été décris avec les phénothiazines.

Dès les faibles doses

Troubles neuro-végétatifs :

· hypotension orthostatique,

· effets anticholinergiques à type de sécheresse de bouche, troubles de l'accommodation, risque de rétention urinaire, constipation voire ileus paralytique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Troubles neuropsychiques :

· sédation ou somnolence, plus marquée en début de traitement ;

· indifférence, réactions anxieuses, variation de l'état thymique.

A doses plus élevées

· Dyskinésies précoces (torticolis spasmodiques, crises oculogyres, trismus...),

· Syndrome extrapyramidal :

o akinétique avec ou sans hypertonie, et cédant partiellement aux antiparkinsoniens anticholinergiques,

o hyperkinéto-hypertonique, excito-moteur,

o akathisie.

· Dyskinésies tardives, survenant surtout lors de cures prolongées. Ces dyskinésies tardives surviennent parfois à l'arrêt du neuroleptique et disparaissent lors de sa réintroduction ou à l'augmentation de la posologie.

Les antiparkinsoniens anticholinergiques sont sans action ou peuvent provoquer une aggravation.

Troubles endocriniens et métaboliques

· hyperprolactinémie : aménorrhée, galactorrhée, gynécomastie, impuissance, frigidité.

· dysrégulation thermique,

· prise de poids,

· hyperglycémie, altération de la tolérance au glucose.

Rarement et dose-dépendants

Troubles cardiaques

· allongement de l'intervalle QT,

· de très rares cas de torsades de pointe ont été rapportés.

Plus rarement, et non dose-dépendants

Troubles cutanés

· réactions cutanées allergiques,

· photosensibilisation.

Troubles hématologiques

· agranulocytose exceptionnelle : des contrôles réguliers de la formule sanguine sont recommandés,

· leucopénie.

Troubles ophtalmologiques

· dépôts brunâtres dans le segment antérieur de l'oeil, dus à l'accumulation du produit, en général sans retentissement sur la vision.

Autres troubles observés

· de très rares cas de Lupus érythémateux systémique ont été rapportés chez des patients traités par la chlorpromazine. Dans certains cas, une positivité des anticorps antinucléaires peut être observée sans lupus érythémateux clinique,

· de rares cas d'ictère cholestatique et d'atteintes hépatiques, principalement de type cholestatique, cytolytique ou mixte, ont été rapportés,

· très rares cas de priapisme,

· syndrome malin des neuroleptiques (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).



publicité